Anne Vallery-Radot = Rubriques

Anne Vallery-Radot = Rubriques

PAUL GAUGUIN : "L'ART EST UNE ABSTRACTION" OU "L'ART DE TOUT OSER"

 

 

 

 

 

 

 

                      Capture d’écran 2016-08-07 à 14.32.56.png
Capture d’écran 2016-08-07 à 14.31.32.png

 

 

 

Ses expérimentations sur la couleur et l'ensemble de son œuvre influencent

l'évolution de la peinture, notamment le fauvisme du XX eme siècle.

En marge des Impressionnistes, Gauguin est sans doute, avec Paul Cézanne

 et Vincent van Gogh, le peintre de cette fin de XIX eme  siècle qui a eu le plus

d'influence sur les mouvements de peinture du XX eme  siècle.

Cette influence réside probablement, moins dans sa peinture que dans ses

écrits, lesquels contiennent des formules qui, comme le dit Léon Gard,

« flattent ce penchant des hommes pour les recettes mirifiques, en même

temps que leurs instincts de garnements déchaînés qui se saoulent

d'indiscipline» :

« Comment voyez-vous cet arbre ? écrivait Gauguin, Vert ? Mettez donc le plus

beau vert de votre palette ; et cette ombre ? Plutôt bleue ? Ne craignez pas de

la peindre aussi bleue que possible », ou encore : « Ne copiez pas trop d'après

nature. L'art est une abstraction. »

ou encore : « Vous connaissez depuis longtemps ce que j'ai voulu établir :

"le droit de tout oser" »

 

Gauguin a animé les mouvements mystiques et symbolistes de Pont-Aven,

puis des nabis où ses théories sur le cloisonnisme et le synthétisme ont été

appuyées par les peintres Émile BernardPaul Sérusier et Maurice Denis et

par le critique symboliste Albert Aurier

 

 Paul Gauguin 1848/1903

 

 

De sa prime enfance passée au Pérou, Paul Gauguin gardera le goût de l'inconnu

Eugène Henri Paul Gauguin nait à Paris, en 1848. Son père, Clovis Louis Pierre

Guillaume Gauguin (1814-1851), est un journaliste républicain au National1.

Sa mère, Aline Chazal (1825-1867), est la fille de Flora Tristan et donc, selon

certains auteurs, la petite-fille de Simón Bolívar et de Thérèse Laisnay.

Elle descend de propriétaires terriens espagnols d'Amérique du Sud et même,

selon la légende, d'un vice-roi du Pérou ( les Borgia d' Aragon)

Paul s'engage dans la marine en 1865,il visite Rio de Janeiro,Bahia ,la Suède et le

Danemark .

Sur les  les conseils de son tuteur Gustave Arosa ,qui est un collectionneur

de peintures notamment de Delacroix et qui deviendra son tuteur à la

mort de sa mère ,Paul quitte la marine  en 1871 pour entrer chez un agent de

change parisien.

Gustave Arosa 

Capture d’écran 2016-08-07 à 15.37.41.png

 

 Paul Gauguin Jeune

Capture d’écran 2016-08-07 à 14.59.52.png

 

 

Marié en 1873 avec une Danoise, Mette-Sophie Gad

Capture d’écran 2016-08-07 à 15.05.57.png

Ils auront cinq enfants et mèneront une vie bourgeoise et mondaine . 

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 16.18.52.png

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 15.37.11.png

Gauguin avec sa femme ci- dessus

et avec ses enfants Emil et Alina ci-dessous

Capture d’écran 2016-08-07 à 15.12.22.png

A la banque un employé , Schuffencker, consacre ses loisirs à la

peinture et entraine Gauguin à partager cette passion qui

l'absorbera de plus en plus.    

 

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 16.13.30.png

 

 En 1876 Gauguin expose un paysage au salon et achète des toiles 

de Jongkind ,Manet ,Renoir ,Monet ,Pissarro,Sisley.

Sa collection ne comprend que des impressionnistes .

Pissarro lui fait connaitre Cézanne et l'introduit parmi le groupe avec

lequel il expose à plusieurs reprises (1879/1880/1881 et 1882).

On le considère encore comme un amateur . 

 

1979 "Jardin sous la neige" 

(ce tableau a été présenté à la 5 eme exposition des impressionnistes en 1880)

Capture d’écran 2016-08-07 à 19.56.30.png

 

 

1878 "Mette Gauguin cousant"

Capture d’écran 2016-08-07 à 19.53.39.png

 

 

 

 

1879 "Pommiers de l'Hermitage" (travail à Pontoise avec Pissarro")

Capture d’écran 2016-08-07 à 20.02.32.png

 

 

1879 "Les maraîchers de Vaugirard "

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 20.27.25.png

 

 

1880 "Etude de nue Suzanne cousant"

Capture d’écran 2016-08-07 à 20.30.52.png

 

1880" La Chanteuse" Expérience de la sculpture sur bois .

Capture d’écran 2016-08-07 à 20.33.04.png

 

 Capture d’écran 2016-08-07 à 17.36.55.png

 

 

1881 "vase de fleurs " période impressionniste 

Capture d’écran 2016-08-07 à 20.39.11.png

 

Gauguin peint le dimanche et fréquente l'académie fondée par l'Italien

Filippo Colarossi.

Pissarro, aussi ami des Arosa, le conseille  et l'invite ensuite à travailler

à Pontoise avec Jean-Baptiste Armand Guillaumin  et Paul Cézanne,

dont l'exemple pousse Gauguin à se détacher de l'impressionnisme.

 

1881"La petite rêve" (sa fille Adeline )

Capture d’écran 2016-08-07 à 20.41.54.png

 

1881 "la famille Gauguin dans le jardin à Vaugirard"

Capture d’écran 2016-08-07 à 20.44.28.png

 

 

 

Capture d’écran 2016-08-08 à 15.28.31.png

 

Gauguin et Pissarro:

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 15.29.58.png

Capture d’écran 2016-08-07 à 15.43.04.png
 Pissarro à gauche et Gauguin à droite 

 

À la fin de 1883, chassé de la Bourse par la crise économique, Gauguin

abandonne la banque , s'installe  à Rouen, où Pissarro et Claude Monet 

sont en relation avec de riches amateurs;

Il trente de vivre de sa peinture .

 

1883 pour saisir" le  motif" avec Pissarro à Osny "Chemin montant à Osny"

Capture d’écran 2016-08-07 à 20.47.21.png

Capture d’écran 2016-08-07 à 17.36.51.png

 

1884 "Les toits bleus à Rouen "(influence de Cézanne )

Capture d’écran 2016-08-07 à 20.54.48.png

1884 " Mette Gauguin en robe du soir "

Capture d’écran 2016-08-07 à 20.51.56.png

 1884 "Enfant endormi "

Capture d’écran 2016-08-07 à 21.15.03.png

Les économies s'épuisent et sa femme l'entraine au Danemark

dans le but de le ramener à une vie plus stable et plus bourgeoise .

Gauguin fait une exposition à Copenhague mais c'est un véritable

fiasco.

Gauguin laisse sa famille au Danemark (1885) et rentre à Paris avec

son fils Clovis .

Pour vivre il est colleur d'affiches ...... 

1885"Autoportrait devant son chevalet "

Capture d’écran 2016-08-07 à 21.20.04.png

 

1885 "Nature morte à la mandoline"

Capture d’écran 2016-08-07 à 21.23.25.png

 

 

 

1885 "Les baigneuses à Dieppe "

Capture d’écran 2016-08-07 à 21.27.05.png

1885 "La plage à Dieppe"

Capture d’écran 2016-08-07 à 21.30.02.png

 

Pont-Aven/La Martinique

 Gauguin fuit Paris vers la Bretagne ,il s'installe dans une auberge

de Pont-Aven fréquentée par des peintres de l'atelier Cormon et 

de l'Académie Julian .

 

1886 "Bretonne de dos"

Capture d’écran 2016-08-07 à 21.32.46.png

 

 

1886 "La femme au chignon"

Capture d’écran 2016-08-07 à 21.36.33.png

 

 

Gauguin expose en 1886 les toiles qu'il a rapporté de Pont-Aven

 avec celles de la période de Rouen et du Danemark, aux tonalités

denses et sourdes.

 

 

1886 Céramique "Pot orné d'une figure Bretonne "

Capture d’écran 2016-08-07 à 21.40.37.png

 1886 "Faune " Autoportrait ,métaphore d'un retour aux pulsions primitives

Capture d’écran 2016-08-07 à 22.46.08.png


 1887"Végétation tropicale "

Capture d’écran 2016-08-07 à 23.02.20.png

Capture d’écran 2016-08-07 à 17.36.45.png

 

Son destin est scellé : pendant des années,

il continue à rêver d'affaires, mais la peinture est devenue sa vie.

lors d'un premier voyage à Pont-Aven,en 1886 il a rencontré Emile Bernard

(théoricien du cloisonnisme).

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 17.32.22.png

 

Le tableau ci-dessus, oeuvre manifeste du synthétisme, d’inspiration

japonisante, (L'inspiration japonisante qui a touché bon nombres de peintres

entre autre Van-Gogh et Mary Cassatt ) a fait l’objet de la brouille entre

Gauguin et Bernard, celui-ci reprochant la similitude de sa facture avec

l’un des siens. Gauguin, lui qui se donne « le droit de tout oser », est le

premier à se libérer du naturalisme, à transgresser les règles de la couleur

et de la perspective. Il introduit des motifs imaginaires et enfreint ainsi

 principe de réalité en usage jusqu’à ce moment.

Ici en l'occurrence Gauguin introduit " l'ange".

 

Gauguin à Pont -Aven

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 16.26.30.png

 

 

Il forme le projet, avec le peintre Charles Laval, de travailler au

percement du canal de Panama, mais finit par passer plutôt plusieurs

mois en Martinique où il essaie le métier de planteur et peint une

douzaine de tableaux discrètement pointillistes où apparaissent

l'exotisme et la couleur dont ses souvenirs du Pérou et ses voyages

en mer ont inscrit les émerveillements dans sa mémoire

1887 "Bord de mer" 1

Capture d’écran 2016-08-07 à 22.55.37.png

 

1887 "Bord de mer " 2

Capture d’écran 2016-08-07 à 22.57.46.png

 

 

 

1887 "Tête de jeune Martiniquaise"

Capture d’écran 2016-08-07 à 23.10.15.png

 

 1888"Allées et venues," Martinique 

Capture d’écran 2016-08-07 à 23.07.10.png

"Village en Martinique "

Capture d’écran 2016-08-08 à 15.25.32.png

 

 Gauguin a connu Van Gogh à Paris en hiver 1886 et s'est lié d'amitié

avec lui et  l'année 1888 est celle du séjour en Arles avec Van Gogh

et qui se terminera en violente dispute.

Entre Gauguin qui glorifie la fantaisie et Van Gogh qui ne jure que par

la nature, c’est le lobe de l’oreille de ce dernier qui fera les frais

(tranché par qui?) de leur exaltation alcoolisée.

 

Ce tableau qui fera dire à van Gogh "C'est moi,mais fou "

ce qui aurait mis le feu aux poudres .

(voir Van-Gogh )

 "Van Gogh peignant des tournesols"

Capture d’écran 2016-08-08 à 15.32.36.png

 

 

1888 "Vieilles femmes à Arles "

Capture d’écran 2016-08-07 à 23.35.43.png

 

 

1888 "Ferme à Arles "

Capture d’écran 2016-08-07 à 23.38.07.png

1889 "Soyez amoureuses"

Capture d’écran 2016-08-07 à 23.40.41.png

 

 1889 "Eve et le serpent"

Capture d’écran 2016-08-07 à 23.43.14.png

 1889 "Le jambon"inspiré par celui de ManetCapture d’écran 2016-08-07 à 23.46.56.png

 1889 "Le Christ au jardin des oliviers"

Capture d’écran 2016-08-07 à 23.49.48.png

 1889 "La vie et la mort"

Capture d’écran 2016-08-07 à 23.52.19.png

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 17.35.38.png

 

"Le Christ Jaune"

Capture d’écran 2016-08-07 à 17.37.33.png

 

 

"Le Christ vert"
Capture d’écran 2016-08-07 à 17.38.25.png

 L'École de Pont-Aven 1888/1889

En 1889, Gauguin fait un second séjour à Pont-Aven en Bretagne

(où il dit trouver le sauvage,le primitif).

Après de nombreuses discussions avec Emile Bernard et les autres

peintres  de Pont-Aven naît la théorie du synthétisme (couleurs pures,

à plat, cernes noirs, forme simplifiée), entre le cloisonnisme et le

symbolisme.

Gauguin en reçoit la paternité au grand dam de Bernard qui la

revendiquait.

Ce qu’on nomme « Ecole de Pont-Aven » était en fait des peintres

indépendants qui mettaient en commun leurs idées personnelles

et critiquaient ouvertement l’académisme. Il se détachait donc de

l’impressionnisme.

Cette école de Pont-Aven ,qui selon Maurice Denis aura

influencé autant d'artistes que ,naguère ,l'école de Fontainebleau ,

était en un sens étroit l'école des peintres réunis autour de Gauguin ,

et qui eux ont continué à peindre dans cette facture alors que lui -même

s'en est éloigné pour atteindre à l'expression même du mystère .

C'est aussi la naissance du symbolisme et du surréalisme et le droit au

lyrisme et à la liberté; 

Gauguin savait ce qu'avait donné :

<<Vous savez depuis longtemps ce que j'ai voulu établir :le droit de tout

oser .Ceux qui ,aujourd'hui ,profitent de cette liberté me doivent quelque

chose.>>  Cette école sera continuée par "les Nabis"

 

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 18.10.44.png

 

 

 

 1888" La ronde des petites filles"

Capture d’écran 2016-08-07 à 23.14.22.png

 

 

1888 "Jeunes baigneurs Bretons "

Capture d’écran 2016-08-07 à 23.19.50.png

 

1888"Nature morte fête Gloanec"
Capture d’écran 2016-08-07 à 23.23.44.png
1888 "Nature morte aux trois petits chiens "
Capture d’écran 2016-08-07 à 23.26.05.png


 

"paysage breton"Capture d’écran 2016-08-08 à 18.34.59.png


 

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 18.10.54.png

 

 

 

1888 Madeleine Bernard soeur d'Émile Bernard

Capture d’écran 2016-08-07 à 23.32.58.png

 1890 "Nirvana"

Capture d’écran 2016-08-07 à 23.55.22.png

 

 

Tahiti 1891/1893

Le premier voyage à Tahiti à lieu entre 1891 et 1893, grâce à une rentrée d’argent:

Degas lui achète la toile « La belle Angèle ».

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 17.27.01.png

 

 

 

 

Paul veut se « retremper dans la nature vierge pour y créer un art

simple, débarrassé de l’influence de la civilisation ». Il cherche à

révéler ce « malgré moi de sauvage » ( écrit à sa femme) qui lui

permettra de retrouver ses origines profondes, son primitivisme.

Il y rencontre la jeune Teha’a-Mana (Tehamana) une adolescente

de treize ans qui devient sa vahiné et son modèle.

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 18.09.47.png
Capture d’écran 2016-08-07 à 18.09.55.png
Capture d’écran 2016-08-07 à 18.10.01.png

Capture d’écran 2016-08-07 à 17.36.29.png

Capture d’écran 2016-08-07 à 17.57.16.png
 

 

<<—  J'avais été séduit une fois par cette terre vierge et  par sa race primitive

et simple ; j'y suis retourné et je vais y retourner encore. Pour faire neuf,

il faut remonter  aux sources, à l'humanité en enfance. L'Eve de mon choix

est presque un animal ; voilà pourquoi elle est chaste,   quoique  nue.   

Toutes    ces   Vénus  exposées  au Salon sont indécentes,  odieusement

lubriques...>>

<< Avant de partir, reprit-il au bout de quelques secondes, je vais faire

paraître avec mon ami Charles Morice, un livre où je raconte ma vie à 

Tahiti et mes impressions d'art. Morice commente en vers l'œuvre que

j'en ai rapportée. Cela vous expliquera pourquoi comment j'y suis allé.>>

 

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 19.04.54.png

 

 

 

 

 il entame alors la rédaction de Noa Noa, dans lequel il raconte ses

découvertes de la vie primitive à Tahiti, un enthousiasme mêlé de

déconvenue face à ce paradis terrestre idéalisé.

 Récit de voyage, témoignage de la vie de Gauguin pendant son

premier séjour à Tahiti, commentaire de ses tableaux, le manuscrit

Noa Noa occupe une place singulière dans l'œuvre de l'artiste.

Il connut une histoire mouvementée, de sa genèse à sa publication. 

De retour en France, venant de Tahiti, le 3 août 1893, 

 

 

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 19.04.58.png

 

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 19.05.22.png

 

 

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 19.04.37.png

Capture d’écran 2016-08-07 à 19.04.47.png

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 19.05.27.png

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 19.05.09.png

Capture d’écran 2016-08-07 à 19.05.18.png

 

 

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 19.05.13.png

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-08-08 à 23.42.46.png

 Capture d’écran 2016-08-08 à 23.48.40.png

 

 

1891"La femme à la fleur"

Capture d’écran 2016-08-07 à 23.59.11.png

 

1891 "La femme à la robe rouge boudeuse"

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.01.58.png

1891"Le Repas ,les bananes"

 

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.11.13.png

1891 "L'homme à la hache"

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.13.29.png

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 17.57.21.png
Capture d’écran 2016-08-07 à 17.57.39.png

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 18.10.05.png

 

 

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 18.24.27.png

 1892"ou vas -tu?"

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.15.50.png

1892"Le marché"

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.18.53.png

1892 Etude pour "quand te maries -tu?"

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.20.59.png

1892 "quand te maries -tu?"

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.23.30.png

1892 "eh quoi tu es jalouse?"

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.25.44.png

1892 "Je vous salue Marie"

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.28.23.png

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 17.57.01.png

 

 

Paris 1893/1894

 A son retour en 1893 Gauguin expose chez Durand -Ruel ses

oeuvres tahitiennes qui provoquent un grand intérêt surtout auprès

de la jeune génération des peintres comme  Bonnard ,Vuillard

et tous les Nabis .

Gauguin rompit avec les impressionnistes car seul Degas aimait la

peinture de Gauguin ,Monet et Renoir la trouvait franchement

mauvaise .Gauguin eut une vive discussion avec Pissarro qui était

tout à fait opposé à ses tendances mystiques et l'accusa presque

de piller les sauvages de l'Océanie . 

Gauguin resta insensible et expliqua :

<<j'obtiens par des arrangements de lignes et de couleurs ,avec le

prétexte d'un sujet quelconque emprunté à la vie ou à la nature

,des symphonies ,des harmonies ne représentant rien d'absolument

"réel"au sens vulgaire du mot ,n'exprimant directement aucune idée

,mais qui doivent faire penser ,comme la musique fait penser ,sans

le secours des idées ou des images ,simplement par les affinités

mystérieuses qui sont entre nos cerveaux et tels arrangements de

couleurs et de lignes >>

un peu une méditation........  

 "Arearea"

 Capture d’écran 2016-08-07 à 17.55.04.png

 

Lorsque Gauguin montre cette série de toile tahitienne en 1893,

il ne provoque pas l’enthousiasme qu’il espérait. Le ton est sarcastique

et on se moque ,de la couleur du chien dans son tableau "Arearea",

et des titres de ses tableaux.

Gauguin estime pourtant que "Arearea"est une de ses meilleures

toiles .

Déçu de ne pas trouver d’objets d’art primitif authentiques, il sculpte

des idoles qu’il invente.

 

1893 "Eau mystérieuse"

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.31.27.png

 

  

Capture d’écran 2016-08-07 à 17.57.07.png

 

 

 

1894 "Paris sous la neige"

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.46.53.png

1894 "Autoportrait à la palette"

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.42.09.png

 

 

 

Capture d’écran 2016-08-07 à 16.29.00.png
Capture d’écran 2016-08-07 à 16.33.33.png

 

 

Il passe quelques mois à Pont-Aven en 1894 pour la dernière fois.

L’endroit est devenu un phénomène unique en Europe, réunissant des

dizaines de peintres.

1894 "Le moulin David à Pont -Aven"

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.51.21.png

1894 "deux bretonnes sur la route "

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.53.39.png

 1894"Jeune Chrétienne"

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.56.24.png

 

 

Hannah ,la javanaise , compagne de Gauguin de 1893 à1894

avec Taoa le singe apprivoisé de Gauguin.

 

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.42.36.png

Capture d’écran 2016-08-07 à 14.52.36.png

 

 "Capture d’écran 2016-08-08 à 10.36.28.png

 

  "sous l'empire du revenant" ci dessus et "Le jour de Dieu"ci dessous 

Capture d’écran 2016-08-08 à 10.34.00.png


Capture d’écran 2016-08-07 à 14.29.57.png



 "Noël 1894 "dernier tableau de Gauguin en France ,c'est un hommage rendu

à Gustave Caillebotte mort en février 1894 .

Capture d’écran 2016-08-08 à 00.59.13.png

 

 

 

Gauguin en a assez :<< Tous ces malheurs successifs,la difficulté de

gagner régulièrement ma vie malgré ma réputation ........m'ont fait

prendre une décision irrévocable;En décembre je travaillerai à vendre

tout ce que je possède. Je repars pour l'Océanie ,rien ne m'empêchera

de partir et ce sera pour toujours .>>

Malgré sa rupture avec les impressionnistes ,Gauguin n'oublia cependant

pas que c'est à eux qu'il devait son initiation à l'art .

Après qu'il fut reparti ,définitivement cette fois pour Tahiti,il nota dans un

de ses carnets :<<si l'on examine l'art de Pissarro dans son ensemble malgré

ses fluctuations,on y trouve,non seulement une excessive volonté artistique

qui ne se dément jamais ,mais encore un art essentiellement intuitif de belle

race ...il a regardé tout le monde ,dites vous ?Pourquoi pas ?-tout le monde

l'a regardé aussi mais le renie ,ce fut un de mes maîtres et je ne le renie pas. >> 

 

 Tahiti 1895

 

Il repart donc  pour Papeete en 1895 où il vit durant six ans.

Sa nouvelle vahiné se nomme Pahura,

"La naissance du Christ ,le fils de Dieu",en décembre 1896 Pahura donne

naissance à une fille qui mourut peu de temps après sa naissance. 

Mais elle lui donnera d'autres enfants .

Capture d’écran 2016-08-08 à 10.51.46.png

"La pirogue"

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.00.34.png

"portrait de Vaïte, Jeanne Goupil " fille d'un notaire de Papeete 

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.02.19.png

 

 

En 1896 Vollard écrivit à Gauguin à Tahiti ,peut-être sur les conseils

de Degas ,et lui proposa un contrat pour acheter toute sa production ;

Vollard devenait ainsi le seul dépositaire à Paris des oeuvres de Cézanne

et de Gauguin.Dans les milieux de l'art la galerie Vollard remplaça la

boutique du père Tanguy . 

Parallèlement Durand -Ruel gagnait en importance .

 

 

" ne travaille pas" 

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.08.42.png

 

 

En janvier 1897, à l’annonce de la mort de sa fille Aline au Danemark,

Gauguin est désespéré. La détresse matérielle et la solitude le rongent.

"Le rêve"

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.05.56.png

 "Vaïrumati"

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.10.50.png

 "Nevermore "

<<J'ai voulu avec un simple nu suggérer un certain luxe barbare

d'autrefois,le tout noyé volontairement  dans des couleurs

sombres et tristes >> 

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.17.52.png

 

C’est à Punaauia, petite ville de la côte ouest de Tahiti, qu’il peint son

tableau testament :

 »D’où venons-nous? Qui sommes-nous? Où allons-nous? « .

Sa vision mystique de la vie.En décembre 1897 Gauguin décida de 

se suicider.Il était malade et sans argent ;Avant de mourir il veut 

peindre une oeuvre qui sera son testament.

Sa tentative de suicide à l'arsenic échoua .

Tableau de 4,50 sur 1,70

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.19.20.png

 

 1897"Noa Noa"

Capture d’écran 2016-08-08 à 01.02.49.png

 

 1898 "Pastorale tahitienne "

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.26.03.png

"Le cheval blanc"

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.28.33.png

 

1899 "Le mois de Marie"

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.36.47.png

 

"La cueillette des fruits"

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.38.35.png

"Le départ": dessin d'une fluidité remarquable 

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.41.11.png

"Femmes au bord de la mer ,maternité"

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.44.10.png

 "Trois tahitiens ,conversation "Capture d’écran 2016-08-08 à 11.46.18.png

"Les seins aux fleurs rouges "

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.47.55.png

 

Gauguin avait planté des tournesols en souvenir de son voyage à Arles

1901 "Fleurs de tournesols et mangues " est ,sans doute un hommage à Van Gogh

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.50.12.png

 

Septembre 1901 Les Marquises 

 

Il décide  de partir pour les Marquises, où il débarque le 16 septembre 

1901, afin de retrouver l'inspiration. Le voici donc à Atuona

(sur l'île de Hiva Oa), où l'évêque Martin, chef de la Mission catholique,

lui vend un terrain marécageux ; aussi décide-t-il d'y faire construire une 

maison sur pilotis. Il lui semble être au paradis.

Il va vite déchanter en se rendant compte des abus de l'administration

coloniale et en essayant de se battre pour les indigènes.

Il refuse notamment de payer ses impôts et incite les Marquisiens à faire

de même. C'est pour cette raison qu'il laisse sur place une mauvaise

réputation après sa mort, ses ennemis (l'évêque, l'administration, les

gendarmes avec qui il a des démêlés incessants) faisant croire qu'il est

resté peu apprécié des Polynésiens en général et des Marquisiens en

particulier, qui ont l'impression d'avoir eu affaire à un homme qui s'est

servi des Polynésiens, surtout des femmes, comme si cela lui était dû.

 

 

1902 "Nature morte aux oiseaux exotiques "

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.54.45.png

 

"Cavaliers sur la plage "

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.57.24.png

"La soeur de charité"

Capture d’écran 2016-08-08 à 11.59.17.png

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-08-08 à 12.16.18.png

Gauguin a construit la maison où il voulait habiter. C'est une maison

sans meubles, mais en attente de créatures féminines. L'impératif

qu'il leur adresse est destiné à lui-même. Il s'impose la tâche de jouir

, mais le succès ne dépend pas de lui.

Il dépend de ces jeunes marquisiennes, comme il dépendait pour Cézanne

des Grandes Baigneuses. Ne sont-elles pas les maîtresses du plaisir?

Elles ne sont pas évanescentes, on peut s'appuyer sur elles, ce sont des

charpentes, elles étayent le désir :

 Soyez mystérieuses, soyez amoureuses, vous serez heureuses.

Tout semble harmonieux, mais le diable n'est pas loin.

Capture d’écran 2016-08-08 à 12.11.17.png

 

Ces panneaux en bois de la maison sont conservés au musée d'Orsay .

 

 

 

"Marquisien à la cape rouge "

Capture d’écran 2016-08-08 à 12.14.17.png

 

"Femme à l'éventail"

Capture d’écran 2016-08-08 à 12.25.26.png

Capture d’écran 2018-01-10 à 16.32.36.png

"L'Appel" <<je suis bien ici dans ma solitude>>

Capture d’écran 2016-08-08 à 12.30.06.png

 

 "Femmes et cheval blanc "

Capture d’écran 2016-08-08 à 12.34.28.png

 

 

 

 

 

 "Village Breton sous la neige"

Capture d’écran 2016-08-08 à 15.19.43.png

 

 

 Gauguin a quitté la France en faisant un dernier tableau de Paris

sous la neige: "Noël 1894" et il quitte la vie en faisant un tableau 

de la Bretagne sous la neige "village Breton sous la neige ",

la nostalgie ......Trouvé à la mort de l'artiste dans sa case d'Attuona.

Confié par Victor Segalen au peintre Daniel de Monfreid, ami de

Gauguin pour terminer les coins laissés inachevés par Gauguin.

 

Capture d’écran 2016-08-08 à 12.38.10.png

 

 

 

 

« Les femmes sont lascives au soleil redouté

Et s'il n'y a pas d'hiver cela n'est pas l'été

La pluie est traversière elle bat de grain en grain

Quelques vieux chevaux blancs qui fredonnent Gauguin

Et par manque de brise le temps s'immobilise

 Aux Marquises. » JACQUES BREL. 

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-08-08 à 23.13.57.png

 

 

 

 

 

 Gauguin est ,tout  comme Van Gogh ,un peintre qui gagne à être connu

et reconnu ,c'est un innovateur ,un véritable créateur qui a oser sortir des

rangs et trouver sa véritable "vision " de la vie sur terre , il a travaillé pour

extraire "la substantifique moelle" .Il a quitté les impressionnistes pour ne

pas suivre un troupeau ,qui malgré l'innovation des débuts semblaient

retomber dans une certaine  routine académique qu'ils fuyaient au début 

Et c'est avec un certain dédain que Gauguin disait alors des impressionnistes:

<<Ils étudient la couleur exclusivement en tant qu'effet décoratif ,mais

sans liberté conservant les entraves de la vraisemblance....Ils cherchent

autour de l'oeil ,et non au centre mystérieux de la pensée ......................

Ce sont les officiels de demain .>>

Je pense que le véritable talent réside dans cette"recherche personnelle"

de notre vision du monde et non dans"l'adresse de produire techniquement

et parfaitement une oeuvre "qui sera ,certes belle mais sans l"Ame" de celui 

qui la fait .

Gauguin fait usage de la couleur, qu’il qualifie de

 « …vibration de même que la musique », ( sensation qu'éprouveront

d'autres peintres notamment Kandinsky ) propose d’entendre, voir et

sentir la peinture.

Son travail contribuera à l’émergence d’autres mouvements picturaux

comme les Nabis, l’expressionnisme ou le fauvisme.

C'est ce qui fait la différence entre "un bon "peintre et un "génie";et cette

règle est ,pour moi,valable dans tous les Arts .c'est de faire un travail

"remarquable" et non "académique" ,tout comme une "bonne copie "

bien travaillée d'une oeuvre du Louvre ,sera ,certes belle mais sans intérêt.

Je crois ,que lorsque Gauguin parle d'"oser" c'est bien  de cette recherche et

de ce travail "fatiguant" et "incessant" pour extraire cette partie "Divine" qui

.est en nous , c'est pourquoi certains artistes n'ont aucun talent malgré leurs

capacités et ils n'en auront jamais s'ils ne "donnent"pas cette part d'eux

qui est au fond de nous et qu'il faut aller chercher avec acharnement et

sans se préoccuper des autres .Ce travail fait souffrir car il faut chercher

sans relâche ,et les vrais talents sont toujours épuisés car ils puisent

toujours .......et encore ;et c'est pour cela que certains artistes finissent

par en mourir ......sans êtres reconnus ni surtout compris .............................

ANNE VR (-_-)xxx  



08/08/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres