Anne Vallery-Radot = Rubriques

Anne Vallery-Radot = Rubriques

CHARLES PÉPIN : LES VERTUS DE L'ÉCHEC /LA JOIE / QUAND LA BEAUTÉ NOUS SAUVE

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-10-31 à 18.29.48.png

 

Charles Pépin Le Philosophe 

Charles Pépin est "Mon grand coup de coeur de l'année "

Tous mes remerciements à  Jacques pour cette  rencontre

espérée mais inattendue ;grâce à la découverte de ce livre 

"Les vertus de l'échec" qui me rapproche de l'intérêt  dont

je m'étais un peu éloigné depuis "La Philosophie" de 

 Raphaël Enthoven sur arte .

Charles Pépin a d'ailleur été à deux reprises, l'invité de l'émission

télévisée d'Arte:philosophie présentée par Raphaël Enthoven:

(sur la mort en 2009, sur la beauté en 2014).

AVR 

 

 Capture d’écran 2016-10-31 à 17.34.03.png

 

 

 

Charles Pépin est agrégé de philosophie et également diplômé

de Sciences Po Paris et d'HEC Paris.

Il enseigne la philosophie à la Maison d'éducation de la Légion

d'honneur (Saint Denis) et à l'Institut d'Études politiques de Paris.

 

A propos de la "Beauté" Apprendre a aimer le "Mystère "

serait-ce le secret du Bonheur ??

 

 

 

Capture d’écran 2016-10-31 à 19.00.36.png

 

 

 

 

 

Accepter le "Refus"

 

 

 

 

 

 Capture d’écran 2016-10-31 à 17.50.36.png

 

 

Bandes dessinées

  • La planète des sages, Tome 1 -

  • Encyclopédie mondiale des philosophes et des philosophies,

  • en collaboration avec Jul (auteur), Dargaud, 2011, (

  • Platon La Gaffe - Survivre au travail avec les philosophes, avec Jul, Dargaud, 2013

  • La planète des sages, Tome 2 - Encyclopédie mondiale des philosophes

  • et des philosophies

    , en collaboration avec Jul (auteur), Dargaud, 2015, 

     

 

Capture d’écran 2016-10-31 à 19.11.52.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Capture d’écran 2016-10-31 à 19.13.15.png

 

Romans

  • Descente, Flammarion, 1999

  • Les Infidèles, Flammarion, 2003

  • La Joie, Allary Éditions, 2015, Folio, 2016 

 

 

Capture d’écran 2016-10-31 à 18.54.18.png

 

 

Vous le voyez comment ce verre : à moitié plein ou à moitié vide ?

Solaro, lui, il trouve surtout qu'il a bon goût. Il n'est ni pessimiste,

ni optimiste :

il est simplement joyeux. Solaro, c'est le personnage de Charles Pépin

dans son roman" La Joie" Préparez couette, tasse de thé, et enfermez-

vous dans votre chambre : vous allez y passer le week-end.

Le roman de Charles Pépin est un Candide des Temps modernes.

Et nous, on le suit. Perplexe, on empile avec lui les emmerdes et on

morfle.

On trouve même qu'il est sacrément gonflé de nous dire que tout va bien.

Peut-être même un peu con ? Et puis on renonce à penser à sa place.

On apprend à regarder avec ses yeux. Et on referme le livre avec une

interrogation qui prend racine au fond de nous : et si c'était ÇA LA JOIE?

 

 

 

 

Essais

  • Une semaine de philosophie, Flammarion, 2006 / J'ai Lu, 2008

  • Les Philosophes sur le divan - Quand Freud rencontre Platon, Kant et Sartre, Flammarion, 2008 / J'ai Lu, 2010

  • Qu'est-ce qu'avoir du pouvoir ?, Desclée de Brouwer, 2010

  • Ceci n'est pas un manuel de philosophie, Flammarion, 2010

  • Un homme libre peut-il croire en Dieu, Éditions de l'opportun, 2012

  • Quand la Beauté nous sauve, Robert Laffont, 2013, Marabout 2014

  • Les Vertus de l'échec, Allary Éditions, 2016

 

 

 

 

 

 Capture d’écran 2016-10-31 à 17.41.50.png

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1380.jpg
IMG_1381.jpg
IMG_1382.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1379.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Avec son ouvrage "Les Vertus de l’échec” (Allary éditions) ,

Charles Pépin est formel :

"l'échec est nécessaire, et accepter de rater ne veut pas dire

que l'on est un raté "

 

On peut apprendre de ses échecs, selon le philosophe, aussi

bien que ces derniers peuvent aussi nous montrer des chemins

de vie différents. Or, l'échec encore vécu très différemment

selon les cultures .

 

En Finlande ou aux Etats-Unis, l’échec est vu comme un apprentissage,

une expérience de la vie : on rate parce qu’on est entreprenant.

En France, il est vu comme une humiliation : on rate parce qu’on est

coupable. L’école républicaine, normative et égalitariste, ne valorise pas

assez la singularité. Un élève qui échoue est considéré comme mauvais,

alors qu’on pourrait estimer qu’il a un talent différent, original.

 

L'échec est riche d’enseignements, pour peu que l’on s’interroge

dessus. J’en distingue trois types :

 

les échecs qui rendent plus fort, plus persévérant ;

ceux qui rendent plus sage, plus humble, plus empathique ;

enfin, ceux qui rendent plus disponible, pour prendre une voie

alternative. A l’exemple de Serge Gainsbourg, qui a réussi dans

la chanson parce qu’il avait d’abord échoué dans sa carrière de

peintre. C’est ce que j’appelle la «vertu de bifurcation».

 

 

 

Mais  il en existe dont on ne se relève pas.

Trois conditions sont nécessaires pour y remédier.

D’abord, reconnaître son échec.

Ensuite, ne pas s’identifier à lui :

il faut différencier «rater» et «être un raté». Enfin, bien le disséquer

pour en tirer les meilleures leçons. Finalement, l’échec vertueux est

celui qui va de pair avec l’audace.

Qui n’a jamais connu le sentiment d’échec a raté sa vie, car cela signifie

qu’il n’a pas pris de risques.

 

Capture d’écran 2016-10-31 à 18.48.11.png

 

 

 

A Suivre donc de près ce nouveau philosophe....................... 

 Capture d’écran 2016-10-31 à 20.40.45.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ANNEVR(-_-)xxx



31/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres