ANNE VALLERY-RADOT RUBRIQUES ARTS & CINÉ

ANNE VALLERY-RADOT RUBRIQUES ARTS & CINÉ

FRAGONARD, L'ALLÉGRESSE DU ROCOCO

 

Capture d’écran 2021-05-11 à 16.58.28.png

 

 

Jean-Honoré Nicolas Fragonard, né le 5 avril 1732 à Grasse et mort le 22 août 1806 à Paris, est un des principaux peintres rococos français. 

Jean-Honoré est fils de François Fragonard, garçon gantier, et de Françoise Petit. Après la mort, à dix mois, de son petit frère Joseph, il reste enfant unique. Il quitte sa ville natale à l'âge de six ans pour s'installer avec sa famille à Paris, où se déroule la plus grande partie de sa carrière. 


 

Scènes libertines et galantes

 

Capture d’écran 2021-05-11 à 16.39.31.png

Capture d’écran 2021-05-11 à 16.31.26.png

Peintre d'histoirede genre et de paysages, il se spécialise assez rapidement dans le genre libertin et les scènes galantes, comme le montre son célèbre tableau "Le Verrou". 

Capture d’écran 2021-05-11 à 16.54.51.png


Capture d’écran 2021-05-11 à 16.55.27.png


Capture d’écran 2021-05-11 à 16.56.29.png

Capture d’écran 2021-05-11 à 16.57.53.png


Capture d’écran 2021-05-11 à 16.58.12.png
 


Les dispositions artistiques de Fragonard sont précoces et c'est le notaire chez qui il devient clerc à treize ans qui remarque ses dons artistiques. Après avoir quelque temps travaillé avec Jean Siméon Chardin, il entre comme apprenti, à l'âge de quatorze ans, dans l'atelier de François Boucher.

C'est grâce à lui que le jeune Fragonard affirme ses dons et apprend à copier les maîtres.

Capture d’écran 2021-05-11 à 16.41.27.png

Boucher le présente bientôt au prestigieux grand prix de peinture de l'Académie royale qu'il remporta en 1752 grâce à son tableau Jéroboam sacrifiant aux idoles.


Capture d’écran 2021-05-11 à 16.38.51.png
Capture d’écran 2021-05-11 à 16.39.06.png

 

 

Une carrière dans la peinture d'histoire lui semble alors toute tracée. Il entre ainsi durant trois années à l'École royale des élèves protégés alors dirigée par le peintre Carle Van Loo.

Fragonard effectue son Grand Tour et part en 1756 pour l'Académie de France à Rome en compagnie de son ami Hubert Robert (un autre peintre ayant remporté le prix de Rome) et l'architecte Victor Louis. Il y résidera jusqu'au mois d'avril 1761 et y est notamment influencé par le peintre Giambattista Tiepolo et le style baroque de Pierre de Cortone, mais il s'épuise à pasticher les grands maîtres selon un style encore académique.

Jean-Claude Richard de Saint-Non devient, à cette époque, son protecteur et principal commanditaire. Il quitte dès lors la Ville éternelle pour la France durant un long périple achevé en septembre à travers les villes de Florence, Bologne et Venise notamment. 

Capture d’écran 2021-05-11 à 16.47.55.png
Capture d’écran 2021-05-11 à 16.48.34.png


Il obtient un atelier au palais du Louvre où il vit et est chargé de décorer la galerie d'Apollon. En 1765, son tableau Corésus et Calirhoé, commandé pour la manufacture des Gobelins pour la tenture des amours des dieux, le fait entrer à l'Académie.


Capture d’écran 2021-05-11 à 16.39.39.png

Capture d’écran 2021-05-11 à 16.39.27.png
Capture d’écran 2021-05-11 à 16.39.46.png

Mais, désespérant d'atteindre le premier rang dans ce genre classique, il le quitte pour des scènes de genre érotiques qui obtiennent le plus grand succès auprès de la Cour de Louis XV. Il devient bientôt le peintre à la mode, peint des paysages illusionnistes et des portraits puis des tableaux de cabinets.

Capture d’écran 2021-05-11 à 16.39.12.png
Capture d’écran 2021-05-11 à 16.39.35.png

Capture d’écran 2021-05-11 à 16.40.01.png
Capture d’écran 2021-05-11 à 16.40.05.png


Capture d’écran 2021-05-11 à 17.58.45.png
Capture d’écran 2021-05-11 à 17.59.57.png

En 1769, il se marie avec Marie-Anne Gérard (1745-1823), une peintre en miniature aussi originaire de Grasse, belle-sœur de Marguerite Gérard. Cette même année nait leur première fille Rosalie (1769-1788). 

En 1773, après un voyage en Flandre pendant l'été, le fermier général Pierre-Jacques-Onésyme Bergeret de Grandcourt lui propose d'être son guide pour un voyage en Italie, puis en Europe centrale, qui débutera en octobre . Bergeret, dont la fortune est considérable, devient le mécène et le protecteur de Fragonard. 

 

Capture d’écran 2021-05-11 à 17.42.41.png

 

 

Bergeret de Grandcourt était comte de Nègre pelisse, et l'itinéraire du voyage, à l'aller, passe par cette localité, où la petite troupe de voyageurs séjourne une quinzaine de jours. Fragonard y dessine le château, propriété de Bergeret. Le voyage prend fin en septembre 1774 après les visites successives de Vienne, Prague, Dresde, Francfort et enfin Strasbourg.

 

 

Interprète des moeurs et des scènes érotiques, coloriste virtuose,faisant souvent appel à la mythologie Fragonard fût rejeté de la cour de Louis XV en raisons de sa frivolité excessive. 

 

Fragonard est le dernier peintre d'une époque sur le déclin, ses scènes de genre seront bientôt rendues complètement obsolètes par la rigueur néo-classique de David et les bouleversements de la révolution et de l'Empire.

ANNE VR(-_-)XXX



11/05/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 97 autres membres