ANNE VALLERY-RADOT RUBRIQUES ART & CINÉ

ANNE VALLERY-RADOT RUBRIQUES ART & CINÉ

LES BONNES ÉTOILES, DE LA POÉSIE DANS L'HORREUR.

BF88667A-5BD7-4795-81F5-7CA0AF7907CC_1_201_a.jpeg

 

Les Bonnes étoiles est un film dramatique "Feel-good et Road movie" de 2022 réalisé par le metteur en scène japonais Hirokazu Kore-eda, tourné en Corée avec l'acteur star coréen de parasite Song-Kang-Ho.

06860B40-8FD3-434B-A35B-E450B41A5D4B_1_201_a.jpeg

Avec "Les Bonnes Étoiles" en compétition Hirokazu Kore-eda fait un retour sur la Croisette après la Palme d’or attribuée à  son film "Une affaire de famille" . Et il vient de tourner à Paris son nouveau film "La véritéavec Catherine Deneuve et Juliette Binoche.

 

 

À Busan, en Corée, une jeune femme, camouflée  dans un imper à capuche noir, abandonne un nourrisson devant "la boite à bébés" en pleine nuit torrentielle . Mais le bébé est kidnappé par Sang -Hyun et Dong-Soo (des courtiers ou "Brokers"), bien décidés à le vendre au marché noir de l'adoption. La jeune mère, So-Young qui revient sur ses pas, les surprend, et décide alors de partir avec eux en road-trip pour choisir, elle même, les  parents adoptifs.

 

  F898D65D-B305-4622-899A-68DE23184CA8_1_201_a.jpeg


Dong -Soo (Dong-Won Gang), So-Young (Ji-eun Lee) et Sang-Hyun (Song Kang-Ho)

5F19D14E-9A49-437D-81FB-367B928A70E5_1_201_a.jpeg

L'inspectrice Su-Jin (Doona -Bae.....séries: Stranger, Sense8, Cloud Atlas,Tunnel) qui est bien décidée a faire " un flagrant délit de vente illégale de bébé" suit le van des trafiquants.

68401DE5-624A-43B1-B8C6-05B3CB19D76B_1_201_a.jpeg

Au milieu du thème de l'abandon et des blessures secrètes des protagonistes, se greffe celui de la famille momentanément recomposée et solidaire plutôt sympathique; sauf que, les arrières pensées, loin d'être pures, cachent des intérêts et une sordide avidité . 

 

362AD22C-60FA-49BD-A3DC-9DE5F58FACFF_1_201_a.jpeg

 

 

Du soleil dans l'eau froide, de l'humour et de la joie dans la tragédie et de la poésie dans l'horreur; c'est ce que nous offre Kore-eda avec ces deux Brokers tellement sympathiques et chaleureux"en papas" que nous oublions leur vraie nature, avec une mère meurtrière si paumée que l'abandon de son bébé nous parait logique et justifié et avec une policière qui oublie son devoir en devenant si humaine en mère de substitution que nous la comprenons.

 

 

C5B87E8B-990E-4B3B-9CE4-5614B73B940A_1_201_a.jpeg

 

 

Ce film est bouleversant  car il nous montre que "même certains monstres sont humains" ; qu'ils sont devenus ce qu'ils sont par une certaine voie de conséquences, que seuls les gens dans la misère peuvent concevoir, et que nous ne sommes ,ni en mesure de comprendre ni capables de juger. Alors ce film pardonne tout, même les crimes, il met en avant "les meilleurs sentiments et les bonnes actions" en oubliant "les pires". Kore-eda se focalise sur le drame de l'abandon, qu'il met en avant,  et fait du reste des problèmes mineurs.

 

 

99298977-B55E-4DF4-952D-52E0CC5E920B_1_201_a.jpeg

 

 

 

Kore-eda a été confronté à des enfants qui avaient grandi dans des orphelinats. Il a été frappé de voir que certains d'entre eux remettaient en cause la légitimité de leur naissance : 

'Est-ce une bonne chose que je sois venu au monde ?' 

Entendant cela, je suis resté sans voix. Quel sens y aurait-il eu à leur adresser machinalement quelques paroles de réconfort ? Pouvais-je véritablement affirmer qu’il n’y avait aucune vie sur terre qui ne méritait pas d’exister ? Quel film allais-je pouvoir offrir à ces enfants qui se battaient avec acharnement contre les voix intérieures et extérieures qui leur martelaient qu’ils n’auraient pas dû naître ?"

 Il n'a eu de cesse de penser à cette question durant l'élaboration des Bonnes Étoiles. Selon lui, le film s’apparente à la fois à une prière et à un souhait :

 "je ne voulais pas que le film se termine par une fin où les enfants abandonnés regretteraient d’être nés, où une mère regretterait d’avoir eu un enfant. Je voulais que le film puisse clairement signifier que chaque naissance compte, que chaque vie a sa place." 

 

 

Ce Road-movie est un feel-good que seul, le japonais, Hirozaku Kore-eda aurait pu faire "à la coréenne" sans tomber dans le pathos mais il reste "très japonais" dans sa bienséance sans aucune violence.

 ANNE VR(-_-)XXX



10/12/2022
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres