Anne Vallery-Radot = Rubriques

Anne Vallery-Radot = Rubriques

FRANCE GALL EST MORTE

 

 

Capture d’écran 2018-01-07 à 15.29.14.png
Capture d’écran 2018-01-07 à 15.29.30.png

 

 

Y a comme un goût amer en nous
Comme un goût de poussière dans tout
Et la colère qui nous suit partout

Y a des silences qui disent beaucoup
Plus que tous les mots qu'on avoue
Et toutes ces questions qui ne tiennent pas debout

Évidemment
Évidemment
On danse encore
Sur les accords
Qu'on aimait tant

Évidemment
Évidemment
On rit encore
Pour les bêtises
Comme des enfants
Mais pas comme avant

Et ces batailles dont on se fout
C'est comme une fatigue, un dégoût
A quoi ça sert de courir partout
On garde cette blessure en nous
Comme une éclaboussure de boue
Qui n'change rien, non, qui change tout

Évidemment
Évidemment
On danse encore
Sur les accords
Qu'on aimait… 

 

 

 

 

 

 

La chanteuse France Gall est morte, dimanche 7 janvier, à Paris,

a annoncé sa chargée de communication, Geneviève Salama :

 « Il y a des mots qu’on ne voudrait jamais prononcer.

France Gall a rejoint le Paradis blanc le 7 janvier, après avoir défié

depuis deux ans, avec discrétion et dignité, la récidive de son cancer. » 

L’interprète de Poupée de cire, poupée de son et de Résiste avait été

hospitalisée mi-décembre à l’Hôpital américain de Neuilly, près de Paris,

officiellement pour une infection sévère.

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-07 à 15.16.09.png

 

 

La petite Isabelle est surnommée « Babou » par sa famille, surnom

qu’elle portera jusqu'à sa mort. Son père, devant son caractère affirmé,

lui octroie le titre de « petit caporal ».

Ses violons d’Ingres sont la peinture et les jeux de société. 

 

France Gall et son père Robert Gall.

Capture d’écran 2018-01-07 à 20.39.56.png

 

 

 

 

 

Isabelle Gall, de son vrai nom, est née le 9 octobre 1947 à Paris.

Elle grandit dans l’univers de la musique. Son père, Robert Gall,

chanteur et auteur, avait composé des chansons pour Edith Piaf

et Charles Aznavour (La Mama)

son grand-père avait, lui, co-fondé les Petits Chanteurs à la Croix de bois.

Commençant à chanter dès l’adolescence, elle monte sur scène dès l’âge

de 16 ans et connaît son premier succès populaire écrit par son père,

qui se vend à plus de deux millions d’exemplaires :

Sacré Charlemagne 

 

 Capture d’écran 2018-01-07 à 15.36.05.png

 

 

Première contrainte de sa direction artistique :

pour ne pas interférer avec Isabelle Aubret, alors grande vedette,

Bourgeois lui demande d'abandonner son prénom d’Isabelle.

Elle devient « France Gall » à la scène.

Ce prénom est choisi par son père, grand amateur de rugby, qui fait un

jeu de mot avec le match France-Galles médiatisé lors de l'enregistrement

de ses chansons. Elle commentera plus tard :

« J’ai toujours été contre “France”, je trouvais que c’était trop dur.

“Isabelle”, ça me correspondait, ça me plaisait. Je ne sais pas

ce qui s’est passé pour que je me mette à aimer mon nom.

Et maintenant c’est “France Gall”. C’est exactement moi. »FG

 

 

 

 

 

1964 "Sacré Charlemagne ",Robert Gall

 




 

 « Sacré Charlemagne, j'en étais malade, je me souviens, je n'aimais pas

du tout ça. Je ne l'aimais pas et pourtant je l'ai laissé sortir. C'est vous

dire à quel point je ne maîtrisais pas la situation. »FG 

 

 

 

 

 

 

1965 Baby Bop ,Gainsbourg

 

 

 

 

 

 Capture d’écran 2018-01-07 à 23.08.30.png

 

 Claude François 

 

France Gall est à peine sortie de l’adolescence quand elle s’éprend

follement de Claude François.

L’interprète de Belles, belles, belles  a 25 ans, elle n’en a que 17 quand

leur histoire d'amour débute. S’ensuivra une relation passionnelle et

destructrice dans laquelle Claude François se montrera très jaloux.

Il interdira notamment à sa compagne de tourner au cinéma aux côtés

d’ Alain Delon. 

Claude François , obnu­bilé par le succès, refuse que la carrière de ses

amantes fasse de l'ombre à la sienne. Alors quand la jeune France Gall,

étour­die par sa victoire à l'eurovision 1965 avec "Poupée de cire ",

télé­phone à l'homme qu'elle aime depuis les coulisses du concours pour

savou­rer avec lui, il lui lâche un drama­tique :

« tu as gagné mais tu m'as perdu… »

 

 

 

Le couple se sépare en 1967, après trois ans d’une relation tumultueuse.

Une rupture qui lui inspirera la célèbre chanson Comme d’habitude.

 Capture d’écran 2018-01-07 à 23.08.36.png

 

1965 Poupée de cire , Gainsbourg   

 

 

 

 

 

 

 

1966 Les sucettes , Gainsbourg 

 

 

 

 

 

 

Bébé requin ,Gainsbourg 

 

 

 Julien Cler 1969

 

 Capture d’écran 2018-01-07 à 23.17.10.png

 

 

 En décembre 1969 par Salut Les Copains, sous le titre : 

« France et Julien, duo pour une romance ».

Les deux tour­te­reaux se présentent à leur famille respec­tive, et le

courant passe. Julien Clerc engage dans son orchestre l'un des

frères de France, Philippe Gall, ainsi que deux de ses cousins Labbe.

En 1971, le jeune couple va même jusqu'à ache­ter une grande propriété

en Bour­gogne, à côté de celle des parents de France Gall. Une façon

d'échap­per un peu à la cohue média­tique, et de sauve­gar­der leur vie

privée. 

 

Capture d’écran 2018-01-07 à 23.16.40.png

 


Capture d’écran 2018-01-07 à 23.16.54.png
 

 

 

 

Très vite, la jeune chan­teuse se sent mal à l'aise dans sa rela­tion

avec Julien Clerc. Folle amou­reuse, elle rêve d'un mariage et d'une

famille nombreu­se… Mais lui décide de cacher leur idylle.

Ses mana­gers lui ont conseillé de rester discret, pour ne pas déplaire

à son public majo­ri­tai­re­ment fémi­nin. Il joue donc à la perfec­tion son

rôle de séduc­teur, sans attache senti­men­tale sérieuse.

France Gall doit se faire discrète, jusqu'à porter des perruques

lorsqu'elle se rend aux concerts de son compa­gnon…

Capture d’écran 2018-01-07 à 20.44.35.png

En 1974, cinq ans après le début de leur histoire, France Gall quitte

Julien Clerc.

Lui tentera de la faire reve­nir avec la splen­dide chan­son :

Souf­frir par toi n'est pas souf­frir, écrite pour elle

Mais trop tard France Gall  a déjà rencontré Michel Berger  .

 

 

Capture d’écran 2018-01-07 à 20.44.44.png

 

 

 Michel Berger 1974

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-07 à 23.59.44.png

 

 

 

 

C'est en entendant à la radio, un jour de 1973, la chanson Attends-moi 

interprétée par Michel Berger que France Gall est subjuguée par sa musique.

À l'occasion d'une émission de radio, elle lui demande s'il peut lui donner

son avis à propos des chansons que son producteur voudrait lui faire

enregistrer. Bien que Michel Berger soit déconcerté par la pauvreté des

chansons proposées à France Gall, il n'est pas question pour lui d'une

collaboration entre eux. Ce n'est que six mois plus tard, en 1974, qu'il

accepte d'écrire pour elle, après qu'elle a fait une voix sur le titre 

Mon fils rira du rock'n'roll du nouvel album de Berger (Chansons pour

une fan), et après que l'éditeur de Gall le lui a proposé.

La chanteuse a déjà décidé : « Ce sera lui ou ce sera personne ».

 

C'est ainsi que naît en 1974 La Déclaration d'amour, premier succès

d'une longue liste, et que la carrière de la chanteuse prend un nouvel

essor.

 

 

 

« Premier disque, première chanson. J'attendais tellement de cette

première fois que quand il m'a joué la chanson au piano, j'ai été…

comment dire… un peu déçue. Je rêvais d'une chanson rythmique,

et me voilà avec une sensuelle déclaration. Le jour du studio, j'étais

un peu tendue. Après une ou deux prises, Michel était content.

Dans la foulée, il me demande d'écrire un texte parlé sur l’ad lib de

la fin comme si j'avais fait ça toute ma vie, écrire !

Il s'est rendu compte qu'il manquait un solo de guitare à deux heures

du matin. Effondré, il ouvre la porte du studio et croise un guitariste

qui travaillait à côté et qui rentrait chez lui. En un quart d'heure, la

guitare de Jean-Pierre Castelain s'imprimait sur la bande seize-pistes

où le piano de Michel, omniprésent, donne à lui seul le balancement

bien particulier de cette chanson. Premier cadeau. Le public a été là

tout de suite. »

 

France Gall ajoutera à propos de cette rencontre décisive :

 « Ça a transformé mon existence, ma vie. Ça m’a apaisée »

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-08 à 00.02.23.png

 

 

 

 

 Capture d’écran 2018-01-08 à 16.02.07.png

 


Capture d’écran 2018-01-08 à 16.02.32.png

 

 

 

 

 

Pauline Isabelle, est née le  

( morte le  d'une mucoviscidose )

 

Capture d’écran 2018-01-08 à 16.02.58.png

 

1979 Starmania 

Capture d’écran 2018-01-08 à 00.06.55.png

Starmania est une comédie musicale de Michel Berger sur un livret

de Luc Plamondon. Créée le  au Palais des Congrès de

Paris, l'œuvre est devenue, au fils des productions et des enregistrements,

l'un des spectacles les plus joués et les airs, parmi les plus célèbres du

répertoire francophone.

Capture d’écran 2018-01-08 à 00.06.39.png

 

 Capture d’écran 2018-01-08 à 00.07.42.png

 

 

 

 

 Capture d’écran 2018-01-08 à 16.02.46.png

 

 

 Capture d’écran 2018-01-08 à 00.53.21.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Raphaël Michel est né le 

 

Capture d’écran 2018-01-08 à 16.04.00.png

 

 


Capture d’écran 2018-01-08 à 16.04.20.png

 

 

 

 

 

 1983

 

 

 

« Tu es ma lumière du jour, tu es mon ultime recours, et si le poids se

fait trop lourd j'appelle ton nom à mon secours. »

 En 1983, après dix ans de vie commune, Michel Berger dédie à France Gall 

Lumière du jour, single issu de son album Voyou.

Une véri­table ode à sa femme qui sera éclip­sée par Diego libre dans sa tête,

morceau présent sur le même album.

 

 
 

 

 

 

Un an plus tard, France Gall sort Débranche !, un album qui se vendra à

plus de 660 000 exem­plai­res… et dont toutes les musiques et tous les

textes sont évidem­ment signés Michel Berger. Le dernier morceau, mis

en avant sur la pochette, s'inti­tule J'ai besoin de vous :

une ballade de près de 4 minutes à travers laquelle les deux artistes se

disent leur amour. « Et j'ai besoin de vous quand mon âme m'aban­donne,

chante France Gall avec les mots de Michel Berger. Quand les tambours

résonnent et tournent autour de nous ; et j'ai besoin de vous, c'est à vous

que je donne. Seuls les sages et les fous n'ont besoin de person­ne… moi

j'ai besoin de vous. »

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-08 à 00.07.10.png

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 1986

 

 

 

En 1986 lors d'un séjour au Séné­gal, France Gall rencontre une jeune

mère de famille, quit­tée par son compa­gnon, sans ressource, qui lui

propose d'adop­ter son enfant. De retour en France, la chan­teuse et

son mari décident de ne pas aller jusqu'à l'adop­tion, mais d'aider tout

de même la jeune femme :Michel Berger écrit alors Baba­car, chan­son

qui donnera son nom au nouvel album de son épouse, sorti en 1987.

Le couple finance les études de la jeune Séné­ga­laise, et montre que

son amour est si fort qu'il ne connaît pas de fron­tières.

 

 

 

 

 

 

 

 

1992 Le Duo

 


 

 

Il aura fallu attendre le début des années 90 pour que Michel Berger

et France Gall chantent enfin en duo pour un album entier. 

Double Jeu sort en juin 1992, porté notam­ment par le single 

"Lais­sez passer les rêves" et  "superficiel et lèger"


Moins de deux mois après la mise en vente de l'album, Michel Berger

décède le 2 aout 1992  tragique­ment, foudroyé par une crise cardiaque

lors d'une partie de tennis 

 

 Capture d’écran 2018-01-08 à 16.04.59.png

 

 

 Capture d’écran 2018-01-08 à 21.39.51.png

 

Capture d’écran 2018-01-08 à 16.04.52.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-07 à 20.45.29.png

 

 

 Capture d’écran 2018-01-08 à 18.03.39.png

 

 

 

 Quelques mois après ce drame, dont elle souffre énormément,

elle se voit diagnostiquer un cancer du sein, dont elle est opérée

avec succès le . Elle déclarera par la suite :

 « À l'annonce de la mort de Michel, j'ai ressenti une douleur dans le ventre,

dans le corps, tellement forte, je me suis dit qu'elle devait ressortir d'une

manière ou d'une autre.

Mon cancer était la concré­ti­sa­tion de mon mal intérieur ».

 

De 1995 à sa mort, elle partage sa vie avec Bruck Dawit, ancien

collaborateur de StingPrinceThe Rolling Stones ou Eric Clapton.

 

 

 

 

 

 

Elle se rend régulièrement à Dakar au Sénégal à partir de 1969.

Elle fait construire une résidence dans l’île de N’Gor en 1990 ainsi

qu'un restaurant et une école.

Après s'être retirée du monde de la chanson, elle y vit six mois par an

 

 

 « Qu’il reste quelque chose de moi m’indiffère. Je ne suis pas comme

ces personnalités politiques qui éprouvent le besoin de faire bâtir un

monument afin de laisser une trace tangible de leur passage :

moi, je ne construis que ma vie… » 

En 2001, elle précise : « Je n'écrirai jamais d'autobiographie. Mon livre,

c'était cet autoportrait que j'ai voulu le plus sincère possible »,

et, en 2004 : « Les chanteurs ne trichent pas. Chanter, ce n'est pas

simplement aller chercher de l'air et le ressortir en mots et en notes.

C'est donner, se livrer, s'exposer ».FG

 

 

Capture d’écran 2018-01-08 à 16.05.55.png

 

 

 


 

 

Peu de temps avant la mort de Michel Berger en 1992, Paris Match

avait laissé une tribune à Johnny Hallyday et ce dernier avait laissé

transparaître la profonde affection qui le liait encore récemment

avec France Gall, lorsque tous deux étaient encore vivants.

 

"Je brise tout de suite la légende imbécile, propagée par quelques

aigris du “métier”, du couple petit-bourgeois, vivant dans le silence 

feutré des grands appartements endormis, des chaumières normandes,

où la maîtresse de maison prépare elle-même tartes et confitures.

Ceux qui pensent ça ont tout faux ! Chez eux, tout bouge, tout vibre,

tout rock. Parce que Michel est un écorché vif et France Gall, une

passionnée. Un couple qui se déchire parfois. Mais un couple n’existe

que par ses tensions et ses déchirements. Eux, ils partagent tout, et

depuis dix-huit ans : le meilleur et le pire, les succès et les galères."

avait écrit Johnny.

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-08 à 21.31.50.png

 

Johnny :

"France, Michel et moi, nous ne nous sommes vraiment connus qu’après

un de mes spectacles au Zénith. Il était question d’un disque. A l’époque,

je l’avoue, je tournais un peu en rond et j’avais besoin de “sang neuf”.

Nous avons dîné ensemble , sans oser en parler. Très timides, lui vis-à-

vis de moi, moi vis-à-vis de lui. Et je me demande d’ailleurs si nous

aurions fait un pas l’un vers l’autre sans France, qui est venue à notre

secours. Une indicible affection est née, au cours de cette soirée, qui

ne s’est jamais démentie. C’est ainsi que “Tennessee”, l’un des albums

que je préfère, est né."

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-13 à 03.12.38.png

 

"Nous avons passé tous ensemble des instants très forts. Je n’oublierai

jamais les chansons qu’ils m’ont fait découvrir, chez eux, dans leur bric-

à-brac décoré d’objets de toutes les époques et de tous les styles.

Le studio, à Montréal, est toujours présent dans ma mémoire, tout

comme la préparation de mon spectacle à Bercy, où France, ma première

spectatrice, assise dans un coin de la salle, suivait les répétitions. Elle en

donnait, le soir, quelques impressions toujours pertinentes.

Elle connaissait toutes mes chansons par cœur, même les plus anciennes.

Elle aurait pu faire les voix avec moi."

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-13 à 03.24.52.png

 

""Et il y avait la vie de tous les jours. Les dîners dans les restaurants japonais,

les fous rires, les photos-souvenirs… Nous refaisions le monde jusqu’à 5 

heures du matin. France est encore plus insomniaque que moi. Michel,

angoissé comme d’habitude, se posait et nous posait toutes les questions

possibles. Ils ont réussi à m’apprivoiser, moi, le rebelle. Aujourd’hui, ils font

partie de ma famille. "

 

Un mois plus tard, Michel Berger s’effondre dans sa maison de Ramatuelle.

Johnny est le premier à accourir auprès de France. 

 

 

 

 


 

 Capture d’écran 2018-01-09 à 20.01.52.png

 

 

 

 

 " Si je ne regrette pas d'avoir souf­fert et que je suis prête à souf­frir

encore par amour, je le dois à mon père (…) J'ai compris bien plus tard

qu'il avait raison : oui, on est parfois brisé. Mais on passe sa vie à se

recons­truire (…) Je crois avoir trouvé dans la musique un vecteur pour

me répa­rer et essayer humble­ment de répa­rer les bles­sures des autres" .

FG 

 

 

 

 

Une minute de silence ..............

 

 

 

 

 

France est partie en silence , avec cette dignité des élégants sans

victimisation , avec cette classe d'une souffrance courageuse.

Comme Romy Schneider ,France Gall était amoureuse de son métier

et de ses partenaires , elle se donnait à fond dans sa passion pour

la musique.

Comme Romy ,France a connu de vraies souffrances , la perte de son

mari, la perte d'un enfant, et la bataille contre la maladie .

Ces femmes étaient de véritables guerrières, elles savaient ...elles connaissaient

, la véritable signification du mot "souffrir" ,mais n'en parlaient pas car il n'y a

rien a dire ......

France Gall avait un talent fou , une voix magnifique reconnaissable entre

toute , avec Michel Berger elle a atteint le summum de son art et connu

 "l'Amour fou" , avec lui elle a partagé sa folle passion pour la musique et

ses prestations sur scène étaient grandioses .

Avant de partir , elle a tenu a laisser , à son tour, l'héritage qu'elle avait reçu

de Michel Berger, pour le transmettre à la nouvelle génération ;elle a eut la

force et le courage de monter son spectacle "Resiste", elle avait ce besoin

de partager et de donner ;

Et comme Johnny elle se donnait à fond .

 

 

Capture d’écran 2018-01-13 à 03.26.07.png

Mardi 9 janvier, une émission spéciale en hommage à France Gall a

été diffusée sur France 2. Un moment particulièrement émouvant

: quand France Gall et Johnny Hallyday s’étaient retrouvés en 2007

pour un duo sur une chanson de Michel Berger

 

 

France Gall était aussi belle physiquement que l'était la grandeur de son âme .

C'est comme si Johnny ,qui vient à peine de quitter la terre lui avait tendu la

main pour qu'elle ne soit pas seule " viens je t'emmene rejoindre Michel

et Pauline ..et Daniel "  

Beau voyage  France , Johnny ....

 

 

 

 

 

Comme Johnny qui était le 10 tonnes de la chanson française , France Gall

était notre élégante voiture de sport ,tous les deux étaient l'expression de

 nos sentiments les plus profonds et ces deux êtres exceptionnels et leurs

chansons resteront ,à jamais , gravées dans mon coeur .

 

 

 ANNE VR(-_-)xxx

 

 

 

Capture d’écran 2018-02-19 à 01.38.37.png

Dessin de mon frère Benoit Vallery-Radot

 

 

 

 

 

 

 Capture d’écran 2018-01-13 à 02.36.22.png

 

Le caveau est désormais entouré d'un superbe mausolée de verre qui

abrite un grand cerisier japonais suspendu. Ainsi, la dernière demeure

de France Gall, Michel Berger et leur fille Pauline est aussi magnifique

qu'hors du commun et restera, pour longtemps on l'espère, protégée.


Capture d’écran 2018-01-13 à 03.07.09.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-13 à 03.04.52.png

 

 

 

 

 

Laeticia a fait envoyer ce coeur de fleurs blanches pour France Gall ....

 

 

Capture d’écran 2018-01-16 à 12.20.11.png

 

Capture d’écran 2018-01-16 à 12.31.44.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 



07/01/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres