Anne Vallery-Radot = Rubriques

Anne Vallery-Radot = Rubriques

D'AUTRES FAUVES :VALTAT,DERAIN,MANGUIN,CAMOIN,VLAMINCK,MARQUET,......

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-04-27 à 14.44.04.png

 

 

Le fauvisme 

Le terme "Fauve "a été trouvé par le critique d'art Louis Vauxcelles

au Salon d'Automne en 1905 :

 Au milieu de la salle où étaient rassemblées les œuvres de 

Matisse et de ses amis, trônait une statuette d'Albert Marquet

dans le style de la Renaissance italienne ; Vauxcelles s'écria :

« Donatello chez les fauves ! » Le terme "Fauve "était né .

« Le Fauvisme : une école ? Non, une troupe d’émeutiers recrutée

par deux anarchistes de vingt ans à Chatou »(Vauxcelles parle de

Derain et de Vlaminck).

La couleur sauvage des fauves  a rallumé violemment celle des

Nabis (qui se situent à la charnière des XIXe et XXe siècles, les artistes

du groupe des Nabis « prophètes » ou « inspirés de Dieu » en hébreu

font partie d’une avant-garde qui se situe aux origines de l’art moderne;

Maurice Denis, Sérusier, Bonnard, Vuillard,)

 Les nabis avaient  atténué la  lumière des impressionnistes .

Les fauves ont réintroduit  la couleur cataloguée "d'aveuglante"

et "scandaleuse"par le monde de la peinture :

« scandale, fumisterie, démence, ignorance »:

"La cage aux fauves "

C'est aussi le début de "l'aplat" ,de la préférence à"l 'instinct" du

peintre et à "son expression" vive ,ce mouvement amorce en 

quelque sorte "l'expressionnisme"  .

 "le fauvisme " malgré sa courte durée (1896/1908 environ )

 sera tout de même  très marquant et très important  pour

le xx eme siècle en matière de peinture .

Il semblerait que les premiers "fauves" soient les "néo impressionnistes"

 qui  "juxtaposent "au lieu de "mélanger" les couleurs  .

Matisse ,élève de Paul Signac ,commence cette technique ,suivi par

Derain et Manguin .

Camoin suivra plutôt la précision de Manet .

Le thème des couleurs "drapeaux " trouvé par Monet est repris par

Dufy et Marquet .

 

                  Monet                           Marquet                           Dufy

Capture d’écran 2016-04-27 à 15.26.15.png
 

 Dufy ,Marquet ,Matisse et Derain sont très influencé à leur

début par  ,Cezanne , Van Gogh et Renoir .

Il est intéressant de voir les nombreuses peintures faites à

" L 'Estaque" ,un petit hameau de pêcheurs et de fabriquants

de tuiles qui se situe au nord ouest de Marseille .

Capture d’écran 2016-04-27 à 18.58.47.png

Renoir                                                                                             Cézanne 

Capture d’écran 2016-04-27 à 18.54.35.png

 Braque                                                                                        Marquet

 

 

 

Capture d’écran 2016-04-27 à 18.53.12.png

Derain                                                                                    Dufy

L'influence de  Gauguin et de  l'expression sauvage

et primitive de l'art africain est aussi présente dans

certains tableaux des fauves . 

 

 

 Capture d’écran 2016-04-27 à 15.48.21.png

 

 

Il est également important de souligner l'importance que Louis

Valtat (1869-1952) eut auprès de Matisse et des futurs fauves,

Rouault, Marquet, Camoin, Manguin, Puy et quelques autres

qui suivaient en 1896 l'enseignement de Gustave Moreau à

l'École des Beaux Arts de Paris. Valtat présenta d'ailleurs,

aux côtés de Kandinsky Jawlensky, cinq peintures dans la salle

XV du Salon d'automne de 1905 ;

mais dès le Salon des Indépendants de 1896, il exposa des peintures

réalisées à Arcachon durant l'hiver 1895-1896, ainsi que quatre-vingts

aquarelles, des dessins et des bois gravés qui comprenaient déjà

des caractéristiques du fauvisme : des couleurs pures, des formes

simplifiées, des perspectives abolies et des ombres supprimées.

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-07-27 à 16.18.04.png

 Capture d’écran 2016-04-27 à 15.45.49.png

 

 

 

 

André Derain 1880/1954

Ami de Matisse et de Vlaminck ,Derain est un des peintres admiratifs 

de Cézanne et Van Gogh .

Il découvre avec Picasso ,Matisse ,Braque ,Van Dongen et le poète

Max Jacob l'art africain. 

Derain illustres des livres d'Apollinaire ,de Max Jacob et d'André Breton .

 

Portrait de Madame Derain et Les Baigneuses 

 

Capture d’écran 2016-04-27 à 19.43.13.png

 

 

La Rivière à Chatou


Capture d’écran 2016-04-27 à 19.42.52.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-04-27 à 19.54.36.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-04-30 à 20.41.07.png

 

Une exposition à Céret eut lieu en 2005 pour célébrer

le centenaire du Fauvisme et du passage de Matisse et

Derain à Collioure en 1905 .  

Happé par la lumière du midi et ne voulant plus subir les

contraintes d'un quelconque  théorie, Matisse arrive le 16 mai

1905, pour passer l'été, dans le petit port catalan de

Collioure. Là, racontera-t-il plus tard, « travaillant

devant un paysage exaltant, je ne songeais qu'à

faire chanter mes couleurs, sans tenir compte de

toutes les règles et les interdictions ».

Se sentant seul Matisse écrit au jeune Derain de le

rejoindre  au début de juillet. Une solide amitié se noue

entre les deux hommes, engendrant une collaboration

picturale d'une rare fécondité.

Capture d’écran 2016-04-28 à 21.42.27.png

À la fin de l'été, les deux artistes ont énormément

produit. De ces quelques semaines d'intense activité

naissent d'éclatants chefs-d'œuvre dont la violence

et l'aspect parfois inachevé vont dérouter le public

parisien. C'est le début du fauvisme, qui marquera

le XXe siècle. 

 Portrait de Matisse par Derain 

 Capture d’écran 2016-04-28 à 21.43.58.png

 

 

Capture d’écran 2016-04-27 à 19.55.06.png

 

 

Henri  Manguin 1874/1949

Un peu méconnu Manguin est un peintre  postimpressionniste

et fauve  qui a  fréquenté l'atelier de Gustave Moreau

(Moreau est un peintre représentant du  symbolisme et du

mysticisme ; professeur des beaux Arts qui a eu comme élèves

entre autres Albert Marquet , Georges Desvallieres ,Henri Matisse,

Henri Manguin Georges Rouault ,Louis Valtat ,Charles Camoin....)

Dans l’atelier d’Henri Manguin de la rue Boursault à Paris on croise

tous les peintres du début du XXe siècle : Henri Matisse, Albert

Marquet, Charles Camoin, Henri Lebasque et bien sûr Pierre Bonnard.

Une profonde amitié nait avec ce dernier et les deux artistes vont

fréquenter les mêmes marchands, les mêmes collectionneurs.

Leurs inspirations sont proches : la nature, leur femme.

Henri Manguin et Pierre Bonnard sont si proches qu'ils partent en

vacances ensemble dans le sud de la France .

Manguin lui fait découvrir la lumière du midi qui influencera leurs

peintures . 

 

 

 

   Henri Manguin et sa femme Jeanne

  Capture d’écran 2016-04-28 à 01.07.14.png

 Henri Manguin et ses couleurs chaudes :

 les paysages et la couleur sont les sujets récurrents qui marquent

les débuts du fauvisme.

Capture d’écran 2016-04-28 à 01.49.34.png

 

 

 

La muse de Manguin ,sa femme Jeanne 

 

Capture d’écran 2016-04-28 à 01.46.54.png
Capture d’écran 2016-04-28 à 01.48.03.png

 

 

 

 

 

 

 

Charles Camoin 1879/1965

Capture d’écran 2016-04-27 à 20.04.46.png

 

Charles Camoin appartient à cette génération d’artistes

qui fait la charnière entre le XIXème et le XXème siècle.

Très proche de MatisseManguin et Marquet, rencontrés

lors de son passage dans l’atelier de Gustave Moreau

 aux Beaux-Arts de Paris, il participe avec eux à la

"Cage aux fauves" du Salon d’Automne de 1905. 

 

 Capture d’écran 2016-04-27 à 20.06.56.png

 

 


Capture d’écran 2016-04-27 à 20.11.28.png

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-04-27 à 20.16.05.png

 

 

Capture d’écran 2016-04-30 à 20.55.49.png

 

 

 

Maurice de Vlaminck 1876/1958

Vlaminck rencontre André Derain en 1900 qui restera son ami

pour la vie. Ils louent d'ailleurs un studio ensemble à Chatou.

 

Derain et Vlaminck

Capture d’écran 2016-05-02 à 01.42.35.png

Ce dernier quitte l'atelier commun un an plus tard, mais il

conservera une relation épistolaire suivie (les lettres de

Derain furent publiées mais celles de de Vlaminck sont perdues).

Derain retrouve de Vlaminck vers 1904.

Cette époque (1900-1905) reste une période difficile financièrement

pour le peintre, chargé de famille, et il est obligé de gratter

d'anciennes peintures en récupérer les toiles.

Par ailleurs, c'est à cette époque qu'il publie deux romans

à l'esthétique décadente, voire pornographique.

Cela dit, sa vraie passion reste liée à l'art primitif et au fauvisme.

 

 

Capture d’écran 2016-04-30 à 21.17.47.png

Grand admirateur de Vincent van Gogh, que son ami André Derain

 lui a fait découvrir, il s'en inspire fréquemment dans ses toiles de

ses débuts, tant en utilisant une couleur très pure « sortie du tube »

que par des effets de tourbillon

Très vite, Vlaminck devient un adepte de la couleur pure, qu’il découvre

lors de l’exposition Van Gogh organisée par la galerie Bernheim-Jeune

en mars 1901. Cette exposition le laisse « estomaqué« . Il dira :

« Ce jour là, j’aimai mieux Van Gogh que mon père ».

Dès lors, il adhère avec enthousiasme aux principes du Fauvisme.

Les rouges, verts, bleus, jaunes sont souvent employés en tons purs.

Il mélange souvent, dans une technique très personnelle, les touches

divisionnistes à des aplats de couleurs

Ce mouvement pictural correspond parfaitement à son tempérament

révolté et instinctif. Comme il l’expliquera lui-même : « Ce que je

n’aurais pu faire dans la société qu’en jetant une bombe -ce qui

m’aurait conduit à l’échafaud- j’ai tenté de le réaliser dans la peinture,

en employant de pures couleurs sortant de leur tube. J’ai satisfait

ainsi à ma volonté de détruire, de désobéir, afin de recréer un monde

sensible, vivant et libéré. »

 

Capture d’écran 2016-05-02 à 01.33.39.png

 

 

La Partie de campagne à Bougival

 (1905) en est un exemple frappant. Négligeant un peu les recherches

de composition, il s'intéresse plus aux qualités spatiales et affectives de la couleur.

 

 

 

Capture d’écran 2016-04-30 à 21.10.49.png

De Vlaminck passe de l'impressionnisme au fauvisme, plus rebelle,

plus débridé. Il reste surtout lui-même, unique, au cours des longues

années de sa vie de peintre. La forte personnalité de Maurice de

Vlaminck se traduit clairement, par sa fougue et sa robustesse,

dans une peinture à la pâte grasse, généreuse, et aux touches larges

et sûres.

 

Capture d’écran 2016-04-30 à 21.15.52.png

 

 

À partir de 1907, de Vlaminck perçoit les limites du fauvisme et

découvre l'œuvre de Paul Cézanne. Son graphisme va en être

profondément influencé et sa palette deviendra plus sombre.

De Vlaminck est l'un des premiers collectionneurs d'art africain.

Il commence l'acquisition d'objets dès le début des années 1900.

Son rôle pionnier est reconnu parGuillaume Apollinaire en 1912.

Cependant, cela n'influence guère sa peinture, contrairement à

celle d'André Derain ou de Pablo Picasso.

 

Capture d’écran 2016-04-30 à 21.20.04.png

Vlaminck et son autoportrait 

 Capture d’écran 2016-05-02 à 01.23.46.png

 

 

 

 

 

Albert Marquet 1975/1947

 

A 15 ans Marquet entre à l'école des Arts Décoratifs et fait la connaissance

de Henri Matisse de six ans son ainé qui prend sous sa protection

"l'English" surnom donné à Marquet par ses camarades d'atelier moqueurs .

En 1894, Ils entrent aux Beaux-Arts de Paris dans l'atelier de Gustave Moreau

 et Marquet débute de manière académique en dessinant des nus.

Il rencontre les autres étudiants qui deviennent ses amis Henri Manguin,

 FlandrinRouault et Camoin. En 1898 avec Matisse ils fréquentent l'Académie

Julian et rencontrent Derain et Jean Puy.

Marquet visite la Normandie avec Dufy en 1907, puis  expose et 

lie des liens avec le Cercle de l'art moderne au Havre, cercle de

collectionneurs et d'industriels havrais. En 1907 il voyage à Londres

 et en Italie.

 

Capture d’écran 2016-05-02 à 17.37.35.png

Marquet  signe un contrat avec la Galerie Druet, et Bernheim-Jeune.

Avec Matisse ils partent pour le Sénégal et Dakar. 

 

De retour à Paris, il reprend l'atelier, quai Saint-Michel laissé par Matisse

et s'y installe avec Yvonne-Ernestine, jeune femme vive et délurée,

son modèle; qui partage sa vie jusqu'en 1922.

Capture d’écran 2016-05-02 à 17.47.17.png

Il peint des nus impressionnants de présence avec les amies-compagnes

d'Yvonne.

Sa peinture est faite alors de portraits, de nus féminins, de dessins,

caricatures de passants ou même de dessins érotiques.

 

 

 

Capture d’écran 2016-05-02 à 17.42.44.png

 

 

 Si ces autres fauves ont marqué le XX eme siècle plus discrètement 

que les vedettes du fauvisme tels que Matisse ,Dufy ,Van Dongen ,

Chagall ,Braque ou Modigliani ,entre autres ;ils restent cependant 

très important dans l'évolution et le tournant de l'expression de la 

couleur et de la forme  en peinture .

Certaines de ces toiles sont de vrais bijoux qui valent le détour si des 

expositions ont lieu autour de nous .

 

ANNE VR  (-_-) xxx



28/04/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres