Anne Vallery-Radot = Rubriques

Anne Vallery-Radot = Rubriques

FAUDA OU LE CHAOS ISRAÉLO/ PALESTINIEN

 

 

 

 Capture d’écran 2018-07-28 à 14.35.38.png

 

 

 

Fauda (فوضى ; qui signifie « chaos » en arabe) est une série télévisée israélienne, autour de l'unité Mista'arvim. Elle s'articule sur l'expérience de ses deux créateurs, Lior Raz et Avi Issacharoff . 

 

 

 « Je voulais raconter le quotidien de ces soldats d’élite infiltrés, soumis à rude épreuve, et dont les familles payent aussi le prix de la guerre,explique Lior Raz, son créateur et acteur principal, armoire à glace au crâne rasé, ancien des services secrets. Mais nous avons fait tout notre possible pour donner également vie au camp palestinien, et expliciter son regard sur le conflit. 

 

« Fauda ne peut pas coller à l’actualité, elle est plutôt au croisement de nos réflexions sur le passé du conflit et son avenir », précise-t-il. Elle n’échappe pas pour autant à la réalité. Sa première saison a été produite en pleine guerre de Gaza, en 2014, tandis que, sur le tournage de la deuxième, certaines séquences ont failli déraper. « Un jour, un jeune acteur arabe devait sortir du champ en courant, arme au poing, se souvient le réalisateur Rotem Shamir. Il est tombé nez à nez avec un couple de retraités en train de faire sa promenade. Ils ont failli mourir de peur ! »

 

 

« Nous voulions montrer que les Arabes et les Juifs, malgré les violences qui les opposent, partagent bien souvent une même culture », renchérit Lior Raz, fils de ­réfugiés juifs irakien et algérien. Malgré sa violence, Fauda peut-elle servir la paix ?« Nous n’avons pas cette prétention, tranche Raz, sourire en coin. Mais j’espère un jour écrire une série sur des Israéliens et des Palestiniens qui passent leurs journées à faire de l’origami et à débattre de la température idéale de l’eau du bain. Inch’Allah… » Un doux rêve, au vu des derniers événements.

 

 

 

Avi Issacharoff à gauche  et Lior Raz à droite 

Capture d’écran 2018-02-21 à 21.03.08.png

Le Mista’arvim est l’unité de forces spéciales de l’armée de défense d’Israël, et de la police aux frontières israélienne dont les membres sont spécifiquement formés à se fondre dans la population arabe, de manière à pouvoir mener à bien leurs opérations en territoire palestinien. L’équipe part en chasse de La Panthère, un dangereux terroriste du Hamas qu’elle croyait avoir éliminé.

 

 

Capture d’écran 2018-02-21 à 20.53.31.png

 

 

 

Le fil rouge de la traque de “La Panthère” s’avère des plus intéressant. C’est par celui-ci que l’on découvre le côté israélien et le côté palestinien, le traitement de l’histoire est mené judicieusement, et ne prend pas de parti pour un camp. Les gentils sont méchants et les méchants sont gentils, pour faire bien plus simple que dans le programme. Ici, le manichéisme n’est pas de rigueur et tout est nuancé

 

 Une unité d’élite israélienne opère sous couverture en Palestine et élimine “La Panthère”, l’un des terroristes les plus dangereux de la planète. Quelques années plus tard, les services secrets reçoivent une information capitale : la Panthère est toujours en vie. Ex-infiltré, Doron Kavillio va reprendre du service pour débusquer son pire ennemi. Une lutte à mort entre l’unité terroriste israélienne et le responsable du Hamas va commencer… 

 

La campagne boycott, désinvestissement et sanctions demande à Netflix de supprimer la série car pour les activistes la série est "une propagande raciste qui sert l'armée d'occupation israélienne et montre l'agression contre le peuple palestinien ainsi que le processus qu'il mène pour la libération et l'indépendance". En réponse, 50 cadres d'Hollywood signent une lettre de soutien à Netflix en indiquant que la série donne "une représentation nuancée des problèmes liés au conflit israélo-palestinien" et soulève "des conversations difficiles mais importantes en élargissant nos horizons et en nous permettant d'expérimenter des points de vue différents"

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-02-22 à 00.57.08.png

  Lior Raz et Avi Issacharoff

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-07-28 à 02.30.26.png
Capture d’écran 2018-07-28 à 02.30.35.png
Capture d’écran 2018-07-28 à 02.30.51.png

 

 

 Hisham Suliman ou Abu Ahmad ou "La Panthère" (Taufiq Khammed)

Capture d’écran 2018-07-30 à 13.50.37.png

 

 

 

Capture d’écran 2018-07-30 à 14.28.54.png

Boaz , Hertzel, Elie (Yaakov Zada Daniel) et Doron 

 

Informé qu'Abu Ahmad doit se rendre au mariage de son frère Bashir, Doron et son équipe s'infiltrent à la fête. Démasqués ils doivent quitter les lieux et poursuivent Abu Ahmad, qui leur échappe bien que blessé.

