Anne Vallery-Radot = Rubriques

Anne Vallery-Radot = Rubriques

THE GRAND BUDAPEST HOTEL: SI "ZWEIG "M'ÉTAIT CONTÉ

Capture d’écran 2016-12-31 à 13.12.15.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Grand Budapest Hotel

 C'est une comédie dramatique américano-britannico-allemande coproduite,

coécrite et réalisée par Wes Anderson, sortie en 2014.

Les œuvres de l'écrivain Stefan Zweig sont revendiquées comme source

d'inspiration du film

 

 

 

Capture d’écran 2016-12-31 à 13.13.00.png

 

 

 

 

 

The Grand Budapest Hotel ne se déroule pas  en Hongrie.

Zubrowka, le nom du pays imaginaire dans lequel Anderson a choisi de

placer son récit, rappelle plutôt la Pologne. Et c’est à Görlitz, petite ville

allemande à la frontière polonaise, que le film a été tourné.

C’est là-bas que ce trouve l’hôtel qui sert de cadre à l’intrigue du film et

qui n’est pas un décor. La prison, la pâtisserie Mendl's et le Kunstmuseum

que l’on peut apercevoir à l’écran sont également en Allemagne, tous

comme les studios de Babelsberg dans lesquels ont été tournés quelques

scènes. Pour enrober ce délicieux salmigondis d’Europe centrale, le

compositeur français Alexandre Desplat signe une bande originale où

se mélangent toutes les influences, de la musique moldave au yodel en

passant par les balalaïkas.

 

 

 

 

 L’auteur vieillissant ( Tom Wilkinson) nous explique  que l’inspiration ne vient

pas aux écrivains de façon spontanée ,mais que les sujets leur sont inspirés

par l’observation des événements et souvent par des histoires vraies .

 Flash-back en 1968  le jeune auteur ( Jude Law ) est en villégiature

au Grand Budapest Hotel, qui n’est plus que l’ombre de l’établissement

prestigieux qu’il fut au temps de Monsieur Gustave .

L'auteur est intrigué par un personnage apparemment esseulé, dont il

s’enquiert auprès du concierge. Il s’agit de Zero Moustafa  

(F. Murray Abraham) ,propriétaire de l’hôtel.

Zero l’invite à dîner pour lui conter son histoire.

 

 

 Capture d’écran 2016-12-31 à 14.01.15.png

 

 

Plusieurs décennies auparavant, en 1932. À l’époque de sa splendeur,

l’établissement est un palace sur lequel règne le distingué concierge

 M. Gustave (Ralph Fiennes )     

 

 

 

Capture d’écran 2016-12-31 à 13.17.29.png

Monsieur Gustave et son jeune protégé Zero (Tony Revolori ) qui est

amoureux D'Agatha (Saoirse Ronan) la jeune fille qui travaille chez

Mendl's , pâtissier traiteur de l'hôtel. 

 

 

Capture d’écran 2016-12-31 à 13.17.50.png

 

 

Au milieu de ce microcosme bourdonnant, il veille à ce que les désirs des

hôtes de marque soient satisfaits avant même qu’ils les expriment.

Respecté par les employés, il est également très prisé par les veuves

âgées dont il s’assure la clientèle fidèle, saison après saison. 

Il est le seul à s'intéresser à la comtesse Céline Villeneuve Desgoffe

und Taxis ou Madame D (Tilda Swinton)      

Capture d’écran 2016-12-31 à 14.11.45.png

Un jour cette dernière meurt et le jour de la lecture chez Vilmos Kovacs,

(Jeff Golblum vu récement dans Resurgence et  Indépendance Day)

l'exécuteur testamentaire.

Capture d’écran 2016-12-31 à 14.59.03.png

Gustave est présent et se rend compte que le testament ne

donne pas tout aux héritiers de Madame D  :

la vieille dame a légué à Gustave H. un tableau de la Renaissance

 (Le « garçon à la pomme ») d'une inestimable valeur .

 

Capture d’écran 2016-12-31 à 14.17.55.png

Pendant l'entre-deux-guerresM. Gustave et le jeune Zero se

retrouvent impliqués dans une bataille avec les héritiers ,en

particulier Dmitri Desgoffe und Taxis ( Adrien Brody) et son

tueur Jopling (Willem Dafoe)

Capture d’écran 2016-12-31 à 14.36.29.png

Ils veulent remettre la main sur le tableau, avec  des méthodes violentes

prêts à tuer Gustave et Zero et tous ceux qui se mettent en travers de

leur route .

Capture d’écran 2016-12-31 à 14.48.21.png

 

 

 Henkels (Edward Norton) chef de la police et de l'armée fictive 

essaie de mettre de l'ordre et de faire la lumière dans cette

histoire ....

 

 

 

 Capture d’écran 2016-12-31 à 15.19.02.png

 

 

Entre un conte de fée , un Marvel ou des personnages de BD, 

ce film un peu "carton pâte" et "Rose bonbon" est un petit chef

d'oeuvre ou surgissent sans arrêt des acteurs formidables que

l'on attendait pas tel Jude Law ,Edward Norton ou Jeff Goldburn .

Plein de finesse et de sentiments pudiques à peine exprimés ,

cette comédie dramatique parfois loufoque et drôle peut-être

pleinement attribuée à Stephane Zweig car l'on y retrouve

ce coté "Nouvelle" en dehors du temps et poétique quand il le

faut, malgré la dureté du contexte de la mutation de L'Europe 

en cette période de conflits .

Un très beau film !!

ANNE VR (-_-)xxx 

 



31/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres