Anne Vallery-Radot = Rubriques

Anne Vallery-Radot = Rubriques

ROBERT VALLERY-RADOT: AMI DE MAURIAC ET DE BERNANOS , POÈTE , ÉCRIVAIN CATHOLIQUE , JOURNALISTE ET HOMME DE LETTRE

 

 

 

 IMG_0920.jpg

 Robert Vallery-Radot ,

Huile de son fils Jacques Vallery-Radot en 1934.

 

Capture d’écran 2017-06-26 à 01.29.36.png

 

Robert Vallery-Radot

" Mon grand-père ce moine au sourire si doux "

<< ...........Je fonde beaucoup d'espoirs sur toi dans l'avenir de la famille et

je compte beaucoup sur toi ,tu le sais , pour faire honneur à notre famille 

dans laquelle "Les goûts littéraires" sont un héritage ; je crois bien que tu

sauras écrire ..........>>

Lettre de Robert Vallery-Radot à sa petite fille,

fille de Jacques ,Anne Vallery-Radot 1968

Père Irénée ,en religion .

L'Abbaye Notre-Dame De Grâce de Bricquebec ou vécut 

Père Irénée de 1953 à 1970 année de sa mort .

 Capture d’écran 2017-07-23 à 17.55.36.png

 

Robert Vallery-Radot ,Père Irénée :

Huile de son fils Jacques Vallery-Radot , tableau fait en 1953 . 

IMG_8360.jpg

 

 

Père Irénée avec le Père Abbé Dom Marie-Joseph Marquis

(qui était Abbé à l'abbaye depuis 1940) 

IMG_0611.jpg

 

 

 

 

Messe du Père Albéric à la Crypte de L'abbaye 
IMG_0613.jpg

IMG_0591.jpg

 

 


IMG_0592.jpg

 

 


IMG_0593.jpg
 

 

Portail de l'église Notre Dame de Grâce 
IMG_0614.jpg

 

 

 

 

Le Préau de l'abbaye
IMG_0615.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2017-06-25 à 22.58.55.png

 

 Porterie de l'abbaye 

IMG_0612.jpg

 

 

 

 

Carte de voeux du Père Nivard ,

adressée à mon père Jacques Vallery-Radot , le fils ainé de Robert 
IMG_0617.jpg

 

L'abbaye,fondée en 1824 abrite une communauté d'une vingtaine

de moines cisterciens. À la fin du XIXème siècle, l'abbaye Notre-

Dame de Grâce a été à l'origine des fondations cisterciennes au

Japon. Les hôtes sont bienvenus à l'hôtellerie, qu'ils soient seuls,

en famille ou en groupe, hommes et femmes. 

 

 

 

Les chants Grégoriens sont ,pour moi, les plus beaux chants d'amour sacré.

 

 

 

 

Capture d’écran 2017-06-25 à 19.42.22.png

Pour moi, Robert Vallery-Radot est tout simplement "Mon grand-père" ,

un moine doux et aimant vivant à L'Abbaye "Notre-Dame de Grâce"

de Bricquebec dans la manche puisque je ne l'ai connu qu'en tant que 

"moine" et que je croyais que tous les grands-pères étaient moines ...

Ce couvent fait partie de l'ordre des Cisterciens , un des ordres les plus stricts .

Pas question d'y laisser entrer les femmes ,ce qui était incompréhensible pour

la petite fille que j'étais , je ne pouvais donc voir mon grand-père qu'en face

du couvent , à l'Hôtellerie des Dames .J'étais très proche de cet homme vêtu

de blanc , qui me protégeait en m'enveloppant dans les manches de sa robe

blanche.

Mes premiers souvenirs remontent à un Noël de 1956 , j'avais quatre ans ;

Les moines avaient préparé un arbre de Noël éclairé de Bougies , et à ses

pieds des cadeaux contenant une batterie de cuisine pour moi, des avions

et des voitures, des toupies pour mes frères ,Pascal, Bernard et Benoit.

Pour moi ce couvent était "la maison de Dieu" et mon grand-Père  était  

"Dieu" , dès que je le voyais , je courais vers lui , je l'aimais infiniment. 

Avant de partir , nous le raccompagnions à la porte du couvent et lorsque

celle-ci se refermait je donnais des coups de pieds ,en vain ,pour rentrer dans

le maison de "Dieu".

Le 2 Mai 1964 , le jour de ma communion Solennelle, alors que j'étais triste

que mon grand-père ne puisse pas venir , il m'a écrit :

<<......lorsque tu tournes le bouton de la radio pour entendre l 'Afrique ou

l'Asie , une voix parcourt des millions de lieus pour que la petite Anne

l'entende ,comme si cette voix était dans la pièce pour qu'elle écoute de toutes

ses oreilles .Le 2 mai ton grand-père sera près de toi , invisible mais très

réellement présent , parce que , ni le temps, ni l'espace, n'empêcheront son

Âme de rejoindre sa petite Anne qu'il aime tant ........>>

Par ces mots je venais de comprendre qu'il existe un monde invisible , dans

une ou plusieurs dimensions ,dans un autre espace ou des âmes vivent en 

paix . Mon grand-père était d'un autre monde , pour lui la vie était "Un Songe"

pas un rêve mais un songe .Le Rêve a-t-il écrit ,dissout nos forces , tandis que

le songe les concentre ;le rêve n'est qu'une évasion dans l'irréel ; le songe

est une pénétration prophétique à l'intérieur de l'événement:"Terre s'écriait

Rilke ce que tu veux, n'est-ce pas de naître ,invisible en nous ? quelle mission

nous imposes -tu sinon ta transformation ?" Le songe est cette transformation .

Tant que l'amour comme l'amitié n'a pas franchi cet univers du songe que les

Celtes appelaient "L'Autre Monde",elle ne connait à peu près rien des richesses 

dont Dieu veut ainsi la combler ."Ainsi parlait Robert Vallery-Radot .

Ma correspondance avec lui était régulière .

 

IMG_0523.jpg

Anne Vallery-Radot avec Joseph de Chanterac 

et Ci-dessous avec son grand-père 


IMG_0537.jpg

 

 

Par ailleurs J'allais souvent le voir avec la fille de son ami Eusebe de Bremond 

d'Ars, Guyonne de Chanterac ,son mari Joseph et leurs enfants , Isabelle ,

Mathide , Héliette et François . Nous y allions , dans les années 60,pendant

les vacances d'été .

   

 Robert Vallery-Radot et sa petite fille Anne Vallery-Radot à Bricquebec avec la famille de Chanterac 

Capture d’écran 2017-06-24 à 12.42.47.png
Capture d’écran 2017-06-24 à 12.42.53.png
Capture d’écran 2017-06-24 à 12.43.00.png

 

 

 Capture d’écran 2017-07-28 à 20.15.59.png

 (Sur le traité de Paix de Trianon)

 Mais avant d'être mon grand-père ce moine a été un enfant ,

un jeune homme , un homme marié et un père de famille ;

Sa vie a presque été contradictoire ; homme de lettre ,poète catholique et

journaliste , héros de la première guerre mondiale ,engagé politiquement ,

condamné pour ses idées et réhabilité pendant la deuxième guerre mondiale .

 La vie de Robert Vallery-Radot est loin d'être banale .

 

 

Capture d’écran 2016-05-23 à 02.12.12.png

 

C'est dans la propriété de famille nommée les Alleux (qui signifie terre

franche terre libre ) que Robert Vallery-Radot est né le 31 juillet 1885.

Située sur une colline en face de la vieille ville d'Avallon , la maison

domine la vallée du cousin: elle est à vingt kilomètres de Vézelay ou

Saint Bernard prêcha la croisade .

 

Par sa mère , Robert Vallery-Radot remonte à l'époque féodale,  

Son arrière-grand’mère était née de Bonnevie de Poignat.

(Guillaume de Bonnevie de Poignat fût chevalier croisé en 1250

et Antoine de Bonnevie de Poignat fût prieur de la Chartreuse

du Port de Sainte Marie .)

Par elle, il avait une petite goutte du sang des croisés.

 

Un grand-oncle de sa grand-mère maternelle, Alphonse Royer, fut

directeur de l’Opéra sous le second Empire.

L’arrière-grand-père de sa grand’mère, l’architecte Bertault,

bâtit le Palais-Royal.

 

Le grand-père paternel de Robert Vallery-Radot fut un littérateur estimé;

il publia, durant qu’il était bibliothécaire du Louvre:

Les Chefs-d’OEuvre des classiques français,"  en collaboration avec

A. de Courzon. Il fut chef de cabinet du ministre de l’intérieur Alfred Leroux.

 

Robert Vallery-Radot  descend, du côté paternel, d’une famille de notaires

et de juges originaire du Morvan.

 

Sa mère appartenait à une famille, parisienne depuis six générations,

de gens de robes ,avoués , notaires et d’architectes,.

 

 

 

IMG_0651.jpg

 

 

 

 

 L'Abbé Pezé précepteur de Robert et de son frère Georges ;

 IMG_0559.jpg

 

 

 

Les parents de Robert :André Vallery-Radot et Marie François épouse

d'André Vallery-Radot.  

 

IMG_0418.jpg
 

 

 

Médaille du grand-père de Robert 

IMG_0585.jpg

 

 

 

 

 

 

Arrière petit neveu d'Eugène Süe et d'Ernest Legouvé

( ascendances et alliances avec les familles :  Guiard -

Sauvan -Desvallières ) ,Robert Vallery-Radot  a pour

cousin germain le professeur Pasteur Vallery-Radot .

 

Marie-François ,la mère de Robert eut une grande influence sur son fils.

 Elle avait pour directeur de conscience l'abbé Huvelin ( de la paroisse

St Augustin ) qui marqua d'une  façon décisive la vocation du père de Foucault .

La grand-mère de Robert  habitait le même  immeuble que le lieutenant

de Foucault, 50 rue de Mirosmenil à Paris . 

 

 Robert n'a qu'un frère qui se nomme Georges 

IMG_0383.jpg

IMG_0387.jpg
 

 

 

En 1907 , Robert publie son premier livre de poèmes ,au moment de la mort

de sa mère qui avait accueilli ,à son lit de mort ,Paule Dordet la fiancée de

Robert , une cousine éloignée , et béni leur amour naissant .

Robert a 22 ans .

 

 

Ce premier livre s'appelle

"Les grains de myrrhe"

ou se trouve l'admirable poème sur sa mère = 

IMG_0565.jpg

 

 

 

IMG_0566.jpg

 

 

 

 

 

1907 "Les grains de Myrrhe" 

 

 Capture d’écran 2017-06-25 à 19.50.52.png

 

 

 "Les Chants de Chryseis " poème de Robert Vallery-Radot

dédié à son cousin Louis Rouart 

IMG_0564.JPG

 

Voir l'article Rouart /Renoir/Lerolle /Escudier/Vallery-Radot 

 

"Chanson " Poème de Robert Vallery-Radot

Dédié à son cousin  Eugène Rouart 


IMG_0567.jpg

 

 

 

 "Sur une maquette " poème de Robert Vallery-Radot

dédié à son cousin Henry Lerolle  

IMG_0568.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

1909/ 1910 François Mauriac 

          Francis Jammes 

 

 

 Capture d’écran 2017-07-22 à 19.08.04.png

 Francis Jammes

 

Capture d’écran 2017-07-11 à 15.37.30.png

 

 

 Dédicace d'Hervé Serry à Jacques Vallery-Radot ,

le fils ainé de Robert Valler-Radot.

IMG_0428.jpg

 

Hervé Serry dans son livre "Naissance de l'Intellectuel Catholique "écrit : 

<<les années 1910 , à la suite d'un élan initié par le courant symboliste ,

sont le temps d'une intense création de revues par de jeunes auteurs

enquête de reconnaissance.

Extraits :

 

Capture d’écran 2017-07-22 à 17.32.25.png

 


Capture d’écran 2017-07-22 à 17.32.53.png

 

Capture d’écran 2017-07-22 à 17.34.23.png

 

 

 

 

 Capture d’écran 2017-07-22 à 17.35.44.png

 

 Capture d’écran 2017-07-22 à 17.40.50.png

 

 Capture d’écran 2017-07-22 à 17.43.43.png

 

 

 

Capture d’écran 2017-07-22 à 17.45.45.png


Capture d’écran 2017-07-22 à 17.46.08.png


Capture d’écran 2017-07-22 à 17.46.19.png

 

 

 

Capture d’écran 2017-07-22 à 17.50.26.png

 

 


Capture d’écran 2017-07-22 à 17.50.33.png

 

 

 

Capture d’écran 2017-07-22 à 17.55.05.png
Capture d’écran 2017-07-22 à 17.55.23.png 

(Pages ci-dessus extraites du livre : 

"Naissance de L'Intellectuel Catholique " d'Hervé Serry .)

 

 

Ainsi tout au long de la" Renaissance littéraire catholique" , certains de

ses participants vont tenter de mettre en place un équivalent catholique

de "La nouvelle revue Française "qu'André Gide et ses proches fondent

en 1909 : Robert Vallery-Radot et François Mauriac dans les années 1910

 avec "Les Cahiers" , Jacques Maritain( 1)à partir de 1925 avec la collection

"Le Roseau d'Or" et enfin ,au début des années 1930 "Vigile" avec à

nouveau Mauriac et Maritain associés à Charles Du Bos .(........)

Francis James et Paul Claudel sont , dès les premiers pas de la "Nouvelle

Revue Française ou NRF " invités à y collaborer .>> Hervé Serry 

 

(1) Jacques Maritain est un philosophe catholique français (1882-1973)

adversaire de Bergson .C'est notamment Maritain qui a inventé le

terme "L'Angelisme" pour désigner l'attitude philosophique qui fait

de l'homme un ange .

IMG_0611.jpg


IMG_0612.jpg


IMG_0613.jpg

 

 Capture d’écran 2017-07-11 à 15.38.02.png

 

 

 

 "La Paque " de Robert Vallery-Radot

Dédié à son ami Francis James 

 

IMG_0581.jpg

 

 

 

 

 

IMG_0580.jpg

 

 


IMG_0578.jpg

 IMG_0667.jpg

 

 


IMG_0668.jpg

 

 

 

 

 

 

IMG_0670.jpg

 

 


IMG_0671.jpg

 

 

 

C'est à l'époque de ses fiançailles que Robert hésita entre la vocation

religieuse et le mariage .Il alla trouver l'abbé Huvelin qui lui dit :

<<Mon enfant vous ne pouvez pas rompre ses fiançailles.Il faut rester

fidèle à la promesse faite à cette jeune fille .Dieu a ses desseins.>>

Et ,en effet , Robert n'aurait sûrement pas été ce qu'il fût sans cet amour

passionné qui le marqua à jamais.Le mariage  fût célébré le 28 Octobre

1909 ,après quatre années de fiançailles .

  C'est à cette époque que Robert publie aussi dans la revue "Les Essais " 

"Une prière à Sainte Catherine de Sienne " qui lui vaut une dépêche de 

Francis James << Il y a du génie dans votre prière>> 

 

" Sainte -Catherine de Sienne "

 

Capture d’écran 2017-07-28 à 20.27.54.png

 

 

 

 

Aux Essais ,premières amitiés avec Jean- louis Vaudoyer , plus tard

membre de l'Académie Française, avec Pierre Hepp et Eugène Marsau .

Mais il ne pouvait échanger avec eux les lumières de sa foi comme il

le fera plus tard avec Mauriac ,Lafon et Eusèbe de Brémond d'Ars . 

 

 

1909 "L'Eau Du Puits"

couronné par l'Académie Française 

Capture d’écran 2017-07-11 à 16.59.09.png

On y retrouve un autre merveilleux poème sur sa mère .

IMG_0587.jpg


IMG_0588.jpg 

 IMG_0392.jpg

 Lettre de François Mauriac à Robert Vallery-Radot

 

IMG_0631.jpg

 

 


IMG_0632.jpg

 

 


IMG_0633.jpg

 

 


IMG_0634.jpg

 

 

 

IMG_0404.jpg

 

 Lettre de François Mauriac à Robert 

 

IMG_0622.jpg

 

 

 

IMG_0623.jpg

 


IMG_0624.jpg

 

 IMG_0625.jpg

 

 

 

 


IMG_0626.jpg

 

 

 

 PS: les coupures et choix des pages sont voulues . 



 

Capture d’écran 2017-07-25 à 21.36.26.png

 

 

 

Les compagnons "amitiés de France "

autour de "Paule au front-bombé " la femme de Robert Vallery-Radot ,

de droite à gauche :Robert Vallery-Radot ,François Le Grix ,

François Mauriac de profil,Georges Vallery-Radot entre Eusèbe

et Philippe de Brémond d'Ars .

 IMG_0500.jpg

 

 

 

 

 IMG_0576.jpg

 

 

François Mauriac et Robert Vallery-Radot

à L'Échauguette à Avallon en 1910.

 

 


IMG_0577.jpg

 

 

 Lettre de François Mauriac à Robert Vallery-Radot 

 

IMG_0627.jpg

 


IMG_0628.jpg

 

 


IMG_0629.jpg

 

 


IMG_0630.jpg

 

 

 

 

1910/1912 

"Leur Royaume "

Capture d’écran 2017-07-11 à 17.13.30.png

"L'Homme de Désir"  

 "L'homme de Désir" dont Octave Aubry ,le célèbre historien a écrit

que "c'est un des plus beaux livres du début de ce siècle " .

François Mauriac vient d'écrire "Les mains jointes" .

Robert disait de Mauriac <<C'était le jeune homme riche de l'Évangile,

chez Mauriac ,l'amour du Christ a toujours été authentique ; La plus

grande gloire humaine l'a laissé pareil au jeune homme de 24 ans qui

aimait entendre avec moi la messe chez les Bénédictines de la rue

Monsieur .>> 

François c'était la seconde amitié de la vie de Robert , la première

étant celle d'Eusèbe de Brémond d'Ars.

1909 ,A Robert Vallery-Radot:

<< Je ne veux pas savoir mon ami ce que d'autres penseraient de moi .

Ne nous regardons pas dans ces miroirs qui déforment .Il me suffit de

quelques âmes se penchant sur la mienne . Vous me parlez de Dieu , j'ai

besoin que vous m'en parliez .Je vis depuis quelques jours dans une

intimité moins grande avec lui .......>> François Mauriac

1910:

<< Mon petit Robert,.. non vous n'avez pas manqué votre vocation , et

vous savez bien que des âmes vivent dans votre lumière et dans votre

foi . Comme vous dites , je m'aime trop , il y a en moi un double .......

contradictions douloureuses de mes aspirations et de mes bas désirs!

il faudra bien que je choisisse un jour .....

Il y a de la lumière en vous ,Robert ,si bien que lorsque j'ai vécu des

heures avec vous il me semble que c'est la nuit et que toutes les autres

âmes ne sont que d'humbles phares . >> François Mauriac 

       

 Capture d’écran 2017-07-12 à 13.54.50.png

 François Mauriac 

"Les mains jointes " livre de Mauriac dédicacé à Robert Vallery-Radot 

 

Capture d’écran 2017-07-11 à 17.49.42.png

 

1911 A Robert Vallery-Radot :

<< Mon cher Robert , mon ami ne vous laissez pas abattre par ces

petites contrariétés matérielles et ne me parlez plus de la mort

avec cette effrayante joie.Il est vrai que nos pauvres vies tourm-

-entées ne connaissent pas de répit .Ce n'est pas difficile d'être

sublime , pendant quelques heures mais il y a toute la vie avec

ses tentations horribles , ce besoin de s'avilir ........seulement il y

a notre jeunesse .......cette terrible jeunesse ...........cette terrible

maitresse qui veut goûter même à ses désillusions et à ses

terreurs ...Vous n'êtes pas de ce monde ,Robert ........>>

François Mauriac  .

   

 François Mauriac rencontre Jeanne Lafon chez l'écrivain Jeanne Alleman,

romancière sous le nom de Jean Balde.  

 

Capture d’écran 2017-07-30 à 02.11.38.png

 

François Mauriac à Jeanne Lafon : 

<<Je vous aime parce que vous êtes vous; ne croyez pas que je vous
«embellisse"... Comment le ferais-je puisque vous dépassez tous mes
rêves, puisque vous êtes l'enfant que j'attends depuis toujours?
Il y a de l'ombre en vous, de l'ombre et du silence, et c'est cela que j'ai
cherché, sans le trouver jamais. Dieu ne voulait point qu'une autre que
vous me fît ce don merveilleux. Quand il voyait mes soirs de solitude
et mes larmes secrètes, il savait le bonheur inconnu qui m'attendait
de toute éternité dans un vieux salon de campagne au bord d'un fleuve
triste... >>

 

