Anne Vallery-Radot = Rubriques

Anne Vallery-Radot = Rubriques

THE BEATLES , THE QUARRYMEN

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-02-12 à 22.15.18.png

 

 

 Capture d’écran 2018-02-15 à 22.55.22.png

Capture d’écran 2018-02-15 à 22.58.08.png

 


Capture d’écran 2018-02-12 à 22.15.49.png

 

 

 

 

 

 Capture d’écran 2018-01-24 à 01.53.37.png

 

 

 

 

« Rien ne m'a vraiment touché jusqu'au jour où j'ai entendu Elvis.

S'il n'y avait pas eu Elvis, il n'y aurait pas eu les Beatles. »

John Lennon

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.07.35.png

— John Lennon

 

 John Lennon est né le  à Liverpool, et mort assassiné le  à New York

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.10.53.png

 

John Lennon est un adolescent de Liverpool élevé par sa tante « Mimi » — Mary Elizabeth de son vrai nom. Son père, Alfred Lennon (dit « Alf»), marin, a rapidement délaissé sa mère Julia Stanley et son enfant. Julia, qui n'a pas les moyens d'élever John seule, le confie à sa sœur Mimi. Dès qu'il découvre Elvis et le rock 'n' roll, John veut devenir musicien et se voit offrir un banjo, puis une guitare par sa mère.

 

 

 Capture d’écran 2018-01-24 à 00.10.05.png

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.10.13.png

 

 

 

 

En mars 1957, alors âgé de seize ans, il forme un groupe de skiffle avec quelques amis de son lycée, le Quarry Bank High School. Initialement nommé The Blackjacks, il change de nom après avoir découvert qu'un autre groupe local se nommait déjà ainsi, et devient The Quarrymen.

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.11.12.png

C'est le que John Lennon rencontre Paul McCartney. Lennon et les Quarrymen donnent un concert pour la fête paroissiale de l'église St. Peter. À la fin du concert, Ivan Vaughan, un ami commun, présente McCartney à Lennon. Il prend alors une guitare et joue Twenty Flight Rock d'Eddie Cochran devant Lennon, un peu éméché mais néanmoins très impressionné. Quelques jours plus tard, Pete Shotton, autre membre des Quarrymen, propose à Paul de se joindre au groupe. Celui-ci, qui n'a alors que quinze ans, accepte.

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.09.55.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 02.30.57.png

 

 

 

Lennon  se marie le 23 août 1962, avec Cynthia Powell  à Liverpool, en présence de  George HarrisonPaul McCartney et Brian Epstein, le manager des Beatles, ce dernier est le témoin de John Le mariage, sans fleurs ni photographes. Le repas de noces, offert par Epstein et  pendant la grossesse, de Cynthia , Epstein offre aux Lennon son appartement au 36 Faulkner Street et, plus tard, lorsque arrive le terme, il assure les frais d'hôpital.

Le matin du 8 avril 1963, Cynthia met au monde John Charles Julian Lennon, à six heures cinquante, au Sefton General Hospital de Liverpool. Lennon, en tournée, ne sera près d'elle que trois jours plus tard, lors d'une courte halte à Liverpool.

Capture d’écran 2018-01-27 à 02.30.30.png

 

 

Mais leur mariage commencera à battre de l’aile lorsque Lennon rencontre Yoko Ono, son grand amour, en 1966. Longtemps accusée publiquement d’avoir causé l’implosion de ce mariage (et des Beatles), Yoko Ono est innocentée par John Lennon dans cette lettre :

"Chère Cynthia, comme nous le savons tous les deux, notre mariage était mort bien avant l’arrivée du LSD et de Yoko Ono… c’est ça la vérité ! […] Ta mémoire est sélective, c’est le moins qu’on puisse dire."

Capture d’écran 2018-01-27 à 02.35.38.png

Après quelques allusions à leur consommation de drogues, le chanteur des Beatles reproche à la mère de son premier fils son comportement lors d’un voyage à Los Angeles, au cours duquel elle aurait tenté d’exercer sur lui un chantage affectif :

"Alors que j’étais séparé de Yoko, tu m’as soudainement rendu visite avec Julian à Los Angeles, après trois ans de silence. Durant ton séjour, tu ne m’as pratiquement jamais permis d’être seul avec lui. Tu m’as même demandé de t’épouser à nouveau et/ou de te faire un autre enfant, 'pour le bien de Julian'. J’ai poliment refusé et t’ai dit que, de toute façon, j’étais toujours amoureux de Yoko […]."

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 02.36.04.png

 

 

L’interprète de la chanson "Imagine" affirme ensuite comprendre la volonté de Cynthia de "tourner la page Beatles". Amer, il ajoute qu’elle devrait cesser de s’adresser constamment aux journaux et magazines si elle veut réellement y parvenir. Et de conclure : "Nous avons passé de belles années ensemble, donc concentre-toi là-dessus, pour changer."

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 02.24.45.png

 

 

 C'est en 1966 que John Lennon rencontre Yoko Ono artiste japonaise d'avant-gardeYoko Ono (membre du mouvement Fluxus), lors d'une exposition à l'Indica Gallery de Londres 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 02.20.19.png

 

 

1957   Paul Mac Cartney et john Lennon 

 

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 23.37.55.png

 

Paul Mac Cartney est né le 18 juin 1942 à Liverpool

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.34.29.png

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.35.08.png

 

 

 

Né dans une famille modeste, fils d'un musicien amateur et d'une infirmière, morte d'un cancer du sein lorsqu'il avait 14 ans, il développe à l'adolescence une passion pour la musique et ses compétences instrumentales. Le 6 juillet 1957, il rencontre John Lennon et devient membre de son groupe, The Quarrymen, qui évolue pour former, avec George Harrison et Ringo StarrThe Beatles dont il est le bassiste.

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.34.17.png

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.34.37.png

 

 


Capture d’écran 2018-01-24 à 00.35.23.png

 

 

 

 

En , McCartney invite son ami George Harrison à un concert des Quarrymen. Lennon lui fait passer une audition pour rejoindre le groupe et est impressionné, mais estime qu'il est trop jeune ; il n'a alors que quatorze ans. Sur l'insistance de McCartney, George Harrison intègre le groupe comme guitariste solo au mois de mars. En janvier 1959, les amis de lycée de Lennon ont tous quitté le groupe pour se consacrer à leurs études au Liverpool College of Art.

 

 

1958   Georges Harrisson 

 

Georges Harrissson est né le  à Liverpool et mort le  à Los Angeles

 

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 23.32.20.png

 

 

 

 

George Harrison naît à Liverpool le jeudi 25 février 1943  dans une famille catholique. Fils de Harold Hargreaves Harrison et de son épouse Louise  il est le dernier de quatre enfants. Il a une sœur aînée, née en 1931, prénommée Louise comme sa mère, et deux frères, Harry et Peter, nés en 1934 et 1940. Son père est steward à la White Star Line

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.25.53.png

 

 

Alors qu'il a 12 ans, il est hospitalisé pour une inflammation des reins. C'est durant ces six semaines de convalescence qu'il décide d'acheter une guitare à un camarade de classe. Cependant, celle-ci se retrouve bien vite brisée et reste inutilisée pendant quelque temps. Par la suite, son père lui présente un ami guitariste qui lui enseigne, plusieurs heures par semaine, de nouveaux accords et chansons. Deux ans plus tard, les économies du foyer permettent d'acheter un meilleur instrument. Alors que Liverpool vit au rythme de la musique skiffle, Harrison fonde un groupe avec son frère Peter et un ami, The Rebels. Ils ne se produisent qu'une fois, en remplacement d'un groupe qui avait fait forfait.

 

À cette époque il fréquente, dans le bus qui le ramène de l'école, Paul McCartney, âgé de neuf mois de plus que lui. Leur attrait commun pour la musique favorise la naissance de leur amitié, et son concert avec les Rebels l'aide à gagner en crédibilité. Ils deviennent alors amis intimes et perfectionnent leur technique de jeu ensemblea . Durant l'été 1957, ils partent tous deux en auto-stop sur la côte sud avec leurs guitares.

 

 

Mc Cartney finit par déménager dans un autre quartier de la ville, où il se lie avec John Lennon, qui a également son groupe, The Quarrymen, que Paul rejoint après avoir fait la preuve de ses capacités.

Peu après, McCartney suggère à Lennon d'inclure Harrison dans la formation. Celui-ci, bien que gêné par son jeune âge, finit par l'écouter interpréter l'instrumental Raunchy au fond d'un bus à impériale et est impressionné par ses talents. Harrison rejoint donc les Quarrymen en février 1958 en remplacement ponctuel d'Eric Griffiths. Il s'impose finalement par son talent, et c'est au nouveau batteur du groupe, Colin Hanton, que revient l'ingrate tâche d'annoncer à Griffith que ses services ne sont plus requis.

Durant l'été, le groupe enregistre deux chansons dans un studio privé; That'll Be the Day, une reprise de Buddy Holly, et In Spite of All the Danger, créditée Harrison/McCartney.

 

À trois – guitaristes et chanteurs – au sein d'une formation à géométrie variable qui s'appelle tour à tour « The Rainbows » et « Johnny and the Moondogs », avec ou sans batteur9, ils se produisent dans des clubs de Liverpool. Ils jouent notamment au Jaracanda, un coffee-shop dirigé par Allan Williams (en), qui sert d'agent au groupe débutant. Ils se produisent également au Casbah, dirigé par Mona Best, la mère de leur futur batteur Pete Best. D'autres portes s'ouvrent ensuite, dont le Cavern Jazz Club, alors que le rock 'n' roll et le Merseybeat, les styles des groupes de Liverpool, deviennent populaires dans la ville.

 

 

 

 Capture d’écran 2018-01-24 à 00.26.10.png

 

 

Un ami peintre de John Lennon, Stuart Sutcliffe, rejoint le groupe en janvier 1960. Après avoir vendu un de ses tableaux, Lennon l'encourage à s'acheter une guitare basse.

Sutcliffe suggère d'adopter le nom de « Beatals », en hommage au groupe accompagnant le rocker Buddy HollyThe Crickets (« les criquets »), ainsi qu'au film L'Équipée sauvage avec Marlon Brando, où il est question d'un gang du nom de « Beetles » (« scarabées »).

Ils utilisent ce nom jusqu'en mai, où ils adoptent celui de « Silver Beetles » et accompagnent en tournée le chanteur de pop de Liverpool Johnny Gentle.

Début juillet, ils deviennent les « Silver Beatles ». En août 1960, ils adoptent définitivement le mot-valise « Beatles », formé à partir de beat (« rythme ») et beetle (« scarabée »), avant d'honorer leur premier contrat dans un club de Hambourg

 

Les Beatles effectuent en tout cinq séjours à Hambourg : d'août à novembre 1960, de mars à juillet 1961, d'avril à mai 1962, puis en novembre et en décembre 1962. Entre leurs différents voyages en Allemagne, ils continuent à se produire à Liverpool et dans ses environs, se constituant un solide noyau de fans, mais restent inconnus au-delà du « Merseyside ». En décembre 1961, ils ne jouent que devant dix-huit personnes à Aldershot, dans la lointaine banlieue de Londres.

 

 

 Capture d’écran 2018-01-24 à 00.26.02.png

 

C'est à cette époque qu'ils adoptent une coupe de cheveux caractéristique, la moptop, qui se différencie de la banane ou des cheveux des rockers, gominés et peignés en arrière; Pete Best, avec ces cheveux frisés, est le seul à rester coiffé ainsi. Astrid Kirchherr (sous l'influence des existentialistes ou des étudiants en Beaux-Arts de cette ville) aurait été à l'origine de cette coupe de cheveux en bol lors de leur séjour à Hambourg. Elle aurait coiffé ainsi Sutcliffe, son amoureux, et le jeune Harrison. John Lennon et Paul McCartney l'ont adoptée, lors d'un court séjour à Paris en .

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.30.16.png

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.25.33.png

 


Capture d’écran 2018-01-24 à 00.32.20.png

 

 

 

 

 Capture d’écran 2018-01-25 à 00.09.27.png

 

 

 

 <<J'ai grandi à Hambourg, pas à Liverpool >>

dira plus tard John Lennon. Évoquant cette période des débuts, il racontera aussi : 

« Quand les Beatles déprimaient et se disaient :

« On n'ira jamais nulle part, on joue pour des cachets merdiques, on est dans des loges merdiques », je disais :

« Où va-t-on, les potes ? »,et eux :« Au sommet, Johnny ! »,et moi :« C'est où ça ? », ``

et eux :« Au plus top du plus pop ! » (to the topper most of the popper most),et moi « Exact ! »

Et on se sentait mieux. »

Par ailleurs, nostalgique de cette époque « cuir », on entend aussi John Lennon expliquer dans le disque Anthology :

 « Ce que nous avons fait de meilleur n'a jamais été enregistré.

Nous étions des performers, nous jouions du pur rock (straight rock) dans les salles de danse (dance halls), à Liverpool et à Hambourg, et ce que nous produisions était fantastique. Il n'y avait personne pour nous égaler en Grande-Bretagne>>

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 23.40.36.png

  Ringo Star et George Harrison 

 

1962  Ringo Starr 

  

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 23.41.13.png

 

 

Ringo Starr est né le  à Liverpool

 

 Capture d’écran 2018-01-24 à 00.39.13.png

 

Son enfance est ponctuée de maladies sévères qui nuisent fortement à son éducation. En 1957, alors que Liverpool connaît un fort engouement pour la musique skiffle, il entre comme batteur dans son premier groupe The Eddie Clayton Skiffle Group, puis rejoint en 1959 Rory Storm and The Hurricanes, avec lesquels il gagne une certaine expérience de la scène.

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.40.23.png

 


Capture d’écran 2018-01-24 à 00.40.48.png

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.39.21.png

 

 

 

 

En 1962, il est finalement invité par les Beatles sur les conseils de George Martin pour remplacer Pete Best et démarrer avec eux la carrière discographique qui les mène à une des plus importantes réussites artistiques et commerciales de l’histoire de la musique populaire du XX eme siècle.

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 00.28.25.png

Cette année 1962 Ringo rencontre Maureen Cox qui est la petite amie de Johnny Guitar du groupe Rory Storm and the Hurricanes qui se produit au Cavern Club, dont le batteur est Ringo Starr. Elle et Ringo se lient, peu de temps après qu'il devienne le nouveau batteur des Beatles, en 1962. Leur relation s'interrompt et reprend en 1964 à l'occasion d'une visite qu'elle fait à l'hôpital où Ringo a subi une opération.

Ils se marient le 11 février 1965, ont trois enfants, Zak, Jason et Lee Starkey 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 00.28.02.png

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 01.53.12.png

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.20.54.png

 

 

 

 

 

 

 The Beatles 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.20.11.png

 

 


Capture d’écran 2018-01-24 à 00.20.26.png

 

 

 The Beatles est un groupe de rock britannique, originaire de Liverpool, en Angleterre. Formé en 1960, et composé de John LennonPaul McCartneyGeorge Harrison et Ringo Starr, il est considéré comme le groupe de rock le plus populaire et influent de l'histoire.

En dix ans d'existence et seulement huit ans de carrière discographique (de 1962 à 1970), les Beatles ont enregistré douze albums originaux et ont composé plus de 200 chansons. Influencés par le skiffle, la musique beat et le rock'n'roll des années 1950, ils ont rapidement fait évoluer leur style musical, abordant des genres aussi variés que la pop, la musique indienne, le rock psychédélique et le hard rock.

Leurs expérimentations techniques et musicales, leur popularité mondiale et leur conscience politique grandissante au fil de leur carrière, ont étendu l'influence des Beatles au-delà de la musique, jusqu'aux révolutions sociales et culturelles de leur époque. 


Capture d’écran 2018-01-24 à 00.21.10.png
 

 

 

 Capture d’écran 2018-01-25 à 00.09.18.png

 

 Après leurs deux premiers voyages formateurs à HambourgBrian Epstein vient voir les Beatles au Cavern Club de Liverpool, le café souterrain où ils se produiront près de 300 fois jusqu'au  Disquaire à l'origine, Epstein n'a jamais dirigé de formation musicale auparavant mais connaît quelques-uns des à-côtés qui mènent à la popularité d'un artiste. Il devient leur mentor et les propulse au rang de musiciens professionnels. Afin de gommer leur image de sauvages, il leur fait abandonner les vêtements en cuir au profit de complets-vestons, comme les professionnels de l'époque. 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 01.50.34.png

 

 

 

 Quatre jours après être revenus de Hambourg où ils honoraient un engagement au Star-Club (leur troisième séjour dans la ville allemande), Lennon, McCartney, Harrison et Best arrivent aux studios EMI de Londres, situés au 3, Abbey Road dans le quartier de St. John's Wood.

C'est leur première visite dans ces studios qu'ils vont rendre mondialement célèbres. Ron Richards sera le producteur lors de la séance et Martin y jettera un coup d’œil de temps à autre.

Capture d’écran 2018-01-26 à 22.54.23.png

Capture d’écran 2018-01-26 à 23.18.00.png

Ils enregistrent :

Bésame mucho

Love Me Do

PS I Love You 

 Ask Me Why 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 23.19.07.png

 

 


 

 Capture d’écran 2018-01-26 à 23.18.40.png

 


 

 Capture d’écran 2018-01-26 à 23.18.31.png

 


 

 Capture d’écran 2018-01-26 à 23.18.16.png

 

 

mais pas Like Dreamers Do qui n’y sera finalement jamais réenregistrée par eux.

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.09.10.png

 

 

À partir du second single, George Martin retirera les droits des chansons à Ardmore and Beechwood pour les offrir à Dick James.

 George Harrison raconte ainsi leur première visite dans la régie: 

« Les autres membres du groupe m'ont presque tué lorsque George Martin nous a enregistrés pour la première fois. En rejouant la bande, il nous a demandé : « Y a-t-il quelque chose qui ne vous plaît pas ? » Je l'ai regardé et ai dit  : « Pour commencer, je n'aime pas votre cravate ». » Mais George Martin, qui avait lui aussi le sens de l'humour, est amusé par la réplique. « Ça a brisé la glace ! », note-t-on du côté du personnel technique des studios EMI.

 

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.05.45.png

 

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.05.34.png

 

Partis de Liverpool — où ils continuent jusqu'en  à enflammer le Cavern Club —, la popularité des Beatles se répand dans tout le Royaume-Uni, qu'ils sillonnent inlassablement, y effectuant quatre tournées cette année-là

. Les succès se suivent :

 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 23.41.55.png

 

 

From Me to You en avril,

 

 

 

 

 Capture d’écran 2018-01-26 à 23.37.07.png

 

She Loves You en août,

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 23.36.59.png

 

 

Ces deux titres sont classés numéro un des ventes de singles. She Loves You et son fameux « Yeah Yeah Yeah! » rend les Beatles célèbres dans toute l'Europe.

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.04.56.png

 

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.08.36.png

 

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.08.48.png

 

 1963   I Want To Hold Your Hand

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 00.04.39.png

 

 

 

 

 


Capture d’écran 2018-01-27 à 00.04.47.png

 

 

 

 

 

 1963  You Really Got A Hold On Me 

 

 

 

 Capture d’écran 2018-01-27 à 00.21.00.png

 

 


Capture d’écran 2018-01-27 à 00.21.07.png

 

 


Capture d’écran 2018-01-27 à 00.21.38.png

 

 


Capture d’écran 2018-01-27 à 00.21.50.png

 

 1963 Please Please Me

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 21.37.34.png

 

 

Come on....come on ...come on ..... please ...please

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 21.37.41.png

 

 

 

 

Leur passage, le , dans le très populaire show télévisé londonien Sunday Night at the Palladium marque le début du phénomène que la presse britannique baptise la « Beatlemania ». Disquaires pris d'assaut, ferveur généralisée, jeunes filles en transe… Le groupe va aligner douze n°1 successifs dans les charts britanniques de 1963 à 1966.

Capture d’écran 2018-01-27 à 17.59.49.png

 

En 1963 Paul McCartney vit chez la famille de sa petite-amie, l'actrice Jane Asher, à Londres, dans un milieu prestigieux qui l'aide à se créer des relations. Durant ces années, McCartney se montre capable d'écrire de belles ballades telles que And I Love Her que Lennon considère comme « le premier Yesterday de Paul »

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 18.00.36.png

 

 

 

 

1964 Meet The Beatles 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 23.47.54.png

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 22.26.10.png

 

 


Capture d’écran 2018-01-26 à 22.26.43.png

 

 

1964 Can't Buy Me Love

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 00.16.01.png

 

 

 


 

 

 1964 Twist and Shout

 

 

 Capture d’écran 2018-01-26 à 23.53.42.png

 

 

 

 

 

1964 A Hard Day's Night

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 21.34.42.png

 


 


Capture d’écran 2018-01-26 à 21.35.17.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.05.27.png

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.05.16.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-02-12 à 22.17.42.png

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 01.51.09.png

 


Capture d’écran 2018-01-24 à 01.51.25.png

 

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.05.02.png

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.05.08.png

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.07.40.png

1965 Ticket to ride

 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 23.58.11.png

 

 

 

1965 Rubber Soul

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.05.51.png

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.59.52.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1965 Yesterday 

 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 22.22.08.png

 

 

 

 

 1965 Help

 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 21.53.19.png

 


 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 21.55.29.png

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 22.56.39.png

 Mariage de George Harrison Le 21 janvier 1966 avec Pattie Boyd

 Mannequin et photographe britannique. Pattie Boyd est célèbre pour avoir été la femme de deux grands musiciens de rock : George Harrison et Eric Clapton, et donc l'inspiratrice de nombreuses chansons d'amour. 

Elle rencontre George Harrison lors du tournage du film A Hard Day's Night en 1964, et l'épouse en 1966.

Elle invite son mari et les Beatles à assister à une conférence de Maharishi Mahesh Yogi qui leur enseigne la Méditation transcendantale en 1967 à Bangor (pays de Galles) et les suit en Inde en 1968 où ils vont pour approfondir leur expérience de cette méditation.

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 23.00.49.png

 

 

Pattie  inspire la chanson des Beatles Something, écrite par George Harrison, publiée dans leur avant-dernier album Abbey Road en 1969 et non par le tandemLennon/McCartney, comme le pensait Frank Sinatra qui dit également de cette chanson que « c'est la meilleure chanson d'amour jamais écrite »

 

 


Elle aurait également inspiré les chansons I Need You et Isn't It a Pity composées également par George Harrison.

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 22.51.24.png

 

 

 

 

 

1966 Revolver

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 21.59.16.png

 


 


Capture d’écran 2018-01-26 à 21.59.45.png

 

 

 

 

 

 

 single « double face A »

Capture d’écran 2018-01-25 à 01.03.03.png

Strawberry Fields Forever

 


Penny Lane

 

 

 

 

 

 

John Lennon et Paul McCartney écrivent tout le temps, en n'importe quel endroit, dans le bus qui les amène d'un lieu de concert à l'autre, dans leurs chambres d'hôtel, dans un coin des coulisses avant de monter sur scène, dans l'urgence avant d'enregistrer, quelquefois en une seule prise, autant de titres qui vont marquer leur histoire et celle de la musique rock.

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 18.21.20.png

Paul découvre, grâce à Jane Asher, les arts et la musique underground, les événements culturels, etc., qui l'inspireront. Il devient ainsi habitué de l'Indica Gallery et la fait connaître aux autres Beatles.

C'est là qu'il provoque la rencontre entre Lennon et Yoko Ono en 1966.

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 18.11.54.png

 

 


Capture d’écran 2018-01-27 à 18.17.29.png

 

 

 

1967 Sergent Pepper

 

 Capture d’écran 2018-01-25 à 00.07.00.png

1967 est un tournant dans l'histoire du groupe, à plusieurs titres.

Face à un Lennon de plus en plus accro au LSD, McCartney prend l'ascendant sur les idées et décisions du groupe. C'est lui qui lance le projet de Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, album concept dont il prend la direction. Si le concept en lui-même ne dépasse pas la chanson titre, l'album n'en est pas moins un succès retentissant, critique et commercial.

 Comme l'explique George Harrison : « Je croyais qu'on était en studio simplement pour faire le prochain disque, mais Paul suivait son idée de groupe fictif. Cet aspect-là ne m'a pas vraiment intéressé. » 

Quant aux chansons, elles tiennent tant de Lennon que de McCartney, même si ce dernier affiche une omniprésence

 

 

 

 

 

 Le rôle de la drogue prend par ailleurs plus d'ampleur dans les chansons du groupe, de l'aveu de McCartneys , et provoque parfois des polémiques, comme le fait que Lucy in the Sky with Diamonds soit une supposée allusion aux LSD due à ses initiales

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 22.04.42.png

 

 

 

 

 

 

 

Pour les Beatles survient un événement dramatique : 

Brian Epstein meurt le 27 août 1967, pendant que le groupe reçoit l'enseignement de la technique de méditation transcendantale de Maharishi Mahesh Yogi à Bangor (pays de Galles)

 Les Beatles ont alors besoin d'un nouveau leader, et c'est Paul McCartney qui prend le rôle. Il se charge de la direction du film Magical Mystery Tour, qui se révèle cependant un échec commercial et critique.

Lennon vit mal ce revers : « J'ai alors compris qu'on avait des problèmes. Je n'avais aucune certitude sur notre capacité à faire autre chose que de la musique, et j'avais peur ».

Il cherche de plus en plus une paix intérieure, et se rapproche d'une artiste japonaise d'avant-gardeYoko Ono (membre du mouvement Fluxus), rencontrée lors d'une exposition à l'Indica Gallery de Londres en 1966. Entre février et avril 1968, lors d'un séjour à Rishikesh dans l'âshram de Maharishi, pour approfondir leur expérience de la méditation transcendantale, John vit, comme Paul, une intense période créatrice et compose un grand nombre de nouvelles chansons, qu'il utilisera sur l'« album blanc », sur les deux derniers disques du groupe et même dans ses premiers albums solos.

 

 1967 Magical Mystery Tour  

 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 22.10.50.png

 

 

 

 


Capture d’écran 2018-01-26 à 22.10.55.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 20.41.46.png

Le début de l'année 1968 voit  le groupe partir dans une nouvelle direction, avec la publication du single Lady Madonna, chanson aux tonalités jazzy composée par McCartney

 

 

 

 

À partir du mois de mai 1968, la présence de Yoko Ono lors des séances d'enregistrement, aux côtés de John et littéralement au milieu du groupe, provoque malaise, rancœur et animosité.

 Jusque-là, aucune épouse n'avait été tolérée pendant les enregistrements, mais Lennon fait comprendre aux autres que c'est à prendre ou à laisser.

 L'artiste ayant trouvé sa muse, la plupart de ses nouvelles compositions sont très fortement influencées par Ono, ou font directement référence à elle : 

I'm So TiredHappiness Is a Warm GunYer BluesJuliaRevolution , et de nombreuses autres chansons .

 Yoko chante même sur le titre The Continuing Story of Bungalow Bille

 

1968 L'Album blanc 

Capture d’écran 2018-01-28 à 02.06.26.png

 

 

 

 

Tout cela aboutira à l'« album blanc », double album de trente titres qui consacre l'éclatement des Beatles, chacun ne se servant des autres que comme musiciens de studio.

Les guitares acoustiques sont ainsi souvent préférées aux sonorités complexes de Sgt. Pepper, puisque c'est sur cet instrument qu'ont été écrites la plupart des chansons, durant le séjour du groupe au nord de l'Inde, à Rishikesh dans l'ashram du Maharishi Mahesh Yogi ,maître spirituel indien fondateur du mouvement de Méditation transcendantale

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 02.02.41.png

 

 

 

 

Ci dessous Michael Cooper, Mick Jagger, a pregnant Marianne Faithfull, Al Vandenberg, Brian Jones. Sitting:Maharishi Mahesh Yogi


Capture d’écran 2018-01-28 à 02.04.20.png

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.06.11.png


Capture d’écran 2018-01-27 à 23.07.27.png

Capture d’écran 2018-01-28 à 01.50.08.png
Capture d’écran 2018-01-28 à 01.50.27.png
Capture d’écran 2018-01-28 à 01.50.34.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une scission de plus en plus flagrante s'opère entre Lennon et McCartney. Excédé par le comportement des musiciens, et en particulier celui de John, l'ingénieur du son Geoff Emerick claque la porte en plein milieu des séances d'enregistrement, tandis que Ringo Starr s'échappe en Sardaigne. L'album n'en remporte pas moins un retentissant succès.

 

 

 

1968 Hey Jude

 

 

  

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 15.57.14.png

 

 


 

 

 Capture d’écran 2018-01-27 à 15.58.22.png

 

 

 

 

 

 

1969 Yellow Submarine

 

 

 Capture d’écran 2018-01-26 à 22.35.29.png

 

 

 

 

 

 

 Here comes the sun 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 01.17.23.png

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 01.18.59.png

 


Capture d’écran 2018-01-27 à 01.19.06.png

 

1969 Abbey Road 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 22.38.42.png

 

 

 


 

 

 

 


Capture d’écran 2018-01-26 à 22.39.00.png

 

À la fin de septembre, dans la foulée de l'enregistrement de l'album Abbey Road, Lennon annonce aux autres membres du groupe qu'il quitte les Beatles mais, pour des raisons commerciales, l'annonce de la séparation du groupe est gardée secrète.

 

 Capture d’écran 2018-01-27 à 16.54.30.png

John et Yoko se marient le 20 mars 1969 à Gibraltar et organisent par la suite les fameux bed-in pour la paix. Cette période inspire la chanson The Ballad of John and Yoko 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 16.54.47.png

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 15.01.03.png

 C'est cette même année 1969 que Paul Mc Cartney  épouse une jeune américaine divorcée :Linda Eastman 

Linda est photographe professionnelle, spécialisée dans le rock, elle rencontre Paul McCartney, en photographiant le groupe en 1967. L'amour naît entre eux, ils se marient en 1969 et vont avoir trois enfants : Stella, Mary et James. Elle avait déjà une fille de son premier mariage, Heather, que Paul adopte. Le frère de Linda, John Eastman, est l'avocat de Paul durant les procès contre les trois autres Beatles.

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 22.27.49.png

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 21.46.17.png

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 21.42.21.png

 

 

 

Après le départ de Lennon, McCartney se consacre à un projet d'album solo. Il fait installer des appareils d'enregistrement dans sa résidence écossaise, et commence à enregistrer seul ses chansons, avec le soutien de son épouse, Linda.

Après la séparation des Beatles en 1970, Paul apprend à Linda à jouer des claviers, avec son petit cahier où elle note les accords des chansons que le groupe interprète et l'intègre dans son nouveau groupe : Wings. Même si Linda est considérée comme une « débutante » par les critiques, le groupe remporte de nombreux Grammy Awards pour leur musique. Au cours des années, Linda développe son talent musical, écrivant et enregistrant sa propre musique. Son unique album, posthume, Wide Prairie sort en 1998.

Capture d’écran 2018-01-27 à 21.42.21.png

Capture d’écran 2018-01-27 à 21.36.38.png

Jouant de tous les instruments et assurant la préparation de la pochette de l'album, l'ex-Beatle présente ainsi son premier album solo, McCartney.

La publication de l'album entraîne toutefois un conflit, car il survient au moment où doivent arriver sur le marché Let It Be, et l'album Sentimental Journey de Ringo Starr.

Les Beatles demandent donc à McCartney de repousser la sortie de son opus.

« J'avais terminé McCartney, mon premier album après les Beatles, et j'avais programmé sa parution.

Les autres se sont mis à râler [...] Tout était conclu, j'avais noté ma date de sortie sur le calendrier. voulais m'y tenir scrupuleusement, mais ils l'ont tout de même déplacée. De mon point de vue, je me faisais avoir. » 

 

1970 Let it Be 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 22.45.14.png

 


 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 22.44.48.png

 

 

 


Capture d’écran 2018-01-26 à 22.44.59.png

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 22.45.24.png

 


Capture d’écran 2018-01-26 à 22.45.31.png

 

 

 

1970 Kum Back

 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 22.51.40.png

 

 

 


Capture d’écran 2018-01-26 à 22.52.07.png

 


Capture d’écran 2018-01-26 à 22.52.18.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-26 à 22.51.57.png

 

 

 La participation du couple John Lennon et Yoko Ono au Rock and Roll Circus des Rolling Stones, en décembre 1968, est un autre pas hors du cadre des Beatles. Lennon forme pour l'occasion un supergroupe baptisé The Dirty Mac (en référence au groupe Fleetwood Mac). En plus de lui-même au chant et à la guitare rythmique, il compte Eric Clapton à la guitare soloMitch Mitchell (du Jimi Hendrix Experience) à la batterie et Keith Richards (des Rolling Stones) à la basse. Le groupe interprète Yer Blues, composé par John et paru, un mois plus tôt, sur l'« album blanc » des Beatles, suivi d'un bœuf avec Yoko au chant et Ivry Gitlis au violon 

 

 Capture d’écran 2018-01-24 à 00.11.31.png

Cependant, la séparation effective des Beatles reste secrète durant plusieurs mois, pour des raisons commerciales :

Klein demande à Phil Spector de retoucher l'album Let It Be, provoquant la colère de McCartney, qui trouve ses chansons dénaturées. C'est finalement ce dernier qui rend publique la rupture, le 10 avril 1970, dans un communiqué de presse inséré dans le pressage promotionnel de son premier album solo, un geste très mal pris par Lennon, qui le voit comme une tentative de promotion du premier opus de son partenaire.

Dans une interview au magazine Rolling Stone, John Lennon déclare : 

« J'ai été stupide de ne pas faire ce que Paul a fait, ce qui a servi à vendre un disque »,

et ajoutant « J'ai formé le groupe, je l'ai dissous » .

 

 Capture d’écran 2018-01-25 à 00.06.40.png

 

 John Lennon 1970/1980   solo

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 01.52.25.png

 

 Capture d’écran 2018-01-28 à 16.52.56.png

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 16.53.07.png

 


Capture d’écran 2018-01-28 à 16.53.11.png

 

 

 

 

Après la séparation des Beatles, John Lennon se consacre à sa carrière, à sa femme et à la politique. En février 1970, il publie son troisième 45 tours en solo, Instant Karma!, qui marque le début de sa collaboration avec le producteur renommé Phil Spector. Pour la promotion, Lennon effectue un retour à l'émission anglaise Top of the Pops, pour la première fois depuis 1966 ;

Capture d’écran 2018-01-28 à 16.49.08.png


Capture d’écran 2018-01-28 à 16.51.58.png

la chanson atteint le top 5 des classements britanniques.

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 16.49.32.png

Au mois de septembre, il entame l'enregistrement de son premier véritable album solo, John Lennon/Plastic Ono Band. Pendant quatre semaines, il s'entoure d'amis proches : Ringo Starr, son ex-compère des Beatles, à la batterie ; Klaus Voormann, un ami de l'époque de Hambourg, tient la basse ; enfin, le piano est assuré par Billy Preston et, parfois, par Phil Spector lui-même 

 

 Capture d’écran 2018-01-28 à 16.46.55.png

En juillet, il enregistre son second album, Imagine, qui lui donne véritablement une crédibilité en tant qu'artiste solo. L'album contient notamment la chanson éponyme, un hymne pacifiste et utopique souvent considéré comme sa plus grande chanson.

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 17.06.59.png

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 17.05.41.png

 

 


Capture d’écran 2018-01-28 à 17.05.51.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-24 à 00.11.21.png

 

 

 

 

 

 

 Le disque comporte des pamphlets politiques (comme Gimme Some Truth, adressé à Richard Nixoni ), ou encore How Do You Sleep?, qui attaque McCartney. Une autre chanson du disque se révèle populaire, Oh Yoko!, mais Lennon renonce à la sortir en single, craignant que « ce ne soit pas représentatif de l'image que j'avais de moi, du rock 'n' roller dur et mordant, au verbe acide »

 

 


 

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 17.06.16.png

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 17.06.38.png

Mars 1971 

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 16.58.45.png

 


 

 

 

 

 

Power to the PeoplePower to the People est une chanson de John Lennon, parue en single en mars 1971. Il s'agit d'une de ses premières chansons politiquement engagées, et l'une des plus virulentes. 

 

 


Le 31 août 1971, John Lennon part s'installer à New York 

 

 

 


 

 Capture d’écran 2018-01-28 à 17.30.09.png

 

Il sort Happy Xmas (War Is Over) en décembre, avec les enfants du chœur baptiste de Harlem : si le single reste discret aux États-Unis, il a du succès au Royaume-Uni, quand il y est publié un an plus tard. Par ailleurs, à travers ses nombreux engagements, John Lennon devient l'incarnation de l'activisme politique de sa génération et utilise sa notoriété en faveur de la paix ou de bonnes causes. 

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 17.30.42.png

À l'été 1973, les relations de John avec Yoko Ono se dégradent, au point qu'elle le met à la porte, et Lennon s'installe à Los Angeles avec May Pang, sa jeune assistante et nouvelle compagne

Lennon renoue également brièvement avec Paul McCartney, et se lie d'amitié avec plusieurs célébrités du monde musical, comme Elton John et David Bowie.  il invite le premier à chanter sur sa chanson .

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 17.35.26.png


Capture d’écran 2018-01-28 à 17.35.35.png

Whatever Gets You Thru the Night.

 

 


 

 Capture d’écran 2018-01-28 à 17.35.56.png

 

 

 


Capture d’écran 2018-01-28 à 17.36.15.png

 

 

 

 

Au début de 1975, Yoko Ono accepte que Lennon revienne habiter avec elle, sous réserve qu'il respecte certaines conditions. Il accepte ainsi de se soumettre à un régime macrobiotique sain, sans viande ni alcool, mais aussi de laisser sa femme gérer entièrement ses affaires ; elle investit alors dans l'immobilier et l'élevage.

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 17.49.52.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 17.45.45.png
Capture d’écran 2018-01-28 à 17.46.21.png

 

 

 John Lennon coécrit la chanson Fame avec David Bowie, son premier grand succès aux États-Unis. Lennon accompagne par ailleurs Bowie dans sa reprise d'Across the Universe, tandis que ce dernier reprend les premiers mots de A Day in the Life (« I read the news today oh boy ») dans la chanson-titre de Young Americans

 

 


 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 17.43.28.png

 


Capture d’écran 2018-01-28 à 17.43.56.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 18.01.42.png

 

 


Yoko finit par se retrouver enceinte mais, la quarantaine entamée et avec le souvenir de ses précédentes fausses couches, elle voudrait avorter. Lennon refuse catégoriquement et parvient à la convaincre de garder l'enfant, en s'engageant à s'en occuper.

Capture d’écran 2018-01-27 à 15.28.25.png

Ainsi, le 9 octobre, jour du trente-cinquième anniversaire de John, naît son second fils, Sean. Lennon se retire alors de la vie publique et musicale pour se consacrer à l'éducation de son fils ; sa toute dernière prestation publique a lieu le 13 juin 1975, lors d'un show télévisé en hommage à Lew Grade, un producteur et magnat de l'audiovisuel britannique

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 18.10.23.png

 


Capture d’écran 2018-01-28 à 18.10.31.png

 


Capture d’écran 2018-01-28 à 18.10.37.png

 

 


 

Capture d’écran 2018-01-27 à 15.28.04.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 18.05.55.png

 

 

 

 

 

Son activité musicale est ralentie mais loin d'être arrêtée, comme en témoignent les Lost Lennon Tapes, ou encore les chansons Real Love et Free as a Bird, qu'il compose vers 1977 et 1978

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 18.18.05.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 18.17.52.png

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 15.24.42.png

 

 

 

 

Le 8 décembre 1980, à 22 h 52, après une soirée de travail en studio et alors qu'il rejoint son appartement du Dakota Building, à côté de Central Park, Lennon reçoit quatre balles de revolver tirées par Mark David Chapman, un fan déséquilibré souffrant de psychose, sous les yeux de son épouse.

Emmené à l'hôpital Roosevelt en urgence, il est déclaré mort à 23 h 7, quinze minutes après les coups de feu. Le lendemain, Yoko annonce :

 « Il n'y aura pas de cérémonie pour John. John aimait et priait pour l'humanité. S'il vous plaît, faites de même pour lui. Merci. Yoko et Seans  ».

Son corps est incinéré et ses cendres remises à Yoko

 

Capture d’écran 2018-01-27 à 15.27.23.png

 

 

 

Nobody Told Me est une chanson de John Lennon parue en single et sur son album posthume Milk and Honey en 1984. Il s'agit du dernier single de Lennon à s'être classé dans les top 10 des deux côtés de l'Atlantique. La chanson était à l'origine composée pour l'album Stop and Smell the Roses de Ringo Starr,

 

 

 


 

 

 

Capture d’écran 2018-01-28 à 18.11.36.png

 

 

 

 Capture d’écran 2018-01-25 à 00.07.15.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-25 à 00.07.08.png

 

 

 

 Capture d’écran 2018-01-25 à 00.07.25.png

 

 

 

 

 

 

 

 

1970 : Paul McCartney , solo : Les wings 

 

Capture d’écran 2018-01-30 à 19.25.24.png

 

 

 

Après la séparation du groupe en 1970, McCartney lance deux albums en solo (un disque éponyme et Ram), puis forme le groupe Wings avec sa femme Linda et Denny Laine, un ancien membre des Moody Blues. La formation, à laquelle se greffera au fil du temps plusieurs autres musiciens, enregistre plusieurs albums bien accueillis par le public. Après avoir connu une notoriété mondiale, le groupe sera dissout en 1981.

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-30 à 19.25.37.png

 

 Paul et Linda ont eu une fille ,Mary Anna McCartney qui est née le 28 août 1969 .

Linda avait déjà a une fille ,Heather . 

 

Capture d’écran 2018-01-30 à 22.32.03.png

 

  Capture d’écran 2018-01-30 à 22.32.03.png

 

 

Stella Nina McCartney est née le 13 septembre 1971

 

Capture d’écran 2018-01-30 à 22.51.45.png

 

Capture d’écran 2018-01-30 à 22.51.51.png


Capture d’écran 2018-01-30 à 22.51.51.png

 


Capture d’écran 2018-01-30 à 22.52.02.png

 

 

James Louis McCartney est né le 12 septembre 1977

 

Capture d’écran 2018-01-30 à 22.59.48.png

 

Capture d’écran 2018-01-30 à 22.39.33.png

 

 

Capture d’écran 2018-01-30 à 22.39.33.png

 

 

Capture d’écran 2018-01-30 à 01.20.14.png

Il fonde donc Wings, avec son épouse Linda, le batteur Denny Seiwell, et le guitariste Denny Laine, appelé à devenir son partenaire d'écriture pendant près de dix ans Le premier album du groupe, Wild Life, se caractérise par sa simplicité, et ne convainc que peu la critique En dépit de ventes très honorables, il s'agit d'un des plus gros échecs d'un ex-Beatle dans les années post Beatles. L'année suivante, Wings publie plusieurs singles dont deux sont censurés par la BBC, mais le succès doit encore attendre.

Capture d’écran 2018-01-30 à 01.00.54.png

 McCartney et Linda font enfin un tabac  :

Live and Let Die, chanson du film Vivre et laisser mourir.

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-01-30 à 01.00.22.png

 

 

Capture d’écran 2018-01-30 à 01.09.31.png
Capture d’écran 2018-01-30 à 01.10.11.png

 

Capture d’écran 2018-01-30 à 19.38.57.png

 

Au cours de l'année 1973 cependant la barre se redresse : après un Red Rose Speedway beaucoup mieux accueilli par le public et même les critiques, Paul décide d'aller enregistrer un nouvel album à Lagos, au Nigeria. L'enregistrement s'avère difficile : des musiciens quittent Wings juste avant le départ, les studios sont en mauvais état, Paul se fait accuser de « voler la musique locale », et Linda et lui sont victimes d'un vol et agressés en pleine rue, échappant de peu à la mort. En pleine guerre civile, ils assistent également à une exécution et se voient faire remettre des objets du défunt. Cependant, au retour, le groupe, réduit aux deux McCartney et à Laine, est prêt à faire paraître fin 1973 :

 Band on the Run, qui lui vaut la consécration des critiques.

 

 

 

Le groupe semble tirer un maximum de profits de son album phare, et l'année 1974 est relativement vide. McCartney enregistre en privé de nombreuses ébauches de chansons, dont certaines n'ont jamais été publiées, et les autres ont été utilisées dans divers albums. Durant l'été, McCartney rencontre John Lennon alors exilé à Los Angeles : les deux anciens partenaires se retrouvent dans une très bonne ambiance oubliant les conflits passés. Ils se lancent avec d'autres musiciens dans un gigantesque bœuf.

 

 

Capture d’écran 2018-01-30 à 19.47.48.png

 


Capture d’écran 2018-01-30 à 19.48.01.png

 

 

McCartney :“Avant la mort de John Lennon j’avais retrouvé une bonne relation avec lui. C’était très spécial. Les disputes que nous avons eues ne comptaient pas. Nous étions à même de nous moquer de toutes ces chansons; elles n’étaient pas si terribles. En fait Yoko Ono et tous les autres m’ont remercié d’avoir sauvé les Beatles de Allen Klein. La roue tourne au final.”

     


    Capture d’écran 2018-01-30 à 19.48.50.png

     

     

    Capture d’écran 2018-01-30 à 19.49.00.png


    Capture d’écran 2018-01-30 à 19.50.50.png

     


    Capture d’écran 2018-01-30 à 19.51.46.png

     

     

     

     

     

     

    1975   Venus and Mars 

     

     

     

     

    Capture d’écran 2018-01-30 à 20.11.25.png

     

     

     

     

     

    La chanson Silly Love Songs vaut à la tournée de Wings aux États-Unis un succès qui ne cède en rien à celui des anciens Beatles. L'album live qui en découle, le triple Wings over America, se vend énormément. Il marque également une évolution : c'est la première fois que McCartney chante à nouveau les titres des Beatles

     

     

    1976  Silly love Song 

     

     

     

    Capture d’écran 2018-01-30 à 20.19.46.png

     

     

    Capture d’écran 2018-01-30 à 20.11.34.png

     


    Capture d’écran 2018-01-30 à 20.11.40.png

     

     


    Capture d’écran 2018-01-30 à 20.11.59.png

     

     

     

     

    Les temps qui suivent la tournée sont assez vides : outre un single (Seaside Woman) de Linda McCartney paru sous le pseudonyme Suzy and the Red Stripes, la principale création de Wings est le single :

    Mull of Kintyre, qui bat tous les records de ventes au Royaume-Uni.

     

     

     

    Capture d’écran 2018-01-30 à 22.11.54.png

     

     

     

    Capture d’écran 2018-01-30 à 22.12.16.png

    Capture d’écran 2018-01-30 à 22.12.40.png

    Au sein du groupe, la formation varie, avec plusieurs départs et arrivées successifs. Seul Denny Laine et les McCartney, ossature de Wings, restent fidèles au poste.

    Début 1978 le groupe reprend du service à vitesse réduite, en enregistrant un nouvel album,

     London Town, bien accueilli mais pas autant que les précédents.

     

     

     

     Capture d’écran 2018-01-30 à 22.17.26.png

     

     

     

     

     

     

     

     

    Durant l'été 1979, McCartney et Wings tentent un dernier coup avec l'album Back to the Egg, aux tonalités plus rock'n'roll, dans une période dominée par le punk. Le défi n'est qu'un succès limité puisque l'album peine à rencontrer un grand public, à l'instar des précédents.

     

    Cela n'empêche pas McCartney de continuer à jouir d'une grande popularité : en octobre 1979, le Livre Guinness des records lui remet un disque de rhodium certifiant ses ventes records de disques. Il est le seul artiste au monde à recevoir pareille récompense.

     

    Capture d’écran 2018-01-31 à 01.43.38.png

     

     

    À la fin de l'année, Wings part une nouvelle fois en tournée. Au Japon, Paul McCartney est arrêté le 16 janvier 1980 pour détention de marijuana ce qui provoque l'annulation d'une tournée prévue dans ce pays. La défection progressive de Denny Laine entraîne la fin du groupe en ce début d'année 1980, même si elle ne se concrétise officiellement qu'en 1981.

    Désireux de se distancer de Wings, Paul McCartney décide de réitérer l'expérience du totalement solo. Dix ans après McCartney, il publie McCartney II où il joue à nouveau de tous les instruments.

     


     

     

     

    Les projets suivants sont vite interrompus : le 8 décembre 1980, John Lennon est assassiné ; la nouvelle choque terriblement McCartney.

     

    1982 Tug of War 

     

     

    Capture d’écran 2018-01-31 à 01.54.39.png

     

     


    Capture d’écran 2018-01-31 à 01.55.04.png

     

     


     

     

     

     

     

    Capture d’écran 2018-01-31 à 02.03.02.png

     


    Capture d’écran 2018-01-31 à 02.03.09.png

     

     

      

    L'expérience est retentée en 1983 Pipes of Peace, auquel participe Michael Jackson.

     

    Capture d’écran 2018-01-31 à 02.05.08.png

    Capture d’écran 2018-01-31 à 02.02.50.png


    Capture d’écran 2018-01-31 à 02.05.16.png


    Capture d’écran 2018-01-31 à 02.05.26.png

    Cependant, en dépit du succès du single Say Say Say, les ventes sont en baisse. 

     

    Capture d’écran 2018-01-31 à 02.03.48.png

     


    Capture d’écran 2018-01-31 à 02.05.50.png

     

     Capture d’écran 2018-01-31 à 02.03.21.png

     


    Capture d’écran 2018-01-31 à 02.04.27.png

     

     En 1984, McCartney se livre également à l'exercice du cinéma, avec Give My Regards to Broad Street, mais sans succès, bien que l'album de la bande-originale se vende bien. McCartney entame alors une fin de décennie plus difficile.

    En 1997, propulsé par le succès de l’Anthology, le nouvel album studio de McCartney, Flaming Pie lui permet de renouer avec le succès. Outre l'attention médiatique, le projet entrepris avec les Beatles a en effet poussé McCartney à revenir à ce qu'il aime faire et à une musique plus proche de ses origines, et donc des Fab Four.

    Capture d’écran 2018-02-11 à 13.53.20.png

    Cette même année, il est anobli par la reine Élisabeth II d'Angleterre tandis que sa vie prend un tournant dramatique : Linda McCartney souffre d'un cancer du sein, qui l'emportera le 14 avril 1998 (en Arizona). Passé le choc, McCartney se plonge dans le travail et se permet en 1999 un nouveau retour aux origines avec Run Devil Run, album de reprises de classiques du rock'n'roll sorti quand tout le monde attendait un album sombre marqué par le deuil, ce dont le musicien ne s'est pas senti capable.

    Capture d’écran 2018-01-30 à 01.27.53.png

     Depuis le début des années 2000, il enchaîne les tournées mondiales avec ses musiciens, Abe Laboriel Jr (batterie et chant), Rusty Anderson(guitare et chant), Brian Ray (guitare, basse et chant) et Paul « Wix » Wickens (claviers, accordéon et chant) qui constituent le groupe avec lequel il aura joué le plus longtemps durant ses six décennies de carrière.

     

     

    1970 /2001 George Harrison solo 

     

     

     

    Capture d’écran 2018-02-11 à 15.45.07.png

     

     

     C'est en novembre 1970, lorsqu'il publie son triple album All Things Must Pass, produit par Phil Spector, que George Harrison s'impose véritablement. Il déclare à propos du disque : « Je me suis senti comme un homme constipé pendant des années, et qui aurait subitement eu la diarrhée », allusion aux années Beatles pendant lesquelles George ne put faire enregistrer au groupe que peu de ses chansons au milieu de celles de Lennon et McCartney.

    Capture d’écran 2018-02-11 à 15.59.51.png

     

    Capture d’écran 2018-02-11 à 15.59.51.png

     

     

     

     


    L'album connaît un succès fulgurant, notamment le titre My Sweet Lord, qui se vend par millions et reste une des chansons les plus populaires des années 1970.


     All Things Must Pass est composé de quatre faces de chansons et de deux faces de jam session, ces dernières étant peu appréciées de la critique et cause des débats entre fans. Outre My Sweet LordWhat Is Life et Isn't It a Pity tournent aussi sur les radios en ce début de décennie. Seule ombre au tableau, la chanson My Sweet Lord vaut à son auteur un procès pour plagiat, qu'il perd. Il est en effet accusé d'avoir repris, sans le vouloir, l'air de la chanson He's So Fine (en) des Chiffons, qui avait connu un certain succès en 1963. Harrison ironisera sur l'affaire avec This Song en 1976.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     George Harrison  rencontre en 1974 Olivia Trinidad Arias qu'il épouse quatre ans plus tard, et devient le père d'un garçon, Dhani, le 2 août 1978. Par ailleurs, bien que son ancienne épouse Pattie soit désormais en couple avec Eric Clapton, les deux amis restent proches et conservent de bonnes relations.

    Capture d’écran 2018-02-11 à 14.50.19.png

     

     

    Capture d’écran 2018-02-11 à 14.49.19.png

     

     

     

     

    Capture d’écran 2018-02-11 à 14.46.44.png

     

     

     

     Harrison travaille également à son autobiographie, I, Me, Mine, écrite en collaboration avec Derek Taylor. Dans la première partie de l'ouvrage, il trace un libre parcours de la carrière des Beatles et de la sienne et apporte ses réflexions. La seconde partie comporte le texte définitif de quatre-vingt-trois de ses chansons, avec les circonstances de leur création. Cependant, le fait qu'il ne mentionne pas John Lennon dans l'ouvrage entraîne une brouille entre les deux hommes. Lennon est assassiné à la fin de l'année 1980, ce qui choque énormément Harrison qui n'avait pu se réconcilier avec lui.

     

     


     

     

     

     

     

    Il lui consacre une chanson, All Those Years Ago, à laquelle participent Paul McCartney et Ringo Starr, et qui connaît un certain succès grâce à son style enjoué qui contraste avec son sujet. Propulsé par cette chanson, l'album Somewhere in England publié par Harrison semble renouer avec le succès, mais retombe assez vite dans les classements. Warner, distribuant l'album, a par ailleurs demandé à George Harrison de revoir sa copie avant sa parution. Le musicien doit ainsi remplacer quatre des chansons prévues initialement par des compositions plus vivantes. Dépité par l'industrie du disque, Harrison prépare l'année suivante le dernier album le liant par contrat à la Warner, sans vraiment se prendre au sérieux. Intitulé Gone Troppo, c'est un échec total sur les plans critique et commercial, et permet à Harrison de cesser d'enregistrer pendant cinq ans pour se consacrer à d'autres projets et passions.

     

     

     

     

     

    Capture d’écran 2018-02-11 à 15.49.59.png

     

     


    Capture d’écran 2018-02-11 à 15.50.10.png

     

     


    Capture d’écran 2018-02-11 à 15.50.26.png

     

     

     Il reparaît sur scène en 1987, durant le concert du Prince's Trust à la Wembley Arena. Il y interprète While My Guitar Gently Weeps et Here Comes the Sun. Il fait, la même année, son retour aux albums avec Cloud Nine, qui est également un renouveau critique et commercial. Réalisé avec la participation de Jeff LynneEric ClaptonElton John et Ringo Starr, l'album se classe dans les charts des deux côtés de l'Atlantique et contient son dernier n°1 aux États-Unis : Got My Mind Set on You. C'est l'ultime album studio en solo qu'il réalise de son vivant.

     

     

     

     

     

     Capture d’écran 2018-02-11 à 16.12.17.png

     

    Capture d’écran 2018-02-11 à 16.12.17.png

     

     

     

     

     

     

     

     

     Capture d’écran 2018-02-11 à 16.16.32.png

     

    En 1994 et jusqu'en 1996, Harrison retourne auprès des Beatles pour la réalisation du projet Anthology. Ce projet consiste notamment en de nombreuses heures d'interviews par la suite publiées dans un livre et en DVD. Trois disques comprenant des enregistrements inédits sont également réalisés. Les titres Free as a Bird et Real Love, composés dans les années 1970 par John Lennon et retrouvés sur cassette par Yoko Ono sont également enregistrés et publiés par le reste des Beatles. La chanson Free as a Bird sort en single en 1995, suivie par les disques Anthology, parus entre 1995 et 1996. C'est Harrison qui suggère, pour produire ce travail, son ami Jeff Lynnea .

     

     

     

     

     

     

     

     

    Capture d’écran 2018-02-11 à 16.13.07.png

     

    Capture d’écran 2018-02-11 à 16.13.07.png

     

     

     

    En août 1997, George Harrison apprend qu'il est atteint d'un cancer de la gorge, attribué au fait qu'il a commencé à fumer à l'âge de 11 ans et qu'il a été un grand fumeur pendant des décennies. Il est rapidement soigné et déclare en 1998, après une opération à Londres, qu'il est pleinement guéri. 

    Dans la soirée du 30 décembre 1999, il est poignardé à son domicile par un intrus, Michael Abram, qui a réussi à s'introduire dans sa propriété de Friar Park à Henley-on-Thames en brisant une fenêtre. George est poignardé de 40 coups de couteau, et a un poumon perforé, avant que sa femme Olivia ne vienne à son secours et que l'agresseur soit maîtriséc . La lame du couteau est passée à un pouce (environ 2,5 cm) du cœur. L'ex-Beatle déclara en 2000 à la Cour qu'il fut persuadé sur le moment d'avoir été mortellement touchéc . Le couple Harrison est conduit à l'hôpital où il apparaît qu'aucun des deux époux n'est dans un état gravea  Le criminel se révèle souffrant de schizophrenie et est libéré en 2002 après avoir été interné dans un hôpital spécialisé pendant plus de 19 mois

     

     Capture d’écran 2018-02-11 à 15.43.22.png

    Cette même année, il subit une intervention pour se faire retirer une tumeur au poumon. Il apprend alors que des métastases se sont développées en plusieurs endroits, notamment au cerveau, et subit plusieurs thérapies, notamment en Suisse durant le mois de juilletc  George Harrison s'éteint finalement à 13 h 30 le jeudi 29 novembre 2001, dans une clinique de Hollywood Hillsa . Le jour de sa mort, la famille Harrison publie le communiqué suivant :

     « He left this world as he lived in it: conscious of God, fearless of death and at peace, surrounded by family and friends. He often said, 'Everything else can wait but the search for God cannot wait, and love one another'. »

     (« Il a quitté ce monde comme il y avait vécu : conscient de Dieu, sans peur de la mort et en paix, entouré de sa famille et de ses amis. Il disait souvent :« tout le reste peut attendre, mais pas la recherche de Dieu et l'amour du prochain. ». »).

    Il est incinéré, et ses cendres sont, selon sa volonté, répandues le long du Gange en Indes. Son album Brainwashed ne paraît qu'après sa mort, en 2002, après avoir été achevé par le fils du musicien et Jeff Lynne. Il est reconnu par la critique comme un de ses meilleurs disques

     

     

     

     

     

     

    Living in the Material World  de Martin Scorsese  un Hommage à George Harrison 

     

    Quand on s'appelle Martin Scorsese et qu'on s'est déjà intéressé avec brio à The Band, Bob Dylan ou les Rolling Stones, forcément cela ouvre quelques portes. Tout le monde a répondu à l'appel : Paul McCartney, Ringo Starr, Yoko Ono et même le producteur Phil Spector. 

     

    Living in the Material World est une ballade de 3h30 en compagnie du plus jeune, du plus humble et du plus sage des Beatles. Ce documentaire n'est pas seulement un hommage aux sublimes compositions du guitariste, c'est aussi une lettre d'amour à un être humain en quête de spiritualité, capable de se lier d'amitiés aussi bien avec les Monthy Python, dont il produira La vie de Brian, qu'avec le pilote Jacky Stewart ou le joueur de sitar Ravi Shankar. 

     

     

    Capture d’écran 2018-02-11 à 18.59.59.png

     

     

     

     

    Capture d’écran 2018-02-11 à 16.55.24.png

     

     

     

     

     

     

    Il fallait tout le talent et la curiosité insatiable de Martin Scorsese pour nous rendre si proche un artiste aussi mystérieux, aussi pudique que George Harrison, figure énigmatique des Beatles qui eut du mal à s'imposer face au tandem Lennon-McCartney. Un original qui cultivait une fantaisie et un humour très British , partagé entre la spiritualité et le monde matériel. Grâce à un montage fluide basé sur des archives inédites se dessine peu à peu la personnalité d'un mystique qui trouvera une forme de salut dans la religion hindoue, au milieu de sa tribu dans son manoir victorien de Friar Park.

     

     

     

    Capture d’écran 2018-02-11 à 16.55.35.png

     


    Capture d’écran 2018-02-11 à 16.56.35.png

     

     

     

     Le mot de la fin appartient  à Ringo Starr. Au bord des larmes le batteur raconte sa dernière visite à son ami. « Il était très malade, il devait rester allongé. J'étais passé le voir avant d'aller à Boston car ma fille avait une tumeur au cerveau. Il m'a dit : 'Tu veux que je vienne avec toi ?' ». Pas besoin de commentaire.


    Ringo Starr 1970 Solo


    Après la séparation des Beatles en 1970, il se lance dans une carrière solo en enregistrant plusieurs albums. Il parvient même à faire participer ses trois anciens partenaires sur son album Ringo, et ceux-ci lui composent à l’occasion des chansons.


     

     

     


     

     

     

    Il connaît une période de vide dans les années 1980, et sombre un temps dans l’alcool avant de signer son retour en 1989 avec son « All-Starr Band ».


     

    Capture d’écran 2018-01-27 à 23.14.57.png

    Avec Maureen Cox sa première femme 

     

     

    Il continue, depuis, à faire des tournées à la composition variable et à publier des albums live et en studio au succès mitigé. Il s’implique également au cinéma et apparaît dans plusieurs films, dont BlindmanCandy et That'II Be the Day.

    Il épouse par ailleurs une ex-James Bond girlBarbara Bachen 1981, après un premier mariage avec Maureen Cox dont il a eu trois enfants, le batteur Zak Starkey né le 13 septembre 1965, Jason né le 19 août 1967 et enfin Lee qui a vu le jour le 11 novembre 1970.

     

     

     

     

    Capture d’écran 2018-02-13 à 19.06.48.png

    Avec Barbara Bachen 

    Capture d’écran 2018-01-25 à 00.07.35.png

     

     

     

    Capture d’écran 2018-02-13 à 19.15.59.png

     

     

     

     

    Vingt ans après son compère Paul McCartney, fin décembre 2017, il est anobli par la Reine d'Angleterre Elisabeth II et devient Sir Richard Starkey.


     

    C'est donc à l'age de 77 ans, que Ringo Starr (de son vrai nom Richard Starkey) qui avait été fait membre de l'Ordre de l'Empire britannique en 1965) est élevé au rang de chevalier pour services rendus à la musique, marchant ainsi dans les pas de Paul McCartney , qui avait été distingué en 1997.

    <<C'est un honneur et un plaisir d'être reconnu pour ma musique et mon travail caritatif >>

     

     

     


     

     

     

     

     

    Capture d’écran 2018-02-13 à 19.16.57.png

     

     

     

     

    Voila encore un petit tour dans le passé ,des petits souvenirs très persos sur beaucoup de ces magnifiques chansons des Beatles .. A hard day's night ..Ticket to ride ..Yesterday ..Penny Lane .dans les années 60 . Puis ,plus tard ,ma petite préférence pour celles de John Lennon ....Instant Karma le top numéro 1 .. Power to the people.......Like starting over ....Imagine .. dans les boum des années  70  .Sans oublier ..Live and let die ou Silly love songs de MacCartney ou ..While my guitar gently weeps de Georges Harrison ..De vrais  petits bijoux que chacun peut entendre quand il en a envie et pour toujours , car cette musique ne mourra jamais elle est trop belle et indémodable !!

    ANNE VR(-_-)xxx 

     

     

     

     

     

    Capture d’écran 2018-02-15 à 22.58.34.png

     

     

     

     

     



    23/01/2018
    2 Poster un commentaire

    A découvrir aussi


    Inscrivez-vous au blog

    Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

    Rejoignez les 48 autres membres