ANNE VALLERY-RADOT RUBRIQUES ARTS & CINÉ

ANNE VALLERY-RADOT RUBRIQUES ARTS & CINÉ

LE MUSÉE DU QUAI BRANLY, LES OLMÈQUES ET LES CULTURES DU GOLFE DU MEXIQUE

Capture d’écran 2021-06-19 à 15.22.34.png

Dès le 19 mai,au musée du quai Branly, l’exposition « Les Olmèques et les cultures du golfe du Mexique »  ouvre ses portes au public. Prévue initialement jusqu’au 25 juillet 2021, elle est prolongée jusqu’au 3 octobre 2021.

 

 

Plein phare sur la civilisation olmèque (1600 av. è.c. jusqu’à 100 ap. è.c) et le monde méconnu des cultures précolombiennes du golfe du Mexique. Une plongée fascinante à travers plus de trois millénaires d’histoire, d’échanges et de traditions artistiques.

 


 

Têtes colossales

 

Les têtes colossales sont les pièces les plus emblématiques et les plus fascinantes de la civilisation olmèque. Dix-sept au total ont été découvertes à ce jour, dans les trois grandes cités qui se sont succédé, San Lorenzo, La Venta et Tres Zapotes.

 

IMG_3709.jpg

Tête colossale 

 

Celle-ci, la seule qui ait fait le voyage, nous accueille dès le hall du musée. C'est la plus petite, 1,80 mètre de haut. Elle a été trouvée sur le site de San Lorenzo, dans la région de Veracruz. Sculptée dans un bloc de basalte, comme la plupart des sculptures olmèques, elle présente des signes caractéristiques : de grosses lèvres, un nez épaté et un casque sur la tête qui pourrait être un insigne de pouvoir. Ces têtes servaient peut-être à reconnaître l'autorité d'un dirigeant ou à commémorer les précédents. Il faut remarquer que les Olmèques n'ont pas encore livré tous leurs secrets : les spécificités de leur organisation sociale ne sont pas encore bien connues.

 

 

 

Capture d’écran 2021-06-19 à 16.04.37.png

 

Tête colossale numéro 1 de San Lorenzo Tenochtitlan.

 


Le Seigneur de las Limas.

 Capture d’écran 2021-06-19 à 14.34.38.png

" Le seigneur de Las Limas"

 

 

Découverte en 1965 par deux enfants dans le village de Las Limas, cette fabuleuse sculpture représente un homme assis, un bébé aux traits de jaguar, tout flasque, reposant dans ses bras. Le jaguar est une figure essentielle de la mythologie olmèque, "associée à la guerre et à la nuit", explique Cora Falero Ruiz, (la conseillère scientifique, Museo Nacional de Antropología, México, Etats-Unis du Mexique) .De nombreuses sculptures montrent des figures humaines accroupies, les mains en avant, dans la position d'un félin. "Les taches de son pelage représentent les étoiles." Sur la poitrine de l'enfant apparaît aussi une croix caractéristique, celle qui représente "les quatre points de l'univers et en son centre, le moment présent, l'axis mundi, qui réunit le monde terrestre et le monde divin".

Il s'agit de la plus grande sculpture olmèque en jade trouvée à ce jour. Le jade, dans lequel les Olmèques façonnaient de nombreuses petites pièces, avait une grande valeur pour eux. La pierre verte venait du Guatemala, ce qui montre qu'ils étaient en communication et commerçaient avec les autres peuples de la région.

 

 

 

Capture d’écran 2021-06-19 à 16.07.15.png

Seigneur de Las Limas


 

 

 

C’est au cœur des régions du golfe du Mexique, sur un terrain marécageux situé au sud des États actuels de Veracruz et de Tabasco, que s’est épanouie la culture olmèque – du mot Olmán, « pays du caoutchouc » – donnant naissance à l’une des plus importantes et mystérieuses civilisations mésoaméricaines.

Capture d’écran 2021-06-19 à 14.34.58.png

Capture d’écran 2021-06-19 à 14.35.03.png


Capture d’écran 2021-06-19 à 14.35.09.png

Capture d’écran 2021-06-19 à 16.39.38.png

Offrande , retrouvée recouverte de sable coloré en rouge, de sable blanc et d'argile. 

 

Les Olmèques ne sculptaient pas uniquement des pierres monumentales. Ils travaillaient aussi de toutes petites pièces comme celles qui constituent cette prestigieuse offrande, ci-dessus,  de 15 figurines humaines en jadéite et en serpentine, toutes différentes, qui font face à une 16e en granit, devant six haches dressées. Il pourrait s'agir d'une scène de l'au-delà : les figures présentent des traits de félins et seraient des ancêtres.

Les Olmèques avaient pour coutume de déposer des offrandes dans des lieux où on trouvait de l'eau, en particulier des sources. "Il s'agit des offrandes les plus anciennes de la Mésoamérique : pendant des centaines d'années, ils ont effectué des dépôts massifs d'objets", raconte Cora Falero Ruiz. Des haches en pierre, des couteaux d'obsidienne, des céramiques, des colliers, des bustes en bois, une sculpture représentant un bébé.

 


 


Capture d’écran 2021-06-19 à 14.35.13.png

Statue de femme cassée volontairement puis placée, sans tête, dans un bassin. C'était une offrande liée à l'eau. Les archéologues ont assemblés les éléments découverts en fouilles.

Cette extraordinaire sculpture brisée en grès, remarquable par sa finesse et très différente des autres, clôt l'exposition. Elle a été découverte en 2005 sur le site de Tamtoc, non loin de San Luis Potosi, à 3 mètres de profondeur dans le bassin d'une source surmontée d'un relief de pierre de 32 tonnes représentant trois femmes, une prêtresse entourée de deux figures étêtées d'où coulent des flots de sang.

C'est la première fois qu'elle sort du Mexique, indique la commissaire. Les scarifications qu'elle porte sur ses cuisses et ses épaules ont été interprétées de diverses façon mais cette figure peut être associée "à l'eau, à la vie, à l'agriculture, à la fertilité, des symboliques qu'on trouve dans les croyances de tous les peuples mésoaméricains, pas seulement des Olmèques" : Cora Falero Ruiz.

 


 

 

Une civilisation d’une profonde sensibilité artistique, restée méconnue jusqu’à la deuxième moitié du XIXe siècle, qui a pourtant joué un rôle éminent dans l’histoire du Mexique et de sa région. En témoigne la mise en place d’une pensée et de canons méso-américains (économiques, sociaux, politiques, intellectuels et artistiques) qui perdureront jusqu’à la conquête espagnole.

 

C'est la plus ancienne civilisation connue de Mésoamérique, dont elle est souvent considérée comme la « culture-mère », parce que la première ville olmèque, San Lorenzo, est la plus ancienne ville méso-américaine connue et parce que les cultures suivantes partagent plusieurs caractéristiques communes qui semblent héritées des Olmèques. Le terme « olmèque », issu du terme nahuatl olmeca, qui signifie « les gens du pays du caoutchouc », est lié à la découverte de la première tête colossale olmèque, en 1862, et a été officialisé en 1942 par les olmécologues.


Le Jaguar 

 

 

Capture d’écran 2021-06-19 à 14.35.16.png

 

 

Un des traits les plus marqués de l'art olmèque est l'omniprésence du jaguar. Il apparaît sous de nombreuses formes, plus ou moins anthropomorphisé ou stylisé, et l'ensemble de ses représentations semble constituer un système iconographique très complexe dont on retrouve de nombreux aspects dans l'iconographie mésoaméricaine des époques ultérieures, jusque chez les Aztèques. Mais ce que l'on sait de ce culte n'en est pas moins très réduit, et l'on ignore s'il s'agit d'un seul culte déployant de nombreuses manifestations et plusieurs niveaux d'interprétation, ou de plusieurs cultes axés sur divers aspects du jaguar.

 

 

Capture d’écran 2021-06-19 à 16.07.22.png

 

Hache en jade dite « Kunz » à l'effigie du Were-jaguar (ou bébé-jaguar)


Capture d’écran 2021-06-19 à 16.07.35.png

 

Tête d'un Were-jaguar ; remarquez les sourcils en flammes et les lèvres retroussées.

Le jaguar est systématiquement représenté avec des commissures aux lèvres, comme un bébé en pleurs. Or le bébé est également un thème récurrent dans l'iconographie olmèque, et on en compte deux types de représentation : un dit « baby-face », où il est pleinement humain, chauve, dodu et asexué, souvent en position assise, et un autre dit des « bébés-jaguars », des hybrides de bébé et de félin, comme celui que tient le fameux Seigneur de Las Limas ; ils ont la lèvre fortement retroussée, une fente en V, et semblent pleurer.


 


Capture d’écran 2021-06-19 à 14.35.20.png

 

 


Capture d’écran 2021-06-19 à 14.35.24.png

 

 

L'exposition s'intéresse aussi à la culture Huastèque, qui s'est développée un peu plus tard et au nord du golfe du Mexique et qui a beaucoup hérité des Olmèques. Si les statues olmèques représentaient généralement des hommes, les Huastèques sculptaient souvent des figures féminines, parfois même en posture d'autorité. Elles avaient généralement les mains posées sur le ventre, allusion à la fécondité. Les bras, les épaules et le haut de la poitrine de cette figure sont couverts de symboles dont on ignore la signification.

 

 

Capture d’écran 2021-06-19 à 14.35.29.png

 

 

 


Capture d’écran 2021-06-19 à 14.35.35.png

 

 

Cette exposition, qui représente plus de trois millénaires d'histoire, nous fait voyager dans le golfe du Mexique, qui était à l'époque, un passage très stratégique et l'est toujours d'ailleurs, dans l'océan Atlantique, situé au sud-sud-est de l'Amérique du Nord. Il s'étend sur 1550000 km2. Il baigne la péninsule de Floride, la Louisiane, le sud-est du Texas, la côte orientale du Mexique et une partie du littoral nord de Cuba.

 

Capture d’écran 2021-06-19 à 15.45.48.png

 

 

 

Aujourd'hui, le golfe est surtout exploité pour le pétrole grâce à des plates-formes de forage en mer, dont la plupart sont situées à l'ouest du golfe et dans la baie de Campeche. Une autre importante activité commerciale est la pêche : vivaneau rougesérioleperche-tuileespadon et mérou, mais aussi crevette et crabe. Les huîtres sont également récoltées à grande échelle dans beaucoup de baies et de bras de mer. Parmi les autres industries présentes le long des côtes, on retrouve la navigation maritime, la pétrochimie, la papeterie, la gestion d'entrepôts, des activités militaires et le tourisme.

  15 Juin 2021.

 

ANNE VR(-_-)XXX 

 



19/06/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 98 autres membres