«Ma chère petite Jeanne, je vous aime et je pense à vous... Le ciel est triste
aujourd'hui et je le suis aussi sans raison particulière. Cela monte du fond de
moi-même. Ne vous inquiétez pas de connaître l'inconnaissable - je veux dire
cette part de mon coeur dont je vous parlais l'autre jour... Il suffit que comme
je vous aime, vous m'aimiez. Si vous m'aimez, l'amour vous révélera tout ce qu'il
faut que vous sachiez de votre époux. L'amour a de mystérieux moyens de
connaissance et de secrètes révélations.
Il me tarde, mon petit enfant, de vous retrouver. Il y a des heures où je ne vous
«vois» plus - où je n'imagine plus les traits de votre visage. De même, certaines
de vos lettres me comblent de joie, me dévoilent votre coeur - d'autres au contraire,
quoique spontanées et charmantes, me déçoivent. Je n'ai nul besoin de vous raconter
mon enfance.
Elle fut, comme toutes les enfances, mêlée de rire et de larmes. Je l'ai transfigurée,
j'en ai fait un paradis idéal où me réfugier (la nouvelle que j'ai donnée à «la Revue
hebdomadaire» s'appelle «le Paradis» et c'est justement une évocation idéalisée
de mon enfance...). Je m'y réfugie parce que la vie d'un jeune homme catholique
est triste. Il ne s'abandonne pas avec insouciance comme les autres à toute volupté.
Il souffre de ce qui fait sourire avec indulgence le monde. A chaque fois qu'il tombe,
il trahit une cause infinie.
Vous ne connaîtrez jamais le dégoût que j'ai de moi-même! Et puis j'ai souffert d'une
chose aussi, d'autre chose que je n'ai pas encore osé vous dire, quoique je vous doive
cet aveu. J'ai reculé, craignant de vous causer du chagrin. Vous devinez qu'il s'agit d'une
femme, d'une jeune fille, qui a déjà traversé ma vie... Mais dites-vous bien, mon cher
amour, que le jour où j'ai désiré vous épouser, j'avais la certitude absolue, définitive,
qu'il ne restait rien de mon amour mort. Je souris maintenant de relire les vers de
désespoir écrits après cette déception. Votre amour me fortifie et me paye infiniment
de ce que j'ai pu souffrir.
Petite Jeanne, écrivez-moi bien vite que ma confession ne vous a pas blessée.
N'y voyez qu'une preuve de mon amour. Je ne veux pas que plus tard un racontar
mondain vous apprenne cette pauvre histoire. Vous auriez le droit de me reprocher
mon silence. Comprenez-vous qu'au contraire je vous aime infiniment plus parce
que j'ai souffert? Autrefois, ivre de mes petits succès, dévoré d'orgueil, je vous eusse
fait souffrir. Aujourd'hui, blessé par la vie, je me réfugie en vous. Je ne vis que de votre
tendresse. Toute autre femme me paraît inexistante. Je vous aime.»
FRANCOIS

 

 

En 1913 François Mauriac épouse Jeanne Lafon ,

Robert est un des témoins de François 

 

IMG_0394.jpg

Robert Vallery-Radot est sur la photo de droite en haut à gauche 


IMG_0396.jpg

 

 

 

 

 Puis vient la période "des cahiers de l'Amitié de France"

 dont Robert Vallery-Radot est rédacteur en chef .

La revue est dirigée par Georges Dumesnil , professeur à l'université de

Grenoble. La redaction se compose de Paul Claudel ,Francis James ,

François Mauriac, Ernest Psichari , Jacques Maritain, Louis le Cardonnel,

Georges Goyau, André Lafon et Emile Baumann.

Cette jeune revue serait devenue pour la jeunesse chrétienne ce que 

fût plus tard "La Nouvelle revue française" , si la guerre n'était pas

venue tout détruire et tout disperser .

André Baunier de "La revue des deux mondes" parlait du "groupe" en

étudiant :

"l'Enfant chargé de chaines de Mauriac

"L'Appel des armes de Psichari

" L'Homme de Désir" de Vallery-Radot  

A cette époque Robert fait aussi la connaissance du rédacteur en chef de

"la revue hebdomadaire ", un certain François Le Grix, avec qui il travaillera

et publiera avant de partir "La veillée obscure" 

 

 Capture d’écran 2017-07-28 à 20.26.52.png

 

IMG_0603.jpg

 

 

 

 

 

 Déclaration de la guerre  1914  

 

 

 

IMG_0602.jpg

 

 Carte de François Mauriac à Robert Vallery-Radot 

 IMG_0635.jpg
IMG_0636.jpg

 

 

 

IMG_0647.jpg

A Avallon, à L'Echauguette ,propriété de la famille Dordet 

de gauche à droite Pierre Escudier

 Elisabeth (Dordet) et son mari Eugène Magnificat 

devant madame Léon Dordet (Thérése dite "Baba") 

à droite Robert Vallery-Radot et devant lui sa femme Paule (Dordet)

et toute à droite Héléne (Dordet) femme de Pierre Escudier 

devant les enfants de gauche à droite :

Christiane Magnificat , jacques Vallery-Radot ,Marie Vallery-Radot

Susanne Magnificat et Jean-Philippe Escudier dans les bras

et François Vallery-Radot .  

 

 

Robert s'engage dans l'Infanterie , marié depuis cinq ans ,il est

père de trois enfants :

Jacques

François

Marie

IMG_0473.jpg

  IMG_0560.jpg

 

 

 IMG_0604.jpg
IMG_0605.jpg

 

 

 

IMG_0466.jpg

 

 


IMG_0467.jpg

IMG_0469.jpg

IMG_0475.jpg

 

 Robert est chef de section aspirant ,sous lieutenant et ,après la

guerre, capitaine .

Il prend part aux Batailles de Vauquois et de Bonchavesnes ou il

est blessé à la tête de sa section .

Il a deux citations : Croix de Guerre et Légion d'Honneur .

Après sa blessure il est versé dans les services d'Etat-Major.

 

 

 

 Lettre de Françoise Fischer-Mauriac , petite fille de François Mauriac

à Anne Vallery-Radot , petite fille de Robert Vallery-Radot.

IMG_0588.jpg

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2017-07-28 à 23.23.16.png

 

Martial Pièchaud debout (1)

et assis à gauche François Mauriac et André Lafon .

(1)Martial Pièchaud :

"Le Retour dans la nuit," publié d'abord dans La Revue hebdomadaire,

puis chez Grasset en 1914.

Ce premier roman lui assura une grande renommée. 

Il fut membre de la «Génération Perdue», et ami d'enfance de François

Mauriac,d' André Lafon et de Jean de La Ville de Mirmont.

Il est lauréat de l'Académie française en 1951 (Prix Narcisse Michaut).

 

 

IMG_0559.JPG

IMG_0559.JPG

 

 

 

Capture d’écran 2017-07-27 à 14.28.22.png
Capture d’écran 2017-07-27 à 14.28.26.png

 

 

 

 IMG_0560.jpg

 

 


IMG_0569.jpg

 

 

 


IMG_0570.jpg

 

IMG_0570.JPG

 

 


IMG_0571.jpg

 

 

 

 

 

Paul et Robert Vallery-Radot 

IMG_0649.jpg

 

 

 IMG_0471.jpg

 

 

IMG_0606.jpg

 

 De gauche à droite ,Marie ,François et Jacques 

 


IMG_0607.jpg

 Assis à gauche François ,

Marie est dans les bras de son père Robert

et Jacques est assis à droite ;

 

 IMG_0644.JPG

 

 

Paule et Robert Vallery-Radot avec leur fils François , 

Georges le frère de Robert avec Jacques le fils de Paule et Robert

et au centre François Mauriac en 1915 .

 

 

 

IMG_0477.jpg
IMG_0478.jpg

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2017-07-24 à 17.08.47.png

 Carte de François Mauriac à Robert Vallery-Radot

 IMG_0637.jpg
IMG_0638.jpg

 

 


IMG_0609.jpg

 

 

 


IMG_0610.jpg
 Paule et Robert avec leur fils Jacques 

 

On retrouve Robert en 1917 officier informateur à l'Armée Gouraud ,

 puis à l'Armée Mangin .

Il est chargé, après l'armistice de la liaison avec les journalistes anglais

et américains ainsi qu'avec les journalistes rhénans en territoire occupé.  

 

 

 

Paule Vallery-Radot avec ses deux fils Jacques et François  

 IMG_0637.jpg

 

 

 

Jacques et François Vallery-Radot 
IMG_0641.jpg

 

IMG_0638.jpg

 

 IMG_0472.jpg

 

 

Au cours de la guerre deux enfants étaient nés :

Sabine et Monique 

 

Sabine 

IMG_0640.jpg

 

 

 

Jacques avec Sabine et Monique 

IMG_0650.jpg

 

 

 

 

 

 

IMG_0642.jpg

Paule Vallery-Radot à Riva Bella 

 


IMG_0643.JPG

 

 

 

 

 

 

IMG_0476.jpg

 

 

 

 

 Le 30 décembre  1918 Robert est démobilisé comme père de cinq

enfants.C'est l'enivrement de la victoire , la fin d'un drame .

Mais un autre drame attendait Robert :

<<Le malheur a fondu sur Robert ,a écrit François Mauriac. Sa femme

-une des plus attachante que j'ai connue -n'a pu supporter l'angoisse

de la guerre et quand lui-même est revenu du front , après quatre ans

de séparation ,il leur a fallu se séparer de nouveau et le chemin de

croix a commencé ...>>  

Robert : (.......) il faut vivre avec cette blessure d'ou s'échappe le meilleur

sang de mon coeur (.........) car il est indigne de l'homme de se laisser

briser par l'épreuve ; d'ailleurs je ne suis pas de ceux qui désespère et

mon espérance n'est pas dans les biens changeants de ce monde . La

mort ni la ruine ne peuvent rien contre cette vie que j'ai en moi et qui

est la Foi .(..........) Cette croix c'est la seule que j'aurais tremblé

d'accepter , la seule pour laquelle j'aurais manqué de courage, si Dieu

me l'avais demandé ..et c'est pourquoi c'est celle là précisément qu'il

m'a envoyé pour me broyer et faire de moi ce qu'il veut que je fasse

sur la terre .La vie sera éternelle et nous retrouverons tous ceux que

nous aimons. Je ne vis que dans cet espoir .>>     

 

 

 

C'est aussi en 1918 que son ami Eusèbe de Brémond d'Ars publiait

"Les tilleuls de juin" à la société littéraire de France , fondée par

Guy de Pourtalès et François Le Grix .

Pendant la guerre Robert avait publié :

 

<<L'Anthologie de la poésie catholique>>

Capture d’écran 2017-07-13 à 16.11.03.png

 

<< Tu pleurais Madeleine ,et ton frère au tombeau 

      Ne souffrait point de trêve  ta douleur fidèle ;

      Mais ,à peine on te dit :"viens ,le Maitre t'appelle,"

      Que ce mot de tes pleurs fait tarir le ruisseau ;>>

       (............) 

 

<< Le Reveil de L'Esprit>>

couronné par L'Académie Française  

Capture d’écran 2017-07-13 à 16.23.35.png

 

 << "Arthur Rimbaud, a écrit Paul Claudel, fut un mystique à l'état

      sauvage , une source perdue qui ressort d'un sol saturé ."

      Cette source perdue Claudel va la capter ,et elle va devenir un

       large fleuve qui va féconder tout le lyrisme contemporain .>>

       (.............)

 <<L'Homme de Douleur>>

Hermann Platz : "c'est le livre le plus étonnant de la guerre"

écrit à l'Echauguette en 1917 

Capture d’écran 2017-07-13 à 16.32.15.png
 

<< (.......) mais de fiers sourires brillaient dans les yeux de vingt ans ;

et les vieux, le regard songeur ,coupaient leur pain en silence. C'est

que dans l'air ce soir-là paissait un vol de victoires."La Brigade

Messimy a pris Bouchavesnes .. on a fait 12.000 prisonniers ..."   

 

1919 Georges Bernanos 

 

 

Capture d’écran 2017-07-22 à 14.10.16.png

 

 

 

 

 

 Extrait de la notice biographique de Robert Vallery-Radot ,

rédigée par son fils Jacques  =

En 1919, il fait la connaissance d'un moine bénédictin, Dom Bess qui

essayait de relever le journal "L'Univers "dont il avait pris la direction 

et il confia la rédaction en chef à Robert ....c'est alors qu'il reçut un

article pour l'Univers signé Georges Bernanos , ami de Dom Bess .

<< Je reconnus tout de suite, a écrit Robert , le style de la grande

race...... Georges était là, avec toute son âme...je lui écrivis que je

désirais le connaitre ........>> Une grande aventure commençait avec

cette nouvelle amitié . L'entrevue avec Bernanos eut lieu dans la cour

de l'Institut catholique ,après une messe pour les morts de la guerre .

Bernanos a écrit à ce sujet :<< Vous n'avez pas oublié ,cher Robert ,

ce garçon ,un peu étrange avec son chapeau posé sur l'oreille, que vous

vites, ce matin là pour la première fois ....Voilà déjà longtemps que nos

destins se trouvent liés . Et bien avant que nous nous connûmes ils

étaient, sans doute accordés à l'insu de tous , à notre insu, et même,

j'ose le dire , en dépit de la logique, qui parait présider, et ne préside

jamais aux divers événements de la vie,-heureusement- car alors

qui voudrait vivre ?>>

Jacques Vallery-Radot

Capture d’écran 2017-07-15 à 13.38.17.png

1920

Mauriac fait paraitre son livre "De Chair et de Sang "

IMG_0706.jpg

 

Capture d’écran 2017-08-06 à 23.13.53.png

 

 

 

 

Durant l'année 1920, le cardinal Mercier invite Robert Vallery-Radot

à parler aux grandes conférences catholiques en Belgique en même

temps que d'autres personnalités : Poincaré, Cambon, Mangin etc..

C'est l'année où parait

<<Devant les Idoles >>

livre que  Robert Vallery-Radot dédie au révérend Dom Bess de

l'ordre de Saint-Benoit:

 

 

 

IMG_0665.jpg

Capture d’écran 2017-07-15 à 13.27.20.png
  

Robert Vallery-Radot flétrit les dogmes de progrès, de Science

et de Démocratie, où il proclame que << le Libéralisme est la mort

de l'action>>.

Il est alors président de la Section d'Action Française de Versailles. 

Il devient l'ami de Jacques Maritain qui lui-même habite Versailles .

 

 

 Capture d’écran 2017-07-15 à 13.40.44.png

 Jacques Maritain 

 IMG_0614.jpg

 


IMG_0615.jpg

 

 


IMG_0617.jpg

 

 

 


IMG_0618.jpg

 

 Maurice Barrès préside une des conférences et déclare :

<< Nous vous applaudissons , Vallery-Radot, car après avoir contribué

à sauver votre pays, il vous appartient, à vous et à vos amis de dégager

sa vraie figure et d'augmenter par là encore son prestige dans le monde.

Nous attendons le message de ceux, qui après avoir sauvé la France,

veulent définir son esprit et parfaire son visage.>>

Capture d’écran 2017-07-15 à 13.50.48.png

 Maurice Barrès, Écrivain et homme politique français ; l'un des

maitres à penser de la droite nationaliste durant l'entre deux

guerres.  

 

 

 

 

Numériser 52.jpg

 Robert Vallery-Radot et François Mauriac 

 En 1922 "Le Baiser au Lépreux " de Mauriac

 

IMG_0457.jpg
IMG_0458.jpg

 

 

 

En 1923, Voyage en Palestine, en Egypte et en Grèce .

Robert rapporte un livre :

récit de voyage :

<<La Terre de vision>>

IMG_0666.jpg

 

Capture d’écran 2017-07-27 à 01.02.10.png

Lettres de Georges Bernanos  :

 A Robert Vallery-Radot :

                                                                      Fressin le 20 juin 1923.

 

 

                         Mon bien cher ami,

Votre petite carte postale est venue me trouver comme un remord .

Cependant vous ne songerez point à me blâmer .

J'ai glissé, glissé, glissé , mon vieux ........jusqu'au seuil noir .

Mais vous savez ,comme moi , que la sollicitation de la mort n'est pas

sans douceur. Ne revenons donc pas là -dessus .

Malheureusement le drame a eu des longueurs , comme un roman de

monsieur Bernard. Perforation intestinale (...............)

Enfin j'ai le ventre entrouvert : mais une ceinture et des compresses

me permettent d'aller et venir .

Hélas , mon ami , le bon Dieu n'a pas voulu que je dise mon magnificat

sans arrières pensées. Ce qui me reste à vous dire est plus cruel .

Ma chère petite femme , épuisée souffre depuis un mois de fièvre

continue . Un examen du sang a décelé une tuberculose au début .

Elle n'en sait rien , il faut jouer la comédie de la confiance .

(.....................)

Comme nos croix se ressemble mon ami !

Priez, priez . Priez pour nous . Faites priez vos chéris .

Claude a reçu votre médaille , qu'elle porte , Jeanne vous en remercie .

Votre souvenir de Jérusalem ne me quitte pas .

Quelle illustration en première ligne d' "Une saison en enfer "  .

Je vous aime tendrement .

                                                                                       Georges Bernanos 

 

 

 

Numériser 12.jpg

 

 

 

 

A Robert Vallery-Radot :

                                                                                       Lourdes le 18 juillet 1923.

                                 Mon bien cher ami .

Avez -vous reçu ma dernière lettre ? êtes -vous fâché ?

La santé de Jeanne s'est un peu amélioré - un peu , même beaucoup -

elle n'a plus de fièvre et le résultat de l'examen radioscopique est bon .

(...............................)

Et maintenant ceci : Je dispose encore de quelques jours ; Êtes -vous

présent à Avallon? Pouvez -vous nous y recevoir ?

Vous voyez , je ne me gêne pas .

Et puis je verrai ma filleule (1). Vous me laisserez peut-être ?

(.................................)

Je sera bienheureux de vous embrasser.

Affectueusement .

                                                                                                 Georges Bernanos. 

 

(1) Sabine Vallery-Radot , la deuxième fille de Robert .

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2017-07-27 à 01.36.27.png

 

 

 

 

 A Robert Vallery-Radot :

                                                                         Rethel le 27 Juin 1924 .

 

 

                           Mon bien cher ami , 

 

 

(........................................................................................................................)

(.........................................................................................................................)

Je vous écris dans un ignoble café de Rethel .Il n'y a ici d'humain qu'une

souillon qui va de table en table et répète : Un bock, m'sieur?.........

voilà , M'sieur ..........d'une voix si douce qu'elle a l'air d'avoir dans la gorge

une source. Un voyageur en articles de Paris lui pince les fesses .De quoi

le blâme et vitupère <<un voyageur en nouveautés >entièrement saoul .

(........................................)

J'ai reçu votre livre , et je l'ai accueilli comme vous-même .

Je ne vous en parlerai pas encore aujourd'hui.Qu'il est plein d'amertume !...

Mais je suis sûr que vous ne vous en doutez pas .

Nous allons voir de grandes choses , mon ami , qui seront à la mesure de

nos coeurs .

A vous pour toujours .

                                                                                    Georges  Bernanos

A Robert Vallery-Radot:. 

 

 

                                                                 Épernay le 10 décembre 1924.

 

                   Mon bien cher ami ,

Pardonnez -moi , c'est tout ce que je peux dire après vous avoir si

longtemps et bêtement délaissé . La raison de tout ça n'est pas belle!....

On croit faire le sacrifice de ses préférences , dans l'acceptation du

devoir quotidien , et des obligations de néant qu'il impose . Mais l'on

s'aperçoit tout d'un coup que ce qu'il y a de plus bête dans votre vie

vous sollicite invinciblement, que la courbature devient une fin en soi .

Car il est absolument impossible de s'abrutir en beauté !

(.......................................................................................................................)

J'attends votre livre faites-m'y une belle dédicace , que nos petits enfants

pourront lire quand j'aurai été mangé de la terre , au fond d'un cimetière

municipal .

Embrassez vos chéris , particulièrement et nommément ma petite Sabine.

Dites à Georges (2)qu'il devrait bien venir nous voir. Les deux dernières

semaines de janvier seraient une époque favorable .J'aurai , j'espère , peu

de travail , alors . Répondez -moi là-dessus......

Et vous?

De tout coeur , et fidèlement . 

                                                                                         Georges Bernanos .

 

 (2) Georges Vallery-Radot , le frère de Robert.

 

 

 

Bernanos à moto 

Capture d’écran 2017-07-23 à 14.56.55.png

 

 

 

 

 A Robert-Vallery-Radot :

                                                                                           

                                                                  Reims le 25 Février 1925.

 

 

 

                          Mon bien cher ami ,

Ce matin , dans la précipitation d'un départ au petit jour ,j'ai perdu mon

stylographe. Je n'aurais jamais le courage de vous en écrire bien long

avec la damnée plume que le Grand Hôtel Continental met à ma

disposition.

Dans l'intention de remplacer l'objet perdu , je suis rentré (par mégarde!..)

dans la "librairie Catholique" de Reims.Bien entendu , l'espèce de sacristain

qui trône au comptoir de sa pieuse droguerie pour âmes pâles , n'a pas été

fichu d'en présenter de convenables .

Oui! j'ai terminé mon livre (3) . La dernière lecture m'a écoeuré. Non je n'ai

pas délivré mon furieux rêve! On voit sa face passer et repasser derrière les

barreaux , ou sa grande ombre sur le mur infranchissable .Fera-t-il peur ou

pitié?

Cette rage d'être compris, par quoi seulement nous méritons( Hélas! Hélas! ),

vous et moi, le nom d'hommes de lettres, je pense que nous en emporterons

la démangeaison dans le purgatoire , pour l'expiation de nos péchés .A quoi

se résoudre, Seigneur!

je ne sais seulement que souhaiter .Car s'il est fâcheux de n'être entendu de

personne, c'est bien embêtant aussi de se donner tant de mal pour trainer -

comme n'importe quel poète lyrique -la pitié des imbéciles ainsi qu'une

casserole à la queue .

Si je désirerais vous voir! Mais mon bien cher et véritablement unique ami ,

songez combien je dispose peu de mon temps!Vous,au contraire ,vous voilà

libre ,ou presque. Pourquoi ne venez -vous point ?je suis à la maison le

samedi ,le dimanche et le lundi. Si vous craignez de laisser Georges seul,

amenez-le.Vous me trouverez dans une vieille rue d'une vieille ville ,

retranché dans une maison du même âge.(.......................................................)

(.......................................................................................................................................)

je vais vivre jusqu'à samedi dans l'espérance de vous voir.

De tout coeur avec vous .

                                                                                             Georges  Bernanos .

Je n'ai pas encore reçu votre livre .Pourvu qu'il ne se soit pas égaré !......       

 

 Capture d’écran 2017-07-23 à 18.05.58.png

 

(3)Bernanos vient de terminer "Sous le Soleil de Satan" qu'il préface à son 

ami Robert Vallery-Radot :

<< A Robert Vallery-Radot qui lut le premier ce livre et l'aima >>

 

 

 

Capture d’écran 2017-07-23 à 13.27.18.png

 

 

 

 

 Capture d’écran 2017-07-20 à 16.27.51.png

 

Capture d’écran 2017-07-23 à 13.26.36.png

Ce livre , ce premier roman , Robert a présidé à sa naissance ...

Bernanos a écrit :

<< Par une admirable intuition de l'esprit et du coeur ,Robert a

prévu la destinée du livre que je n'aurai sans doute pas écrit sans

lui>> G. B. 

A Robert Vallery-Radot :

<< Dieu vous rende au centuple ce que vous m'avez donné - la certitude

qui pour un instant m'a fait tel que votre douce amitié me souhaite et

me voit! En pleine tristesse , en plein abandon , en plein dégoût , votre

magnifique témoignage m'a littéralement éclaté dans le coeur .....

j'aurais pu vous écrire plus tôt : j'avais peur d'user ma joie ....et quelle

joie, mon ami ! car je n'écris que pour vous , et nos frères de race , je 

n'espérais donc rien de mieux que votre enthousiasme fraternel .

Je vous remercie chèrement, naïvement , de toute mon âme .

Il est à vous ce livre . Je manquais de courage et de confiance ! Un seul

mot de vous m'eût fait tout lâcher .

C'est une autre grande joie de vous le laisser , de vous le confier .

Je vous enverrai le second exemplaire , incessamment.

Je vous écrirai de nouveau.

Bien tendrement vôtre ,>>

                                                                          Georges Bernanos  

 

A Robert Vallery-Radot :

<<Je vous envoie le second exemplaire du "Soleil de Satan".

Sans parler du résultat que j'espère de votre aide fraternelle , il m'est

doux de penser que mon livre n'a pas d'autre appui en ce monde que

votre amitié , qu'il dépend étroitement d'elle ....

C'est presque à souhaiter qu'il attende son heure (si elle doit sonner

jamais ! ) pour que rien ne vienne troubler trop vite la solitude de

notre pensée et de notre coeur .

Lorsque mon manuscrit était encore inachevé , j'étais tourmenté de

la crainte de mourir en le laissant informe , indéchiffrable .

J'avais pris mes dispositions pour qu'il vous fût remis tel quel , afin

d'en faire ce que vous auriez jugé bon ...

Vous voyez que vous n'échappiez pas , même dans cette funèbre

hypothèse , au parrainage ...

Bien tendrement vôtre .>>

                                                                                   Georges Bernanos .      

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2017-07-23 à 18.06.06.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2017-07-28 à 20.18.23.png

 

 

 

 

En 1925 Robert  a fini

<< La Clé du Festin >>

A Robert Vallery-Radot :

 

                                                                                       Bar le 20 Mars 1925,

                        Mon cher ami ,

Pourquoi ne m'avez -vous pas répondu ? je vais être absent dix ou douze

jours . Quand vous verrai-je ? 

Et je vous attendais , mon pauvre manuscrit à portée de la main , me

forgeant des félicités ...Barbare que vous êtes !

Si j'étais aussi féroce qu'on pourrait, à me voir, le supposer , je refuserais

de vous écrire , au sujet de "La Clé du Festin" ce que vous ne m'avez pas

permis de vous dire . J'en serais , à la réflexion , plus déçu que vous .

Il est si difficile d'aimer raisonnablement ! si difficile de ne pas se

reconnaitre et se sourire dans une pensée fraternelle !J'aime passionné-

ment votre âme , mon ami . Je sens et souffre trop en elle .

J'ai véritablement trop de part avec vous .Comment pourrais-je m'assurer

de vous juger fermement ?

(.................................................................................................................................)

A nous supposer moines , nous n'aurions pas trop d'une triple ration de

jeûnes et de verges jusqu'à ce que la divine miséricorde nous ait , par trente

ou quarante années de déréliction , assainis et desséchés comme les Marais

Pontins. L'air que nous respirons depuis notre premier cri n'est pas pur .

Non il n'est pas pur !

(..................................................................................................................................)

Vous êtes un si étrange docteur-théologien, politique et philosophe -

un professeur si singulièrement tourmenté , l'oeil et l'oreille tournés vers

la porte ou quelqu'un va frapper trois coups !Vous ne vous êtes pas

encore exprimé , mon ami ,je vous le jure ! Vous êtes empoisonné par

le livre que vous n'avez pas écrit , que vous n'osez pas écrire !

Vous refusez de vous délivrer. Vous vous refusez .

Ainsi laissez à d'autres qui n'ont qu'une partie de vos dons magnifiques ,

une place qui vous revient de droit.Ainsi reste à l'écart de vous une

génération dont vous devriez être l'un des chefs . La lecture de votre

dernier livre m'a confirmé dans cette pensée.

(.........................................................................................................................

..........................................................................................................................)

Voyez Mauriac . Il a fini d'éliminer ses poisons . Imaginez -vous Barbey

essayant de digérer ses Diaboliques ?

Chaque vocation suppose une sanctification particulière .

Le (biffé : premier ) devoir de l'artiste est de faire son oeuvre .

Et la gloire achève de le purifier .

J'écris en hâte , sans rature (moi qui les aime !...) et en charabia.

Dites moi là -dessus votre pensée Je n'ai pas fini.

J'ai le pressentiment que je puis être pour quelque chose dans le grand

livre que vous nous devez .Après tout , c'est peut-être un piège du

démon!..

Tendrement vôtre .

                                                                                 Georges Bernanos    

 

 

 

 IMG_0488.jpg

 

 

 

 

 


IMG_0490.jpg

 

 

En 1928 Robert a terminé  

 

 

Capture d’écran 2017-07-28 à 20.28.47.png

<<Secret de La Nuit >>

un roman auquel Léon Daudet consacre un article dans l'Action Française :

<<C'est un de ces ouvrages rarissimes , plein de foi, de passion et d'une

douceur grave qui apaise les plaies secrètes et confuses de l'âme>> .

 

 

 IMG_0487.jpg

 1928 Francis James "Janot - Poète "

 

 

Capture d’écran 2017-08-06 à 21.58.03.png

 

 

 

 

 

 

IMG_0707.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 <<Lamennais>>

 

 

Capture d’écran 2017-07-20 à 17.02.34.png

 

 

Quand en 1931 parait le livre de Robert

"Lamenais où le Prêtre malgré lui ", Bernanos présente ainsi le livre

de son ami :

<< Voilà un livre plein de fantômes et pourtant d'une actualité

déconcertante , fait pour ébranler des milliers d'âmes >>

 

"Mon âme est un harpe éolienne ; tous les souffles l'ébranlent et en

tirent des sons "(Lamennais )

 IMG_0486.jpg

 

Monique Vallery-Radot , Nita de Pierrefeux , Robert Vallery-Radot ,

Marie et Sabine Vallery-Radot , Mr de Pierrefeux

et Georges Vallery-Radot ( Le frère de Robert)

 .

IMG_0489.jpg

 

 

 

 

Capture d’écran 2017-07-26 à 15.44.46.png

Chantal Bernanos entre Sabine et Jacques Vallery-Radot

aux Alleux ; 

 

 

 

 

 

 

IMG_0483.jpg

 

 

 

Christiane et Susanne Magnificat

Sabine et Monique Vallery-Radot

Marie et François Vallery-Radot

Jean-Philippe Escudier 

Jacques Vallery-Radot 

Gérard Escarfail

 

IMG_0485.jpg

 

 

 

 

 

Christiane Magnificat , François Vallery-Radot et sa soeur Monique.

IMG_0491.jpg

 

 

 

 IMG_0527.jpg

 

 << Le temps de La Colère>>

 

 

 Capture d’écran 2017-07-20 à 17.03.27.png

 

 

 

L'orientation vers la politique et le début des désillusions qu'elle

va lui donner Commence en 1932 avec "Le temps de la colère" :

  

 << Que personne ne vous séduise par de vains discours ; car c'est

à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de

l'incrédulité. N'ayez donc rien de commun avec eux>>

(St Paul Epître aux Ephésiens v-1-9.du 3eme dimanche de Carême)

<< Dieu Reconnaitra les Siens >>

<< Vous croyez avoir fait la guerre ;vous n'avez pas fait la guerre

vous avez fait une révolution>>( René Viviani , président de la 

commission de la paix , discours à la chambre ,17 septembre 1919)

<< Ayant exilé les dieux de la cité ,le monde moderne cherche à

les remplacer par quelque chose ,il ne sait quoi, qui n'existe nulle

part (.......)>> Robert Vallery-Radot.

 

C'est aussi en 1932 que Mauriac sort son livre:

" Le Noeud de Vipères "

 

IMG_0459.jpg
IMG_0460.jpg

 

 

 

 

IMG_0525.jpg

Robert Vallery-Radot aux Alleux 

 

 

 

 En 1932 Aux Alleux à Avallon 

de gauche à droite :

Georges Vallery-Radot , Georges Bernanos , Jacques Vallery-Radot ,

Robert Vallery-Radot et Louis Rouart .

 Capture d’écran 2016-05-27 à 16.32.13.png

 

 

 Hélène Dordet -Escudier avec Jeanne Bernanos

et Jacques Vallery-Radot

IMG_0499.jpg

 

 

 

 

Robert écrit des articles dans "Le Figaro"

dont bientôt avec Bernanos ,il va devenir un des chefs de la rédaction .

Il écrit les rubriques politiques dans "Le Jour" .

Il collabore toujours à "La Revue Hebdomadaire"

et à "La Revue Universelle" que dirige Henri Massis .

 

 

 

IMG_0089.jpg

 Ci-dessus François Mauriac 

Ci-dessous Robert Vallery-Radot


IMG_0090.JPG

 


IMG_0091.jpg

 

 

 

IMG_0092.jpg

 

 


IMG_0094.jpg

 

 

IMG_0093.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1934 Un nouveau livre :

"Dictature de la Maçonnerie"

 

 Capture d’écran 2017-07-20 à 17.35.04.png

 

François Mauriac a écrit dans "Le Jour":

<< Le secret que Robert Vallery-Radot nous révèle dans un livre

passionnant , il le détenait déjà en 1910 quand je montais ses cinq

étages ,avenue Wagram. A vingt ans Robert savait comment va le

monde et le savait une fois pour toutes: c'est le discours sur l'histoire

universelle retourné.Le Diable écrit l'histoire en trois points ;

il est le metteur en scène du drame humain.Nous voyons maintenant

que la grille que nous propose Robert Vallery-Radot depuis des années

nous permet de déchiffrer à livre ouvert le destin de la France et du

monde . Comme toutes les oeuvres véridiques ,

"Dictature de la Maçonnerie"est un livre profond qui,très vite , nous

oblige à affronter le mystère du mal..Voilà ce qui donne à Robert

Vallery-Radot parmi les grands écrivains de droite une physionomie

particulière .A propos de lui , on peut répéter le fameux mot de Bourget:

"Il faut vivre comme on pense si l'on veut finir par penser comme on a

vécu" .La vie de Robert a toujours reflété sa pensée ...