 

 

Capture d’écran 2018-07-30 à 13.41.08.png

 

 Capture d’écran 2018-07-30 à 15.47.28.png

A droite Nasrin Hamed la femme d'Abu Ahmad

Après le fiasco de l'opération déployée au mariage de Bashir, Doron implore le commandant Moreno de le laisser terminer sa mission. Bashir ayant été tué le jour de son mariage, Amal, sa veuve, tente d'entrer en contact avec Abu Ahmad pour venger la mort de son époux.

 

 

 

Capture d’écran 2018-07-30 à 15.48.12.png

 

 

 

 

 

 

 Capture d’écran 2018-07-30 à 13.41.03.png

 Shirin et Doron 

 

 

Capture d’écran 2018-07-30 à 13.51.09.png

Le capitaine Gabi Ayub et le commandant Mickey Moreno

 

Sous la fausse identité d'Amir Mahajneh, Doron fait la connaissance d'une jeune palestinienne Shirin, qui est médecin grâce à laquelle il parvient à approcher Abu Ahmad. De son côté, Abu Ahmad confie à Amal le soin de mener une attaque en Israël. Nurit, quant à elle, se lance dans sa première mission d'infiltration sur le terrain.

 

 

Capture d’écran 2018-07-30 à 13.51.15.png

Walid Al Abed et Shirin

 

Capture d’écran 2018-07-30 à 13.50.30.png

Doron et le capitaine Gabi.

Un officier du «Shin Bet» approche la femme et la mère d'Abu Ahmad et leur propose un marché. De son côté, le commandant Moreno envoie son équipe attaquer le repaire supposé d'Abu Ahmad

 

 

Capture d’écran 2018-07-30 à 13.40.57.png

 

Boaz est le frére de Gali (Tomer Kapon est un jeune acteur talentueux remarqué dans "Hostages" )

 

Boaz s'explique avec Doron, qui a révélé son secret à Moreno. Gali décide d'informer Doron de sa liaison avec Naor, mais celui-ci fait marche arrière et lui demande de ne rien dire. Capitan Job tente d'appâter Abou Ahmed en manipulant Ali Carmi, un membre important du Hamas

 

 

 Capture d’écran 2018-07-28 à 14.10.54.png

Boaz à droite

 

Capture d’écran 2018-07-30 à 14.40.55.png

Doron Kavillio et sa femme Gali 

 

Doron informe Gali que Boaz a été kidnappé par les hommes d'Abu Ahmed. Le chef du Hamas interroge Boaz et demande à Shirin de l'opérer. Doron se rend compte que la seule façon de sauver la vie de Boaz est d'agir de façon indépendante, ce qui signifie désobéir aux ordres .

 

 

Capture d’écran 2018-07-30 à 13.28.54.png

 Walid 

Doron contacte Walid et Abu Ahmed afin d'échanger le captif Sheikh Awadallah contre Boaz. Walid refuse au nom d'Abu Ahmed. Moreno interroge Naor à propos de Doron et des déplacements du cheikh. Doron arrive chez Shirin et se confie à elle, dévoilant son rôle en tant que fonctionnaire de l'Autorité palestinienne. La jeune femme lui révèle qu'elle a opéré un soldat israélien

 

 Capture d’écran 2018-07-30 à 13.50.49.png

 Sheikh Awadallah (Salim Dau)

L'échange orchestré par Doron et Abu Ahmed aboutit à une catastrophe. Blessé et choqué, Doron s'éloigne en territoire palestinien et disparaît. Abir, qui a été blessé dans l'échange, est hospitalisé en Israël. Capitan Job tente de convaincre Nasrin de passer en Israël afin qu'elle puisse surveiller sa fille. 

Moreno fait chanter le ministre de la défense, afin qu'il revienne sur sa décision de démanteler l'unité. Abu Ahmed est convaincu que Shirin coopère avec les Juifs ; la tension entre Walid et lui s'aggrave. Capitan Job tente de convaincre Nasrin d'abandonner Abu Ahmed

Dans sa prison palestinienne, Doron reçoit une visite surprise. Walid informe Shirin qu'Abou Ahmed souhaite sa mort, et lui fait une proposition qui la laisse stupéfaite. Nasrin confie à Abu Ahmed que la jeune femme a l'intention de déménager définitivement à Berlin. Abu Ahmed révèle son plan vengeur, qui pourrait déstabiliser toute la région

Capitan Job informe le ministre de la Défense de l'appel téléphonique reçu par Doron. Lorsque Capitan Job réalise l'envergure et la dangerosité du plan d'Abu Ahmed, le ministre est obligé de donner le feu vert à l'opération conçue par Doron. Celui-ci rentre enfin chez lui, où une surprise l'attend

 

 

Doron se lance dans une mission suicidaire, soutenu par l'unité qui tente de lui fournir un soutien militaire. Pendant ce temps, Walid prépare une ceinture d'explosifs destinée au kamikaze du Hamas. Il trouve le temps de voir Shirin, qui l'informe du refus de son offre

 

 

 Capture d’écran 2018-07-28 à 14.08.29.png

 Nurit ,Doron et hertzel

 

 

 

 

Netflix a commandé deux nouvelles séries, de dix épisodes chacune, aux créateurs de la série « Fauda »(Chaos) , les Israéliens Avi Issacharoff et Lior Raz, a annoncé ce dernier à l’AFP.

« Nous écrivons en ce moment avec Avi deux projets pour Netflix », a déclaré Lior Raz, « deux séries américaines qui seront diffusées dans le monde entier ».

« La première s’intitule ‘Hit and Run’ et traite d’opérations d’espionnage entre pays alliés et de politique internationale », a-t-il indiqué. Il s’agit d’un thriller qui commence par « ce qui semble n’être qu’un simple accident » dans lequel une femme trouve la mort ».

« La deuxième série se situe dans un contexte de terrorisme international », ajoute-t-il précisant que cette dernière, qui voit la CIA et le Mossad traquer ensemble des terroristes internationaux, n’a pas encore de titre. « Dans celle-ci, j’aurai le rôle principal », confie Lior Raz.

« Nous les écrivons de front, et comme toujours, nous voulons montrer le visage humain de ces activités », souligne-t-il, « ce ne sont pas des histoires de pays ».

La troisième saison de « Fauda » est également en écriture. « Nous avons tant d’histoires à raconter Avi et moi ».

 

Capture d’écran 2018-07-28 à 14.10.19.png
 

 

 

Capture d’écran 2018-07-30 à 14.58.03.png

 

 


Capture d’écran 2018-07-30 à 14.58.16.png

 

 

 

 Capture d’écran 2018-07-30 à 16.35.21.png

 

 

Dans la saison 2 Doron et ses collègues, qui parlent couramment arabe, doivent neutraliser un terroriste, formé par Daech en Syrie.

Pour ne rien arranger, une vendetta est nourrie contre Doron. 

 

 

 

 

 Capture d’écran 2018-07-30 à 16.35.36.png

 

 

 

 

Al Makdasi ouNidal Awadalla  le fils du cheik Awadalla, est bien décidé à venger la mort de son père, et prêt à tout pour éliminer Doron. Ce dernier rencontre le capitaine Gabi Ayub afin de monter une opération qui leur permettra de se débarrasser d'Al Makdasi

 

 

Capture d’écran 2018-07-30 à 14.10.55.png

Walid et Al Makdasi

 

Capture d’écran 2018-07-30 à 14.29.02.png

Le capitaine Gabi et Eli

Après la mort de Moreno, Eli est rapatrié d'Angleterre pour reprendre son poste. Sa priorité reste l'élimination d'Al Makdasi, qui court toujours. Ce dernier rencontre Abu Samara, le chef du Hamas, qui lui ordonne d'obéir aux ordres. Mais Al Makdasi se fiche des ordres ; la seule chose qui lui importe est de venger son père

 

 

Capture d’écran 2018-07-30 à 14.11.42.png

Samir , le frère d'El Makdasi

Le Syrien El Makdasi est de nouveau en Palestine et veut à tout prix venger la mort de son père.

Doron Kavillio et ses compagnons vont se retrouver pris dans un tourbillon de violence

 

Doron se rend compte que sa famille est en danger et décide de passer à l'action. En dépit des intentions de Walid, El Makdasi décide de lui venir en aide.

La relation secrète qu'entretiennent Doron et Shirin va se révéler fructueuse

Capture d’écran 2018-07-30 à 14.11.53.png

 

 

 Capture d’écran 2018-07-30 à 16.23.12.png

 Doron et Nurit

 

 

 

 

Excellente série avec des acteurs formidables et si convaincants  que l'on se croirait dans un reportage , c'est franchement époustouflant !! 

Mais rien d'étonnant puisque l'acteur principal et l'un des deux créateurs de la série, Lor Riaz,  est un ancien agent des services secrets israélien .

 Sans nous éclairer ,ni nous faire changer d'avis sur ce conflit qui dure depuis la nuit des temps , la série nous humanise les hommes, les femmes et les familles qui souffrent et se battent avec autant de Foi et de conviction dans les deux camps . Cela nous prouve et nous confirme que c'est inarrangeable car lorsque chacun est persuadé d'avoir raison il ne lache jamais . Alors c'est loin d'être fini ............

ANNE VR(-_-)xxx

   

 

 



28/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 57 autres membres