Anne Vallery-Radot = Rubriques

Anne Vallery-Radot = Rubriques

ALDOUS HUXLEY :LE MEILLEUR DES MONDES ,LA DYSTOPIE CAUCHEMARDESQUE

 

Capture d’écran 2020-03-21 à 00.19.33.png

"Le Meilleur des mondes "ou "Brave New World " est un roman d'anticipation dystopique, écrit en 1931 par Aldous Huxley. Il paraît en 1932. Huxley le rédige en quatre mois, à Sanary-sur-Mer, dans le sud de la France.

Capture d’écran 2020-03-21 à 15.03.17.png

Aldous Leonard Huxley est né le 26 juillet 1894 en Grande Bretagne et est décédé le 22 novembre 1963 à Los Angeles. Bien qu’il ait produit un nombre non négligeable d’œuvres, il est cependant connu surtout à cause de son roman d’anticipation "Le meilleur des mondes". Huxley est issu d’une famille de grande érudition en littérature et en sciences. Ses parents sont des littéraires, notamment son père Leonard Huxley qui est un auteur bien connu ,en plus d’être un herboriste et propriétaire d’un laboratoire botaniste. La famille de sa mère est également littéraire. En revanche, son grand-père, Thomas Henry Huxley, est un des plus importants naturalistes du XIXe siècle. Son frère Julian Huxley est également un biologiste connu pour ses théories sur l'évolution. 

 

 

 Capture d’écran 2020-03-21 à 15.05.27.png

 

 

 "Le meilleur des mondes "est devenu une référence du roman d’anticipation, à l’instar du 1984 de George Orwell. Cette dystopie, arborant un visage terrifiant, se déroule en 600 N.F (Nouvelle Ford). Ford, devenu une sorte de Jésus Christ moderne dans le livre, est l’un des créateurs d’une forme de travail dans laquelle les ouvriers consomment ce qu’ils produisent pour un salaire de 5 dollars.

C’est la naissance de la célèbre Ford T noire si uniforme, si novatrice, initiatrice de la consommation de masse. Pétri d’une culture autant scientifique que littéraire, Aldous Huxley est l’auteur de quarante-sept livres qui ont pour principaux thèmes les dangereuses mutations des sociétés occidentales et la quête spirituelle des êtres

 

 

 Capture d’écran 2020-03-21 à 00.18.13.png

 

 

Voici près d'un siècle, dans d'étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants :

un État Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains " sauvages " dans des réserves. La culture in vitro des fœtus a engendré le règne des " Alphas ", génétiquement déterminés à être l'élite dirigeante. Les castes inférieures, elles, sont conditionnées pour se satisfaire pleinement de leur sort.

Dans cette société où le bonheur est loi, famille, monogamie, sentiments sont bannis. Le meilleur des mondes est possible. Aujourd'hui, il nous paraît même familier.......Non....?? avec ce système d'esclavage ou grâce à la consommation et au divertissement ,nous les esclaves, avons l'amour de notre servitude ........

 

 Capture d’écran 2020-03-21 à 00.59.27.png

 

 

 

 Synopsis et résumé :

 

 

L'histoire débute à Londres, en l’« an 632 de Notre Ford », dans un bâtiment gris nommé « Centre d'incubation et de conditionnement de Londres-Central ».

Dans le monde décrit par l'auteur, l'immense majorité des êtres humains vit au sein de l'État mondial – seul un nombre limité de « sauvages » est encore regroupé dans des réserves.

L'enseignement de l'Histoire est jugé parfaitement inutile dans ce monde, on apprend que les sociétés anciennes ont été détruites par un conflit généralisé connu sous le nom de « Guerre de Neuf Ans ». C'est l'unique garde-fou motivé par tous les aspects de l'individualisme ou de la culture, ardemment combattus par la société. 

 

La religion a subi une mutation radicale: Les cultes chrétiens, jugés trop empreints de passion, ont été bannis, et les croix latines coupées au sommet pour former des T majuscules car désormais l'être suprème est... Henry Ford (Divinisé en Notre Ford-Jeu de mots sur Our Lord, Notre Seigneur en anglais) . Les T majuscules sont là pour rappeler que le Calendrier Grégorien a disparu et que l'an zéro du nouveau calendrier est celui du lancement en grande série de la Ford Modèle T..Celà va jusqu'à l' interjection Dieu du Ciel! , remplacée par Ford du Tacot!

 

 

Le Culte et la messe sont réduits à une célébration consensuelle où les fidèles sont sous l'emprise du Soma ( la drogue du bonheur quasi obligatoire dans le Meilleur des Mondes ).

Un chanteur communautaire (ou Chantre) préside aux cérémonies où les assistants reprennent en chœur des rengaines populaires et des chants au contenu unanimiste et creux.

Dans cette société, la reproduction sexuée telle qu'on la conçoit de nos jours a totalement disparu ; les êtres humains sont tous créés en laboratoire, les fœtus y évoluent dans des flacons, et sont conditionnés durant leur enfance. Les traitements que subissent les embryons au cours de leur développement déterminent leurs futurs goûts, aptitudes, comportements, en accord avec leur future position dans la hiérarchie sociale. Ainsi, les embryons des castes inférieures reçoivent une dose d'alcool qui entrave leur développement, les réduisant à la taille d'avortons, et sont traumatisés par tout ce qui concerne la nature ou les fleurs. Cette technique permet de résoudre les problèmes liés aux marchés du travail en produisant un nombre précis de personnes pour chaque fonction de la société, nombres déterminés par le service de prédestination.

 

 

Les membres des castes inférieures (Delta et Epsilon) sont produits en série (comme les Ford T) par un procédé de division cellulaire au stade qui suit la fécondation in vitro d'un ovule (le procédé Bokanovsky), ainsi un atelier d'usine "taylorisée" peut être équipé de machines identiques conduites par vingt-quatre, quarante-huit ou quatre-vingt-seize ouvriers jumeaux absolument identiques (On parlerait actuellement de clones).

Une fois enfants, les jeunes humains reçoivent un enseignement hypnopédique qui les conditionne durant leur sommeil, créant une morale commune profondément ancrée dans le subconscient de chacun. Les castes supérieures apprennent ainsi à mépriser les castes inférieures tout en reconnaissant leur nécessité. Plus précisément, la société est séparée en cinq castes :

  • les castes supérieures :

    • Les Alpha en constituent l'élite dirigeante. Ils sont programmés pour être grands, beaux et intelligents. Ils sont vêtus de gris.

    • Les Bêta forment une caste de travailleurs intelligents, conçus pour occuper des fonctions assez importantes. Ils sont vêtus de vert.

  • les castes inférieures :

    • Les Gamma constituent la classe moyenne voire populaire. Ils sont vêtus de kaki.

    • Les Delta (vêtus de marron) et les Epsilon (vêtus de noir) forment enfin les castes les plus basses ; ils sont faits pour occuper les fonctions manuelles assez simples. Ils sont programmés pour être petits et laids.

Chacune de ces castes est divisée en deux sous-castes : Plus et Moins. Chacun, en raison de son conditionnement, estime être dans une position idéale dans la société, de sorte que nul n'envie une caste autre que la sienne, contribuant à l'objectif ultime de tout le système social : la stabilité.

Cette société rend tabou le sujet de la viviparité : les allusions à la maternité, à la famille ou encore au mariage font rougir de honte aussi bien les jeunes que les adultes. La sexualité y apparaît comme un simple loisir : chaque individu possède simultanément plusieurs partenaires sexuels (entre deux et six par semaine), et la durée de chaque relation est extrêmement limitée (quelques semaines seulement). Les femmes utilisent de nombreux moyens de contraception, appelés « exercices malthusiens », afin de contourner tout risque de reproduction qui échapperait au conditionnement réglementaire.

 

 

Chacun des membres de la société est conditionné pour être un bon consommateur et est obligé de participer à la vie sociale. La solitude est une attitude suspecte.

Tout le monde dans l'État mondial utilise du « soma », substance apparemment sans danger qui peut, à forte dose, plonger celui qui en prend dans un sommeil paradisiaque. Le soma n'a aucun des inconvénients des drogues que nous connaissons aujourd'hui. Il se consomme sous forme de comprimés distribués au travail en fin de journée. Cette substance est le secret de la cohésion de cette société : grâce à elle, chaque élément de la société est heureux et ne revendique rien. Les individus de toutes les castes se satisfont de leur statut par le double usage du conditionnement hypnopédique et du soma.

Les humains qui ne vivent pas dans l'État mondial sont parqués dans des « réserves à sauvages » délimitées par de hautes barrières électrifiées. Elles ont été créées par l'État mondial à cause des conditions climatiques et géologiques peu favorables : « Il n'a pas valu la peine ni la dépense de civiliser ». Ces sauvages perpétuent la reproduction vivipare et ont un mode de vie primitif.

La première partie du roman décrit la vie dans l'État mondial et les personnalités de deux des personnages principaux, Bernard Marx et Lenina Crowne. Lenina est une jeune femme Bêta particulièrement belle, tandis que Bernard est une sorte de paria : même s'il est un Alpha, il est aussi petit qu'un Gamma. En outre, Bernard se trouve être un élément subversif de la société ; il déteste le soma, il préfère « être lui-même triste et qu'une autre personne qui soit heureuse ». Il aime également la mer, les étoiles, la randonnée alors que les êtres humains ont été conditionnés à détester la nature. Bernard remet encore en cause les mœurs répandues dans l'État mondial, la façon dont sont considérées les femmes, et en particulier Lenina : « comme de la viande ». Cette conduite étrange a fait naître une légende à son sujet : on aurait versé par erreur de l'alcool dans son « pseudo-sang » alors qu'il était encore un embryon (traitement normalement réservé aux castes inférieures).

On fait également la connaissance d'Helmholtz Watson, maître de conférences au Collège des Ingénieurs en Émotion (Section des Écrits) et meilleur ami de Bernard. Il est assez similaire à Bernard sur le plan intellectuel, mais son physique agréable, conforme à la norme des Alphas n'en fait pas un paria. Helmholtz lui aussi s'interroge et trouve que quelque chose manque à cette société aussi formidable soit-elle : une personne héroïque suscitant l'admiration.

 

 

 Capture d’écran 2020-03-21 à 15.04.38.png

 

 

 

 

 

Le rapport entre les sexes joue un rôle extrêmement important dans l’œuvre. Le but de l’État Monde est de détruire par conditionnement tout rapport affectif. C’est pourquoi les femmes ne conçoivent plus, ce qui empêche l’attachement post-gestationnel à leur bébé. La famille est ainsi entièrement détruite. Même les rapports entre hommes et femmes sont gérés sur un plan entièrement sexuel. Dans un tel monde l’amour n’a aucune place. Ainsi, on assiste à l’étrange paradoxe suivant qui consiste en une reproduction asexuée d’une part et une relation homme-femme entièrement sexuée d’autre part.

 

L’organisation politique tient compte du mérite de naissance. Il s’agit d’une société basée sur un système de castes dont la création est contrôlée par la science. Il n’est pas possible pour le membre d’une caste de progresser vers une caste supérieure.

 

 

 

 

 

L'intrigue :


1. La révolte de Bernard Marx, son voyage, la reconnaissance pour sa découverte du sauvage (ce qui le rendra prétentieux) et son exil.

2. L'amour que découvre Lénina aux côtés de John le sauvage et la façon dont elle abandonne cet amour, qui est incapable de satisfaire ses désirs aussi bien que la société.

3. La figure de John, personnage principal de la fin du roman, idéaliste et romantique qui veut libérer les citoyens du joug de la société. Il espère convaincre les autres que la liberté sans conditionnements vaut mieux que les désirs factices et le confort. Il finira par se suicider.

 

 

 

Huxley a créé une caricature de plusieurs sociétés (Société de consommation américaine, Russie soviétique, Allemagne Nazi...) 

  • Eugénisme : contrôle génétique des naissances et déterminisme social (écrit en 1931, avant le mythe nazi de la race aryenne ou encore le Darwinisme social)

  • Totalitarisme : régime qui tue les libertés individuels et collectives (les noms des personnages de Lénina et Bernard sont un clin d'oeil à Lénine et Marx, ainsi qu'au soviétisme et à la dictature communiste)

  • Fordisme : organisation scientifique du travail, qui aliène les Delta et les Epsilon (cf. Notre Ford)

     

     

     Capture d’écran 2020-03-21 à 01.06.07.png

     

     

    Avec cet épigraphe de sa célèbre dystopie, le Meilleur des mondes, Aldous Huxley mettait en garde intellectuels et scientifiques contre le danger idéologique sous-jacent à l'utopie :

     

    «Les utopies apparaissent comme bien plus réalisables qu'on ne le croyait autrefois. Et nous nous trouvons actuellement devant une question bien autrement angoissante: comment éviter leur réalisation définitive?... Les utopies sont réalisables. La vie marche vers les utopies. Et peut-être un siècle nouveau commence-t-il, un siècle où les intellectuels et la classe cultivée rêveront aux moyens d'éviter les utopies et de retourner à une société non utopique moins «parfaite» et plus libre.» Nicolas Berdiaeff .

     

     

     Mais du point de vue étymologique, « Utopia » signifie « le lieu qui n’existe pas ,ou une construction imaginaire et rigoureuse d'une société, qui constitue, par rapport à celui qui la réalise, un idéal ou un contre-idéal.>> donc l’utopie par nature est un concept mouvant appelé à ne jamais se réaliser, car sa réalisation signifie l’arrêt du temps.

    Par ailleurs, il ne faut pas oublier que chaque époque – du point de vue technique du moins – est l’utopie des peuples des temps antérieurs.

    Par contre une dystopie <<qui est une société imaginaire régie par un pouvoir totalitaire ou une idéologie néfaste, telle que la conçoit un auteur donné est ainsi atteinte>> peut se réaliser, car il y a de nombreuses situations dans l’histoire d’un individu et d’un groupe où la souffrance devient si intense que l’esprit devient incapable d’en imaginer pire.

    Ce qui peut se réaliser est donc la dystopie et non pas l’utopie. Huxley, qui met en scène une totale dystopie, apparemment ne comprenait pas cette différence fondamentale et la citation de Nicolas Berdiaeff au début de son livre en dit long sur cette confusion:

    Une utopie n'est pas réalisable  mais une dystopie oui !

     

     

     

    Je trouvais que La Servante écarlate ou "The handmaid's tale" le roman de science-fiction dystopique de Margaret Atwood publié en 1985 , était déjà terrifiant mais je crois que "le meilleur des monde "est" la pire des dystopies" .

     

     

    ANNE VR(-_-)XXX

     

     

    Nouvelle série prochainement 

     

    Capture d’écran 2020-03-21 à 15.19.33.png
     

     



    28/03/2020
    0 Poster un commentaire

    A découvrir aussi


    Inscrivez-vous au blog

    Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

    Rejoignez les 82 autres membres