Le voici aujourd'hui du très petit nombre de ceux qui ont le droit de

parler haut >>

 

En 1935 Mauriac publie "La Fin de la Nuit"

 

IMG_0710.jpg

IMG_0711.jpg

 

En 1935 ,Robert devient chef de la rubrique de la politique étrangère à

"L'Ami du Peuple".

Il voyage en Espagne , en Autriche et en Hongrie .Il se lie d'amitié et

entre en relation étroite avec l'Archiduc Othon de Hasbourg et le Prince

Xavier de Bourbon Parme .

Il fait une conférence à Paris,  sur <<Le dilemme autrichien>> ,

sur << La Hongrie et L'Esprit maçonnique des traités >>.

Robert réclame la révision des traités et montre l'injustice du traité

de Trianon.

 

IMG_0506.jpg
IMG_0507.jpg

 

 

En Avril 1935 il fait une conférence en Tunisie sur

<<Le drame européen et Mussolini >>.

Robert Vallery-Radot a écrit sur cette époque :

<<Tout me portait , au secret de ma nature , aux illusions fascistes ,

en qui je croyais voir l'obscur réveil des fidélités du sang qui

s'insurgeaient contre les dictatures de " l'Argent ".

En 1936 parait aux éditions Grasset :

"Les furieux de la Paix "

Robert a écrit cette dédicace à son petit fils et filleul Pascal

Vallery-Radot , le fils de Jacques :

<<  Ce cauchemar d'une époque insensée où les hommes comme

les faits mentaient imperturbablement et préparaient la ruine de

l'Occident avec de grands mots libérateurs .>>

Capture d’écran 2017-07-22 à 16.10.53.png
 

<< ....Qui peut s'imaginer lorsqu'il écoute le discours d'un ministre en

exercice que cette marionnette électorale parle au nom d'un grand

pays millénaire ?Il entend tout au plus le commissaire aux comptes

d'un conseil d'administration d'une société anonyme au capital de

X milliards (non entièrement versés naturellement) qui s'adresse à

une assemblée d'actionnaires . Rien ,absolument rien qui touche le

coeur ni l'esprit d'un grand peuple ( ......)>>

 

 

 

 

IMG_8479.JPG

dessin de Jacques Vallery-Radot :

Bernanos et sa fille Chantal

 

 

1936 Georges Bernanos vient de finir "Le journal d'un Curé de Campagne"

 

 

Capture d’écran 2017-07-27 à 01.27.52.png
Capture d’écran 2017-07-27 à 01.27.58.png
Capture d’écran 2017-07-27 à 01.28.02.png

 

Il fait cette magnifique dédicace à Jacques Vallery-Radot :

<<Quand je serai mort dites au doux royaume de la terre que je l'aimais

plus que je n'ai jamais osé  le dire>> 

 

Capture d’écran 2017-07-25 à 23.37.08.png

 

 

 Numériser 9.jpg

 

 

IMG_0497.jpg

 Lettre de François Mauriac à Robert Vallery-Radot

 IMG_0639.jpg

 

 


IMG_0640.jpg


IMG_0498.jpg

 

 

 


IMG_0529.jpg

 

 


IMG_0530.jpg

 

 

 

 

 

En 1939 "Israël et Nous"

dernier livre avant la guerre , livre prophétique 

sur les valeurs juives et les valeurs Chrétiennes .

Un des derniers chapitres est intitulé :

<< Tout Israël sera sauvé >>

( Le livre sera interdit sous l'occupation )

Capture d’écran 2017-07-22 à 14.32.34.png

  A la déclaration de la guerre de 1940 , Robert Vallery-Radot

reprend l'uniforme de Capitaine et, sur sa demande ,est à nouveau

mobilisé .Il dirige l'un des services de censure de l'Armée , mais il

part bientôt pour l'Etat Major de la 5ème armée où il est chargé

des services de liaison et de renseignement en Lorraine . Il voudrait

rejoindre un des régiments où se trouvent ses fils :

Jacques est aspirant d'infanterie et François sergent .

Mais il ne le pourra pas , car l'offensive allemande éclate le 10 mai

1940. C'est justement ce matin là que sa fille, Monique fait profession

sous l'habit des Dominicaines de Béthanie, près de Besançon , à

Montferrand . Robert Vallery-Radot est là . Au milieu de la cérémonie

L'Évêque de Besançon annonce l'entrée des allemands en Belgique

et demande de prier pour les épreuves qui attendent le monde .

  

 

 

IMG_0531.jpg

 

François Vallery-Radot

 

 


IMG_0532.jpg

 

 

 

Jacques Vallery-Radot

 

 


IMG_0535.jpg

 

 

 

Et c'est de nouveau le départ pour le front de Lorraine .

En Juin 1940 ,Pétain prend le pouvoir , tandis que Robert commande

le canton de Corrèze où s'opère la démobilisation de l'armée .

Ses deux fils sont prisonniers en Allemagne . 

IMG_0534.jpg

Robert Vallery-Radot et son fils Jacques 

IMG_0661.jpg


IMG_0662.jpg

 

 Lettre de Robert Vallery-Radot à Jeanne Mauriac

IMG_0594.jpg


IMG_0562.jpg


IMG_0595.jpg
IMG_0596.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa femme Paule meurt , loin de lui , à Caen , le 30 décembre 1940.  

 

IMG_0429.jpg

 

 

IMG_0426.jpg

 

 

 

Il part pour Vichy où il retrouve ses amis Henri Massis et Bernard

Fay, professeur au collège de France . Il participe alors avec Fay

à la direction de la revue " Les Documents Maçonniques "

A la fin de la guerre , ne cherchant plus que Dieu seul, après la mort

de son épouse et après les épreuves nouvelles qui l'attendent ,

il passe quelques jours à Béthanie , au couvent du Plessis- Chênet . 

C'est là qu'il songe à devenir un fils de Saint Bernard , il a écrit à ce

sujet :

<< On se demande si sans la guerre de 1940, je serai devenu ce que

je suis maintenant ;" Certainement Non ". J'ai été mené à Bricquebec

et à tout quitter de ce monde par des chemins que je ne pouvais

imaginer. Leon Bloy a bien raison de dire : " Tout ce qui arrive est

adorable parce que tout événement est une épiphanie du Verbe

incarné .Si je n'avais pas été à Vichy , je n'aurais pas rencontré cet

ancien chef scout qui voulait fonder " Les Chevaliers de Saint

Bernard " et qui m'avait demandé de lui faire un manuel du Chevalier.

J'ai accepté et c'est chez lui que j'ai déjeuné avec Dom Alexis Presse ,

l'Abbé de Bocquen .Comme j'aime aller au fond des choses , j'ai voulu

lire les oeuvres de Saint Bernard et je me suis aperçu que le véritable

chevalier de Saint Bernard n'était et ne pouvait être que le Cistercien.

C'est mon culte de la chevalerie que je gardais jalousement au fond

de moi-même comme Bernanos , et qui, comme lui , m'inspirait le

 dégoût du monde moderne .C'est mon culte de la chevalerie qui

m'a mené à Citeaux . >>

En septembre 1945 , il se presente donc à l'abbaye Notre-Dame de

Grâce à Bricquebec , où il fût accueilli par le Père Prieur d'alors , Dom

Colomban Bissey , depuis Abbé de Notre-Dame de Melleray , qui le

confia au Père Albéric Delore  .

Ainsi débutait sa dernière grande amitié. Dès le 28 Octobre , il prenait

l'habit de novice .

 

 

 

IMG_0501.jpg

 

 

 

Cependant, à la fin de l'année 1948 , des circonstances tragiques - 

notamment des poursuites intentées contre Robert accusé d'avoir

appartenu aux organismes de Vichy , surtout aux services

Anti-maçonniques - l'obligèrent à quitter la France et à gagner

l'Espagne où il arriva au col de Roncevaux accueilli par le chapelain

d'un couvent.

De là il gagna l'abbaye de La Oliva , près de pampelune, non loin de

Saragosse .C'est une des plus belles abbayes cisterciennes de Navarre .

 

Capture d’écran 2017-07-22 à 16.17.29.png

  Capture d’écran 2017-07-22 à 16.16.17.png

  Il y fit là sa profession temporaire , le 19 mars 1950 .

 

IMG_0509.jpg

 Le Père Irénée avec ses deux fils 

à gauche le Révérend Père François Vallery-Radot 

à droite Jacques Vallery-Radot

 IMG_0589.jpg

Oncle Grix, Père Irénée ,Jacques VR

Oncle Georges et Jean d'Elbée . 

IMG_0511.jpg
 

 


IMG_0590.jpg

 Eugène et Zeth Magnificat et Jacques VR

Susanne ,Elisabeth Escarfail 

Père Irénée ,François VR et Christiane Magnificat

 

 En 1951 naissance de son petit fils et filleul  Pascal , le fils de Jacques :

 

Numériser 24.jpeg

 à gauche :Aux Alleux Pascal dans les bras de Jeannine ,sa mère ;

en face Jacques ,son père parle avec tante Zeth Magnificat 

 

 

 

En 1952 , il revenait en France pour se présenter devant le tribunal

militaire de Reuilly   

 

 

« C’était un poète égaré dans la politique »

 

                          Témoignage posthume de Georges Bernanos :

 

 

<<Mon cher Maître,

Monsieur Vallery-Radot doit passer devant la cour de justice de la Seine

lundi prochain. Or j’apprends que son état de santé lui interdit de revenir

du Brésil où il a cru prendre refuge après la Libération. Je ne sais, dans ces

conditions, si je puis apporter mon témoignage à la cour de justice, mais

je tiens à vous répéter ce que j’ai déjà dit tant de fois.>>

 

C’est par erreur que Georges Bernanos, dans sa lettre reproduite ci-dessous,

indique que Robert était réfugié au Brésil, pays où Bernanos avait lui-même

passé une partie de la guerre. Cette erreur était probablement volontaire

pour brouiller les pistes car Bernanos savait certainement où se trouvait

son ami.

 

 

 

<<Je connais Robert Vallery-Radot depuis bien longtemps. Lorsque le

temps aura passé, je pense que des hommes de son espèce paraîtront

moins des coupables que des victimes de l’effroyable équivoque

nationale dont le Maréchal restera le symbole, mais dont les origines

sont beaucoup plus lointaines, datent des déceptions de l’ancienne

victoire, des mensonges de la paix qui suivit cette guerre de 14-18

que Robert Vallery-Radot avait faite comme moi, et qu’il avait faite

magnifiquement.

Si j’avais l’honneur de témoigner devant le tribunal, il me semble que

je lui lirais quelques-unes de ces lignes où le vieux Clémenceau, retiré

de tout, exprime avec une amertume déchirante des sentiments, trop

légitimes sans doute dans leur principe, mais qui ont poussé tant

d’hommes de ma génération, et le vieux Clémenceau lui-même, à

presque désespérer de leur pays.

Ce désespoir a fait beaucoup de cyniques et de profiteurs qui, ne croyant

plus à rien, se servaient de tout – et il y en a eu dans tous les camps.

Mais il a fait aussi des dupes généreuses comme Robert Vallery-Radot,

obsédées par la crainte d’une hégémonie russe en Europe - craintes

qui ont été aussi celles de Clemenceau –et qui croyaient, par un

rapprochement allemand, sauver l’Europe, et du même coup la France,

dont l’existence est liée à celle de l’Europe.

 

A un observateur superficiel, des hommes tels que celui dont je parle

peuvent paraître plus coupables que certains hommes de Vichy, experts

au double jeu.

Mais le désintéressement total, la bonne foi parfaite, qui allait souvent

jusqu’à la candeur, de Robert Vallery-Radot  ne pouvaient s’accommoder

des casuistiques déshonorantes du double jeu.

Il a cru au Maréchal. Il a cru le Maréchal d’accord avec l’immense majorité

des français. Mais il était incapable de renier ce qu’il avait cru, lorsque les

événements lui eurent démontré que sa vie était périlleuse.

Il y est resté pour ne pas se démentir, par point d’honneur, par cet

entêtement d’honnête homme engagé dans un mauvais procès et qui

est incapable de voir ce qui est, qui ne voit plus que ce qu’il croit voir.

 

Mais je le connais assez pour affirmer, pour affirmer de toutes mes forces,

qu’il est de ceux envers lesquels la France doit être compréhensive et

généreuse, parce qu’il n’a jamais cessé de l’être, et qu’il a certainement

toujours cru la servir.

C’était un poète égaré dans la politique, voilà ce qu’il était. Il a tout perdu

dans cette atroce aventure, mais je jure bien qu’il n’avait jamais compté y

gagner quoi que ce soit.>>

 

 Lettre de Georges Bernanos à Me Roger Joisson en date du 24 janvier 1947

pour être lue et produite à la Cour de justice

 

 

Capture d’écran 2016-10-20 à 01.46.36.png

 

 

 

 

Témoin Son neveu, le Dr Claude Vallery-Radot raconte :

<<Sur le banc des accusés parut Robert revêtu de sa coule cistercienne.

Puis se présenta François Mauriac, membre de l’Académie française

et prix Nobel de littérature,  qui prononça un vibrant plaidoyer.

 

Capture d’écran 2017-07-12 à 14.00.31.png

François Mauriac 

 

Capture d’écran 2017-07-12 à 13.51.27.png

 

Il en fut de même d’un autre académicien, Louis Pasteur-Vallery-Radot,

ardent résistant, qui déclara avoir continué à voir Robert pendant la

guerre, que son cousin n’ignorait pas son appartenance à la Résistance

et que jamais il ne l’aurait dénoncé si l’occasion s’était présentée.

Il a laissé un récit  de son intervention dans ses mémoires[1] :

« Un autre homme que j’allais défendre aussi devant le tribunal,

quelques années plus tard, c’était Robert Vallery-Radot. Généreux,

idéaliste, ne voyant le mal  nulle part, il s’était laissé égarer dans

les méandres de la collaboration. Bien que son attitude et la mienne

eussent été toute différente avant et pendant la guerre, je le défendis

de mon mieux, oubliant qu’il était mon cousin germain

(je n’ai jamais eu l’esprit de famille). Il fut acquitté à l’unanimité ».

 

[1] Mémoires d’un non conformiste, Grasset, 1966  p.313

 

 

 

 Capture d’écran 2017-07-12 à 14.02.57.png

  Témoignage, du général Pierre Guillain de Bénouville, grand  nom

de la Résistance, qui n'a cessé de rencontrer Robert même pendant

l'occupation . 

Capture d’écran 2017-07-12 à 14.07.58.png

Le prince Xavier de Bourbon Parme, qui avait été déporté à

Dachau ,tint à apporter lui-même son soutient à son ami .

 

 

Après la plaidoirie de Me Raymond de La Pradelle, l’acquittement

fut prononcé et l’on épingla sur la robe blanche du moine la Légion

d’Honneur du combattant de la Grande Guerre.

 

Il retourna alors  dans le couvent de Bricquebec où il fut ordonné

prêtre le 5 Août , il dit sa première messe à l'autel , assisté par son

fils le révérend père Francois , le 6 Août , il a alors 68 ans.

 

 

Capture d’écran 2017-07-24 à 18.16.29.png

Père Irénée bénissant sa fille , "soeur Monique",

à droite son fils le révérend père François Vallery-Radot. 

 

 

 

 

 

A la demande du père Abbé il écrit :

"La Mission de Dom Vital Lehodey ".

édité en 1956 .

 

 

 

IMG_0455.jpg

 

 

 IMG_0572.jpg

 

 

 En 1956 aux Alleux Oncle Georges avec ses neveux , les enfants de

Jacques: Anne ,Pascal et Bernard devant eux  . 

Capture d’écran 2017-07-28 à 21.52.16.png

 

IMG_0643.jpg

Pascal Vallery-Radot , fils de Jacques Vallery-Radot 

petit fils et filleul de Robert Vallery-Radot .

 

 

IMG_0610.jpg

 

 

 Numériser 33.jpeg

 

 Père Irénée avec ses petits enfants ,

enfants de Jacques :

Anne et Pascal 

Benoit et Bernard 

Puis Père Irénée entreprend une oeuvre monumentale sur Saint Bernard 

qui paraitra en deux volumes=

Le premier :

"Bernard de Fontaine " abbé de Clairvaux 

IMG_1440.jpg

André Billy , Le Figaro :

<<le culte que Père Irénée avait et garde pour sa mère est un peu à

l'origine de l'admirable livre qu'il nous donne aujourd'hui , car Saint

Bernard aussi adorait sa mère .>>

 

 

 

IMG_1442.jpg

 

 

 

 

 

Le second :

" Le prophète de l'Occident "

Mauriac , Le Figaro Littéraire :

<< Cette étude monumentale est le couronnement et peut-être

la recompense de sa vie>>

 

 IMG_0573.jpg

 

IMG_0620.jpg

Ces deux volumes ont été réunis en un seul volume par Pierre-

Guillaume Deroux, l'arrière petit fils de Père Irénée (petit fils

de Marie Brusset , fils de Jacqueline Deroux) en 1990 . 

 

 

IMG_0456.jpg

 

 

 

 

 

IMG_0520.jpg

Pascal, le fils de Jacques avec son grand-Père et le Père Albéric

à Bricquebec .

 

 

 

 

Le Père Irénée préparait , d'après ses notes et ses carnets , un livre

qu'il voulait appeler:

"Trois grandes Amitiés" 

Les trois figures d'Eusèbe de Brémond d'Ars, de Georges Bernanos

et du Père Albéric.

Ce livre aurait permis au Père Irénée de donner les mémoires de sa vie 

dont il disait qu'elle était "Une Aventure " et "Un Songe continu ".

Ses trois amitiés représentaient sa jeunesse, son âge mûr et sa vieillesse.

 

 

Avec Lucien Farago de L'Agence France Presse 

IMG_0555.jpg
IMG_0556.jpg

 

 

 

 

 

 IMG_0536.jpg

 

 Chez François Mauriac , Père Irénée 

photo de droite :

Mauriac,Père Irénée ,

Jean-Lou Bernanos le dernier fils de Georges Bernanos

et assis devant Jacques Vallery-Radot.

 

 

 

Jean-Loup Bernanos 

 Capture d’écran 2017-07-27 à 01.02.01.png

 

 

Robert Vallery-Radot , Père Irénée est mort le 23 février 1970

à l'abbaye Notre Dame de Grâce de Bricquebec .

 

Poème de son petit fils Benoit Vallery-Radot , fils de Jacques : 

A Mon Grand-Père 

-Vous êtes beau dans cette robe blanche 

Nous sommes tristes sous nos habits noirs 

Un rayon lumineux éclaire votre corps

Perçant comme une flèche la vie et ses trésors

-Vous êtes devant nous, vous êtes allongé,

Votre visage d'homme sans haine et sans regard .

Nous sommes debout mais vous nous dominez,

Les cloches sonnent et ce n'est pas dimanche .

-Nos larmes coulent en face du bonheur.

Vous êtes arrivé nous allons vous quitter,

Votre corps descend et votre âme s'envole ,

Gracieuse et pure nous laissant votre coeur .

-La terre vous recouvre, encore un peu de peine

Dans ce beau paysage sous ce coin de ciel bleu ;

Entourés de ces moines nous n'avons plus de haine ,

Entourés de ces moines nous n'avons plus de peine .

Benoit Vallery-Radot

(Droits réservés) 

 

Capture d’écran 2017-07-11 à 17.05.56.png

 

 

 

La Famille de Robert Vallery-Radot 

 

 

Capture d’écran 2017-07-29 à 13.38.42.png

A l'arrière l'oncle Georges

Sabine,Robert, Marie 

et devant Monique et Le Père François 

Tableau huile de Jacques Vallery-Radot 

 

 

 

 Robert vallery-Radot au bras de sa fille Marie le jour de son mariage

avec Max Brusset en 1936 à la sortie de L'Eglise St Lazarre d' Avallon .

IMG_0619.jpg

 

 

Monsieur et Madame Max Brusset 
IMG_0620.jpg

 

IMG_0622.jpg

A gauche Jacques Vallery-Radot ,le frère de la mariée,

la deuxième à droite sa soeur Sabine Vallery-Radot   

 

IMG_0623.jpg

 Monique Vallery-Radot au centre ,autre soeur de la mariée ,

et à droite son cousin germain Jean-Philippe Escudier 

  

IMG_0626.jpg

 

 

 Face à l'église  Georges Mandel devant sa voiture 

 

 

IMG_0629.jpg

le troisieme  à droite :George Desvallières

 

IMG_0630.jpg

de gauche à droite :Eugène Magnificat ,

Madame Jean Vallery-Radot et son fils  Maurice Vallery-Radot;

et georges Vallery-Radot  

 

IMG_0631.jpg 

de gauche à droite :Monique Desvallières -Isorni 

et Pierre Vallery-Radot à droite 

 

IMG_0632.jpg

à gauche Gerard Escarfail

et toute à droite Marie-Madeleine Desvallières

 

IMG_0634.jpg

 

 

Deuxième à partir de la gauche : Madame Jean Vallery-Radot

Troisième à partir de la gauche : Monsieur Jean Vallery-Radot

 

 

 

IMG_0635.jpg

Au milieu Christiane Magnificat et Gilbert Orcel à droite 

 

 Au Premier mariage de Jacques à Marault 

 

IMG_0495.jpg

 

 


IMG_0496.jpg

 

 

 

IMG_0578.jpg

 

Devant Eugène Magnificat,

le professeur Louis-Pasteur Vallery-Radot donne le bras à Madame Jean Vallery-Radot 

et le Dr Pierre Vallery-Radot

 


IMG_0579.jpg

 Dr Pierre VR ,

Dr Vaux, Jacqueline Pasteur ,

Georges VR et Madame Maurice VR 

Tout en haut (avec le noeud papillon) Maurice VR  

 

 

 

 

     De son union avec Paule Dordet  († 1940) naquirent cinq enfants :

 

 

 

 

1      ##--+JACQUES VALLERY-RADOT né à Avallon le 8 Octobre 1910

                 mort et enterré àSeine-Port en juillet 2001,

                 artiste-peintre marié avec Jeanine Guepratte

                 morte et enterrée à Seine-Port en juin 1983 .

                de ce mariage sont nés 7 enfants : .

 

 

A Seine -Port avec son fils Jacques 

IMG_0554.jpg

 

 

 

 

 

 

IMG_0544.jpg

 

Jacques et son fils Bernard et Père Irénée , devant François et Sabine à Seine-Port 

   

 

IMG_0540.jpg

 

Père Irénée avec son fils Jacques et ses petits enfants

Sabine ,Benoit et François .  


IMG_0541.jpg

Anne ,Pascal ,Benoit,Claire 

Sabine , Bernard et François

 

 

 

 

                    ∞-Pascal Vallery-Radot, né en 1951, à Paris ,

                         Chargé de mission au CSA,

                         marié à Dominique Curt et divorcé ,

                         avec qui Il a eu 2 filles  :

                         Marine et Lorraine 

 

                   ∞ -Anne Vallery-Radot, née en 1952 à Paris,

                         Spécialiste de la Mode, de la peinture et des Jeux 

                         épouse et veuve de Raphaël Giroud

                

                   ∞ -Bernard Vallery-Radot, né en 1953 à Paris 

                         galleriste d'Art Beaumont en Auge et Vallauris 

                         mort à paris en 2002 et enterré à Seine-Port  

 

                  ∞-Benoît Vallery-Radot, né en 1954 à paris ,

                          Poète et chanteur 

                          mort en Normandie en 1994 et enterré à Seine-Port

                          un fils  ,Frantz

                  ∞ -Claire Vallery-Radot, née en 1957 à Paris 

                         mariée à Emmanuel Rouanet

                        deux garçons  :

                         Frédéric et Thibaut 

           

                  ∞-François Vallery-Radot né en 1958 à Paris ,

                       Libraire  

               

                 ∞-Sabine Vallery-Radot, née à Avallon en 1959,

                     épouse et veuve de Robert Jarczyk.

                     un fils ,Jacques Jarczyk.

 

 

Jeannine Vallery-Radot avec Anne ,en communiante, et François à Seine-Port 

IMG_0522.jpg

 

 

 

 

 

 

2    ##-- FRANÇOIS VALLERY-RADOT,

                1911-2001, père du Saint Esprit 

 

 François Vallery-Radot et son père , le Père Irénée .

 IMG_0509.jpg

 

 

 

 

IMG_0586.jpg

 

 

 

 

 

 

3    ##-- MARIE VALLERY-RADOT, 1913-2002, épouse en 1936 Max Brusset,

          directeur de cabinet de Georges Mandel, député et maire de

          Royan, devenue la seule propriétaire  du château des Alleux

          à Avallon après une difficile indivision avec son frère Jacques

          Vallery-Radot;

          Le château sera vendu par les enfants de Marie en 2006.

          De son union avec Max Brusset sont nés 5 enfants :

                          ∞-Dominique , épouse  Dougier.

                                    un fils Emmanuel 

                                   une fille 

 

                          ∞-Jacqueline Brusset , épouse de l'écrivain -éditeur

                                Dominique de Roux.,

                                dont un fils :

                                Pierre-Guillaume de Roux propriétaire de l’original

                                du tableau de la  famille Sauvan peint par  Le peintre

                                en 1784

                           ∞-Rémi Brusset.

                           ∞-Thierry Brusset.

                           ∞-Olivier Brusset

 

 

 

Père Irénée avec sa fille Marie à Seine-Port chez Jacques . 

IMG_0549.jpg

 

 

 

 

 

 

 

4  ##--SABINE VALLERY-RADOT, née en 1916 

             épouse de Michel Maillard,

            Gouverneur de la France d'Outre-Mer, sans postérité.

 

Sabine à droite , à gauche Jeannine VR et son fils Benoit 

IMG_0505.jpg

 

 

 

 

 

5  ##--MONIQUE VALLERY-RADOT

             née en 1918 et décédée en Suisse dans les années 1980 

            En religion, dominicaine de Béthanie

            (vœux prononcés en juin 1940)

 

 

Monique et son père à Seine-Port chez Jacques . 

 

IMG_0546.jpg

 

 

A la mort de Robert en 1970, son fils Jacques lui rendit un vibrant hommage

dans les colonnes de la Collectanea Cistercensia suivi du témoignage de l’abbé

de Bricquebec, Dom Bonpain :

<< Le Père Irénée (.....) il ne devait jamais cesser de rendre grâce à Dieu :

" Je ne fais qu'un avec ma communauté monastique ; elle est ma patrie

et toutes les grâces que j'ai obtenues depuis que je porte l'habit , c'est

d'elle que je les ai reçues. on ne peut me séparer d'elle ni m'en distinguer,

ni m'aimer sans l'aimer pour tout ce que je lui dois de bonheur inaltérable."

 

 Francis Jammes :Capture d’écran 2017-07-11 à 17.05.41.png

François Mauriac , Le Figaro Littéraire le 9 Mars 1970:
Capture d’écran 2017-07-11 à 17.05.45.png

IMG_0553.jpg

 IMG_0427.jpg
 
 
 IMG_0552.jpg
 

Robert Vallery-Radot hésitait entre la prêtrise et le mariage;

mais il fût comblé, il n'eut pas vraiment à choisir car les

événements se déroulèrent comme déjà programmés.  

 Dieu lui permit d'avoir deux vies :

La première où il fût Robert Vallery-Radot ,un mari , un père ,un

soldat de la France , et surtout un poète , un journaliste , un écrivain

catholique .

La deuxième où il fût Père Irénée ,un moine , un soldat de Dieu, et

toujours un homme de lettre , un écrivain de Saint-Bernard .

Mais son parcours était pavé de souffrances : la perte de sa mère

adorée puis la longue maladie et la mort de sa femme tant chérie.

Robert a servi son pays en héros , cette France qu'il aimait tant ,

pendant les deux guerres ,celle de 14/18 , puis celle de 39/45.

Sa naïve crédulité de poète idéaliste ,"égaré dans la politique" comme

l'a si bien dit Bernanos ,l'a condamné à rendre des comptes et a subir

de lourdes critiques .

Le Père Irénée est toujours présent dans mon coeur et ses "visions"

de l'au delà sont, je n'en doute pas, exaucées:

<<Dieu m'a fait voir aujourd'hui ma mère et Paule le recevant avec

moi, du haut de la communion des Saints où elles nous protègent .

Bernanos , Eusèbe, Le Père Albéric sont avec elles .Le Baptême nous

ressucite à l'éternelle vie >> ( Bricquebec , souvenirs de René Bonpain:

dialogue avec Père Irénée ).

Je ne doute pas ,non plus ,des "Signes" qui nous sont envoyés .

Claude Mauriac , le fils de François Mauriac , dans son livre :

Le Temps Immobile VII

"Signes ,rencontres et rendez-vous "

parle d'un "Hasard " qui l'avait conduits , lui et sa femme Marie-Claude

à Barneville:

<<(........) il y avait , par hasard encore de la place à l'Hôtel des Isles ............

ou, par hasard , en sortant de table , le soir du mercredi 8 juillet 1981 ,

nous fûmes hélés par Jacques Vallery-Radot et son fils aîné Pascal , qui

avaient diné sans que nous nous soyons vus dans la même salle .

(...............) Ayant tant de chose à nous dire .Mais lui surtout à me dire

deux choses ,pour lesquelles , je suis là sans doute ? il y a doute , c'est

le moins que l'on puisse dire .Et pourtant j'ai murmuré :"il n'y a pas de

hasard..... " 

J'appris donc de Jacques que son père ,Robert Vallery-Radot , reposait à

une quinzaine de Kilomètres de là dans le cimetière de la trappe de

Bricquebec ........

En second lieu ,je réappris (car il m'en avait envoyé copie et je l'avais

oubliée) que, parmi les belles lettres de mon père à son ami Robert

Vallery-Radot publiées dans "lettres d'une vie" rassemblées par

Caroline Mauriac , il y en avait une , la dernière , datée d' Agay , 20 août

1967 , ou mon père , malade, parlait de moi avec , me disait Jacques ,un

profond, un total amour.   (.....)

.........et pour que j'aille me recueillir sur la tombe de Robert Vallery-Radot..

..........que je revoyais avec son bon air illuminé du temps de sa dernière

jeunesse où ils me semblaient si vieux son ami François et lui .......>>

Claude Mauriac

Quelle vie! !! la vie de Robert !!..........  dont une grande partie consacrée

à Dieu, à la recherche de Dieu, deux de ses enfants, Monique soeur de

Béthanie et François Père du Saint Esprit , tous en quête de cet absolu

tant visé aussi par les amis de Robert, ces hommes de lettre , ces

hommes de Dieu :

Eusèbe, François, Georges , le père Albéric ... tous réunis ,ensemble ,

aujourd'hui dans l'Unité parfaite de L'Amour de Dieu aux côtés de

leurs femmes , de leurs pères ,de leurs épouses , de leurs enfants et

de tous ceux qu'ils aiment et qui ont quitté cette terre !

Je ne doute pas qu'ils prient pour nous , nous envoient des grâces ,

nous aident et nous protègent tous autant qu'ils sont dans une  

divine communion .  

PS : Les coupures , suppressions des lettres, des textes et des

photos sont choisies et voulues .

 

Pour cet "Hommage à mon grand-père "

 Je remercie  :

-L'Abbaye Notre-Dame de Grâce de Bricquebec . 

-Hervé Serry "Naissance de L'Intellectuel Catholique".

-Jacques Vallery-Radot "Collectanea Cisterciensa".

-Pascal Vallery-Radot 

-Claude Mauriac "Signes, rencontres et rendez-vous".

-Françoise Fischer-Mauriac , fille de Luce Mauriac ,

  petite fille de François Mauriac, pour m'avoir restitué

  la correspondance entre ma grand-mère Paule Vallery-Radot

  et sa grand-mère Jeanne Mauriac ; et des lettres de mon

  grand-père Robert Vallery-Radot à François Mauriac .

- La famille de Georges Bernanos   



 

 A sa façon ,Robert Vallery-Radot cherchait " l'Absolu", d'abord à travers

 l'amour de sa femme et de ses enfants ,à travers ses amitiés  dans son

amour pour la France, à travers la création , à travers l'énergie vitale de

l'écriture , mais surtout à travers la vie monacale  pour se rapprocher au

plus près de Dieu .

Jacques son fils lui ,a reconnu ce qu'il ressentait , en lisant ce texte de

Chateaubriand , car son amour passait aussi par une énergie divine ,

celle de la peinture .

je les aime également ces pages ,qui évoquent la naissance , la vie ,

 la création , la mort et la trace que chacun d'entre nous laisse derrière

lui, comme une trainée de poudre, car aucune énergie ne meurt , elle se

déplace , elle est en éternel et perpétuel mouvement. 

Nous sommes de l'énergie alors nous ne sommes jamais morts !

 IMG_0464.JPG
 
 

IMG_0465.jpg
 
 
 

 ANNE VR(-_-)xxx

 


24/06/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres