Anne Vallery-Radot = Rubriques

Anne Vallery-Radot = Rubriques

ANEKANTAVADA : LA PARABOLE DE L'ÉLÉPHANT

 

 

 


Capture d’écran 2019-11-12 à 14.51.03.png

 

« Les aveugles et l’éléphant » est une fable indienne issue du jaïnisme qui a été rendue célèbre par le poète américain John Godfrey Saxe. Elle nous conduit à réfléchir sur notre perception de la vérité, forcément partielle et partiale et nous invite à plus d’ouverture et d’humilité.

 

Anekantavada est l'une des plus importantes et fondamentales doctrines du jaïnisme.

Elle vient du Tattvartha Sutra. Sa traduction pourrait être : réalité relative.

Elle se réfère à deux doctrines :

  • les points de vue multiples : le nayavada ;

  • la relativité des objets et des êtres dans le temps, l'espace... : le syadvada.

L'Anekantavada s'inscrit dans la création d'un système philosophique plusieurs siècles avant notre ère.

La réalité a différents aspects et elle n'est jamais décrite dans un état d'omniscience, sauf par ceux qui ont transmis cette doctrine les Tirthankaras ou Maîtres éveillés qui avaient atteint l'état d'omniscience: le Kevala Jnana.

La formulation des points de vue différents:

les nayavada se nomme: sapta-bhangi-naya

 

 

 

« Les aveugles et l’éléphant »:

« Six hommes d'Inde, très enclins à parfaire leurs connaissances, allèrent voir un éléphant (bien que tous fussent aveugles) afin que chacun, en l'observant, puisse satisfaire sa curiosité.

Le premier s'approcha de l'éléphant et perdant pied, alla buter contre son flanc large et robuste. Il s'exclama aussitôt : « Mon Dieu ! Mais l'éléphant ressemble beaucoup à un mur! ».

Le second, palpant une défense, s'écria : « Ho ! qu'est-ce que cet objet si rond, si lisse et si pointu? Il ne fait aucun doute que cet éléphant extraordinaire ressemble beaucoup à une lance ! ».

Le troisième s'avança vers l'éléphant et, saisissant par inadvertance la trompe qui se tortillait, s'écria sans hésitation : « Je vois que l'éléphant ressemble beaucoup à un serpent ! ».

Le quatrième, de sa main fébrile, se mit à palper le genou. « De toute évidence, dit-il, cet animal fabuleux ressemble à un arbre ! ».

Le cinquième toucha par hasard à l'oreille et dit : « Même le plus aveugle des hommes peut dire à quoi ressemble le plus l'éléphant ; nul ne peut me prouver le contraire, ce magnifique éléphant ressemble à un éventail ! »

. Le sixième commença tout juste à tâter l'animal, la queue qui se balançait lui tomba dans la main. « Je vois, dit-il, que l'éléphant ressemble beaucoup à une corde ! ».

Ainsi, ces hommes d'Inde discutèrent longuement, chacun faisant valoir son opinion avec force et fermeté. Même si chacun avait partiellement raison, tous étaient dans l'erreur. »

 

Se servant de cette parabole dans son livre  "L 'Âme du monde"

Frédéric Lenoir écrit : 

 

<< Il en va de même pour les tenants des différentes doctrines religieuses . Chacun parle de Dieu , du Divin ou de l'absolu selon la perception limitée qu'il en a. Et aucune religion ne peut prétendre posséder la totalité de la vérité .Celle -ci s'est comme éclatée en morceaux en se manifestant dans le monde >> 

 

 

 La vérité a de multiples aspects , Dieu a de multiples facettes .... 

C'est pourquoi nous devons respecter chaque aspect de la vérité et surtout chaque perception de Dieu ,donc chaque religion  .....

ANNE VR(-_-)XXX

 

 



19/11/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres