ANNE VALLERY-RADOT RUBRIQUES ARTS & CINÉ

ANNE VALLERY-RADOT RUBRIQUES ARTS & CINÉ

BERNANOS, UN ITINÉRAIRE DANS LE MIDI, PAR THIERRY SIFFRE-ALÈS

 

37AB60C7-8C4E-4409-871C-B6DAF9327708_1_201_a.jpeg

 

En novembre 1930, Georges Bernanos, tout auréolé d’une récente et tonitruante renommée littéraire, arrive dans le Var avec sa nombreuse tribu. Il le quittera définitivement en septembre 1946, après trois séjours alternés dans son « cher Toulon », puis à Hyères et Bandol, totalisant près de six années. Séjours entrecoupés de deux expériences majeures qui éprouveront l’homme et sa pensée : aux Baléares au cœur de la guerre civile espagnole qui le révolte, au Brésil lors de la deuxième guerre mondiale, où il devient depuis l’étranger une grande voix de la France résistante.

C’est dans le Var « devant une mer immobile, tout à coup dorée par l’aube » qu’il concevra une partie essentielle de son œuvre limpide trempée dans l’encre de ces temps troublés, en luttes incessantes pour assurer le besoin des siens, côtoyant le petit peuple provençal, et les officiers de la Marine nationale ­­– La Royale – dont il est si proche et qui l’ont pris en affection.

Thierry Siffre-Alès campe un Bernanos vivant et vibrant, de chair et de sang, drôle et humain, charismatique en diable, mousquetaire de la littérature, aux antipodes d’une œuvre jugée trop souvent tourmentée, fusse-t-elle traversée par la Grâce à l’issue de combats incertains (…), écrit Gilles Bernanos, le petit-fils de l’écrivain, qui signe la préface de ce livre.

LesPressesDuMidi.

 

 

8CC25728-D0D1-42EB-AF51-00F6A50BEE26_1_201_a.jpeg

 

 


 

 

0758DB6C-26E8-463F-A083-49363ABC63F4_1_201_a.jpeg

Bernanos à Hyères vers 1933.

 

 

Thierry Siffre-Alès nous parle donc, dans son livre, des trois séjours de la famille Bernanos dans le Var à Toulon, puis à Hyères et à Bandol.

Cette ville "sans doute la plus jeune de France, je veux dire celle ou un jeune français, une jeune française, se sentaient le mieux à leur place, une ville d'enfants et de soldats, de ces soldats qui aux yeux des enfants sont encore plus soldats que les autres(......)  "  a écrit Bernanos sur Toulon , ou il séjourna pour la première fois en 1930, alors que son premier roman "Sous le soleil de satan" a été publié quatre ans plus tôt et qu'il achève son premier essai "La grande peur des biens pensants".

Pour mieux comprendre l'œuvre de Bernanos, Thierry Siffre -Alès  respecte la chronologie des séjours varois qui ont été interrompus par des voyages en Espagne et au Brésil pendant l'entre deux guerres. Et bien sur aussi par des déplacements à Paris et en province. 

Car Bernanos est un homme qui bouge sans cesse, il fera plus de trente déménagements entre 1917 et 1948. Son choix de vivre dans le midi s'explique très certainement par le fait que le coût de la vie y était moins élevé pour une famille nombreuse.

En 1930, Georges et Jeanne Bernanos ont alors cinq  enfants, Chantal qui a treize ans, Yves douze ans, Claude Dix ans ,Michel six ans et Dominique deux ans, (et le sixième ,Jean-Loup, le petit dernier naitra en 1933 dans la maison de La Bayorre). Et les Talbert d'Arc, les parents de Jeanne vivent avec eux.  

1DFD74DC-C87E-4B37-A252-3DFD515865D0_1_201_a.jpeg

La Bayorre "La maison du Fenouillet".

Leur première installation est près du Cap Brun à la villa "Sainte Victoire", puis à la villa "Les Algues" et enfin à Hyères -Les-Palmiers au quartier de La Bayorre "La maison du Fenouillet".

Ses Fidèles amis, le père Bruckberger, les Vallery-Radot, les Magnificat, les Fabrègues, Michel Dard, l'abbé Calendini, son neveu Guy Hattu, entre autres viennent le visiter.

 

 

Bernanos a une grande passion pour sa motocyclette Peugeot , qui lui procure un franche liberté, et qu'il enfourche tous les matins vers huit heures pour se rendre au café de la rade de Toulon ou se retrouvent aussi Othon Friesz, André Derain, Jean Cocteau ou Django Reinhardt....et bien d'autres.  Et c'est dans ce café remplis d'odeurs de poissons et de cris que le grand écrivain noircis ses petits cahiers d'écolier. Bernanos dira  : " J'ai dit ailleurs pourquoi j'écris au café. C'est dans l'espérance que mes enfants m'y ficheront la paix . Oh ! les clients du café font presque autant de bruit qu'eux, je l'admets. Seulement ils ne me gênent pas, tandis que mes enfants me rendent tout travail impossible. Parce que  lorsque mes enfants jouent, même quand ils jouent a se battre, ce n'est pas le bruit qui me trouble, C'est que j'ai envie d'aller jouer avec eux".

Thierry Siffre-Alès nous parle des rencontres varoises importantes de Bernanos avec le poète José Mange , monarchiste déclaré, de ses relations amicales avec des officiers de la Royale de Toulon, de la rupture violente entre Charles Maurras et Georges Bernanos. Et puis du dramatique accident de moto qui laissera Bernanos infirme de la jambe gauche. 

En 1937, après l'affreuse expérience de la guerre civile espagnole, la famille Bernanos retourne au Cap Brun à la villa "Les Flots", puis au Mourillon à la villa "l'Hermitage". La philosophe Simone Weil lui écrit :<<Je ne puis citer personne, hors vous seul, qui à ma connaissance ait baigné dans l'atmosphère de la guerre espagnole et y ait résisté.Vous êtes royaliste, disciple de Drumont- que m'importe ? Vous m'êtes plus proche, sans comparaison, que mes camarades des milices d'Aragon- ces camarades que, pourtant, j'aimais.>>

Après le Brésil, en Juillet 1945, Bernanos rencontre le général De Gaulle à Paris, à qui il refusera la légion d'honneur et un fauteuil à l'Académie Française malgré les sollicitations de François Mauriac.

Puis la famille Bernanos part s'installer dans les Alpes de Haute- Provence , au "château" de Briasc avant d'atterrir à Bandol à la villa "La Pinède".  

 

 

Thierry Siffre-Alès, auteur de romans, de nouvelles et de poésies , qui s'est installé à Toulon il y a trente cinq ans , a voulu rendre hommage à l'immense écrivain qu'est Georges Bernanos . En rappelant les séjours dans le Var de l'écrivain, Thierry Siffre-Alès nous entraine avec lui dans les années Bernanosiennes varoises de 1930 à 1946.

Si ce livre n'est pas une biographie et ne veut pas l'être il est extrêmement intéressant car il nous parle de l'homme profond qu'était Bernanos, un homme vrai et authentique, campé sur des positions humaines en toute humilité et sans recherche d'aucune gloire.    

Je vous recommande ce livre qui nous éclaire sur des points essentiels et nous montre un petite partie des nombreuses facettes de Georges Bernanos.

Vous pourrez aussi lire une copie du manuscrit "Toulon" de Georges Bernanos écrit sur un de ces fameux petits cahiers d'écolier.

ANNE VR(-_-)XXX   


Pour ceux qui souhaite se procurer le livre, il est préférable de commander directement chez l'éditeur pour éviter les frais de port.

 

 14382BF8-B44F-4BCA-95E3-ECA748EFBF94_1_201_a.jpeg

 

 

 



27/10/2021
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 99 autres membres