ANNE VALLERY-RADOT RUBRIQUES ART & CINÉ

ANNE VALLERY-RADOT RUBRIQUES ART & CINÉ

LA FIÈVRE, LE FOOT : CHAMPS DE BATAILLE DE LA CRISE IDENTITAIRE.

Capture d’écran 2024-04-24 à 11.32.51.jpeg

 

La fièvre est une série politico-dramatique française de Eric Benzekri et Ziad Doueiri (série Baron Noir). 2024.

 

 

Canal+.  Canal+ Par abonnement

 

 

 

Synopsis officiel canal +: Comme à chaque fin de saison, la grande famille du foot français fête ses héros : sourires, selfies, récompenses – c’est la soirée des Trophées UNFP. Tout bascule quand devant les caméras, Fodé Thiam, la star du Racing, assène un violent coup de tête à son entraineur et le traite de "Sale Toubab", ce qui signifie "sale blanc" en wolof.

Après la sidération : la tempête médiatique peut commencer.

 

Capture d’écran 2024-04-24 à 11.44.00.jpeg

 Fodé Thiam (Alassane Diong) et Sam Berger (Nina Meurice).

 

Capture d’écran 2024-04-24 à 11.45.48.jpeg

Tristan Javier (Xavier Robic), François Marens (Benjamin Biolay), Sam Berger (Nina Meurice) et Justine Kairos (Jade Hanot).

Les "Spins doctors"(conseillers en communication, le plus souvent en politique) de l'agence "Kairos", Tristan Javier et Sam Berger sont appelés par François Marens président du Racing Club.

Sam, communicante talentueuse mais desservie par son hypersensibilité, pressent que cette fois la crise ne sera pas balayée par un nouveau scandale plus "vendeur"mais pourrait basculer dans le chaos, voir une guerre civile.

 

 

Capture d’écran 2024-04-24 à 11.43.27.jpeg

 

 François Marens (Benjamin Biolay) et Sam Berger (Nina Meurice). 

 

A l'émission TV "Touche pas à mon poste" ou sur la scène de son théâtre toujours complet, Marie Kinsky, néo conservatrice et nationaliste, manipule et instrumentalise l’événement en attisant les déchirures identitaires et sociales qui fracturent le pays. Sam craint d’autant plus Marie qu’elles ont été très proches... Les deux femmes "spin doctors" vont se livrer un combat sans merci ni répit pour orienter une opinion publique défigurée par la puissance des réseaux sociaux et leur culture du clash. Au coeur de ce combat, le destin d’un grand joueur, et avec lui celui de la France. Car cette fièvre, c’est avant tout celle du pays.

 

Capture d’écran 2024-04-24 à 11.58.56.jpeg

Marie Kinsky (Ana Girardot). 


 Capture d’écran 2024-04-25 à 11.44.19.jpeg

 Le ministre de la culture Nicolas Barnet (Grégoire Bonnet) et Sam.

Cette série se focalise sur le racisme systèmiste ou institutionnel  et la crise identitaire ou "ce que les autres pensent de moi" dans le monde actuel et plus particulièrement dans celui du Football français. 

 

Pour écrire cette série, Éric Benzekri s’est beaucoup inspiré de ce qu’il se passe du côté des réseaux sociaux et des influenceurs. « Des milliers de vidéos TikTok et Instagram ont été tournées spécialement pour la série », précisait le scénariste lors de la présentation à la presse de La Fièvre. Un travail titanesque, notamment pour le mur d’écrans ou défilent les tendances qui émergent sur les réseaux sociaux. « Nous n’avons pas utilisé de fond vert pour cette partie. C’était un véritable casse-tête. J’ai dû réapprendre à filmer en vertical », soulignait Ziad Doueiri.

 

<<Je pense qu'il y a un besoin de contrôle sur ce monde virtuel. C'est prescripteur de nos vies et on ne s'en rend pas compte. Chacun est dans sa catégorie et ne montre qu'une des facettes de son identité. Si on commence à fabriquer nous-mêmes nos propres algorithmes qui nous enferment dans des bulles, alors on va tous devenir Charlotte Pajon, qui finit par faire quelque chose qui est complètement à l'encontre de ce qu'elle défend. C'est ça qui est fou.>>

 

Le scénariste s’est également inspiré du livre de Stefan Zweig, Le monde d’hier, paru en 1942, dans lequel est détaillé avec précision la montée du nationalisme à l'époque. Sam Berger citera des passages de ce livre.

Eric Benzekri: « Cette série montre comment, à travers le football, nous pouvons faire une lecture de la société » Une mécanique qui n’est pas sans rappeler celle du Baron Noir: « Je ne prévois rien. J’essaie simplement de bien comprendre le réel, l’air du temps. Peut-être que demain, il existera quelque chose que j’avais évoqué, mais ce que je montre existe déjà d’une façon ou d’une autre ». 

<<J'ai 50 ans, en 1998 j'en avais 25, et c'était la France Black Blanc Beur. Je considère que dépuis il y a eu une petite évolution dans la vision qu'on porte sur le caractère rassembleur de ce sport. Mais surtout je voulais raconter, comment à travers le foot, on a une lecture de la société.>>

<<Sur l'ensemble du spectre politique, l'idée de la catastrophe est mise en avant. De gauche à droite, grosso modo, on nous dit : "On va tous mourir, et pour éviter ça, il faut faire ce que je dis". Je pense que c'est un niveau de discours anxiogène, qui rend les discussions et les moyens de se réparer très compliqué. Je ne pense pas qu'on puisse construire un monde meilleur quand on dit qu'on le fait pour éviter une catastrophe.>> Eric Benzekri.

 

<<Tous les communicants que j'ai rencontrés m'ont confirmé que lorsque des dirigeants sont plongés dans une crise médiatique, ils ont peur. Leur premier rôle, c'est donc de les rassurer. D'où toutes ces phrases d'agence comme : "La peur, c'est sain, ça force à agir". Et ces détails étudiés comme le fait de relever ses manches pour une photo. En fait, même dans la crise, c'est le spectacle qui domine.>> Eric Benzekri.

 

Cette série est tellement "réelle" sur "l'état de la France" qu'elle fait peur par son extrémisme et sa violence; elle nous met en face de cette crise identitaire en nous révélant son ampleur et sa gravité; elle touche également, l'Italie, le Royaume -Uni, l'Allemagne, les USA, le Liban.......qui sont traversés par "une vague populiste" qui risque de devenir un véritable tsunami.

Politico-dramatique et terriblement humaine la série n'est pas fictive car elle nous rappelle certains philosophes des lumières : Voltaire, Diderot, Jean-Jacques Rousseau et Montesquieu qui prônaient la tolérance, dénonçaient les inégalités sociales et le racisme mais surtout cela nous rappelle qu'ils ont inspiré et amené la Révolution française.

Oui il faut voir au delà du Foot et ceux qui regardent la série pour le sport seront déçus car elle n'est pas centrée sur lui et nous n'assistons à aucun match.

Très bons acteurs: Nina Meurice est excellente en surdouée, Ana Girardot est parfaite en méchante sorcière facho, Benjamin Biolay est égal à lui-même en pacifiste calme et confiant président du club de Foot.

Je recommande la série à 100%.  

ANNE VR("-_-")XXX    



25/04/2024
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres