Anne Vallery-Radot = Rubriques

Anne Vallery-Radot = Rubriques

LES IMPRESSIONNISTES SIXIÈME PARTIE :VAN GOGH L'ÉCORCHÉ VIF

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-07-20 à 14.10.21.png

 

Van Gogh fit environ trente cinq autoportraits .

« On dit, et je le crois volontiers, qu'il est difficile de se connaître

 soi-même mais il n'est pas aisé non plus de se peindre soi-même >>

(Lettres de Van Gogh à son frère Théo )

Vincent van Gogh a entretenu pendant dix-huit ans une

correspondance avec son frère Théo (Théodore). Ces lettres

ont une importance essentielle dans la vie et la création du

peintre. Cette forme d'auto-analyse lui a permis de continuer

à créer malgré ses difficultés matérielles et personnelles.

 C'est un ensemble de 928 lettres tant écrites (844) que reçues

(84) par Vincent. Plus de 650 d'entre elles ont été écrites par

Vincent à son frère Théo Van Gogh. La collection comprend

aussi des lettres que Van Gogh écrivit à sa sœur Will, ainsi qu'à

d'autres proches tels que Paul GauguinAnthon Van Rappard

Emile Bernard ou encore John Peter Russell.

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.58.10.png

 

Van Gogh 1853/1890

 Né à Groot-Zundert (Pays Bas ) fils de pasteur, Vincent

Van Gogh porte le prénom d'un frère mort-né l'année

précédant sa naissance ;cela lui a-t-il donné une impression 

d'usurpation d'identité et de culpabilité ??

Enfant Vincent collectionnait des scarabées ,il leur donnait

un nom et les épinglait soigneusement dans une boîte.  

La vie de Vincent Van Gogh est tragique ,c'est un dialogue

entre l'homme et sa propre image ,son identification et sa

place au sein de sa propre famille et de celle de Dieu .

La coutume familiale est d'être Pasteur ou Marchand de

tableaux et cela de génération en génération .

Vincent hésitera ,il essaiera d'abord la vie d'Évangéliste  

mais échouera ...il choisira alors  la peinture pour exprimer 

sa quête mystique . 

Vincent est un être généreux ,maladroit et d'une sensibilité

à fleur de peau  comme toux ceux qui  sont touchés par une 

 certaine grâce Divine .

Il attend beaucoup de son ami Gauguin avec qui il a de

violentes discussions et il y aura cette fameuse scène

affreuse d'un soir de décembre ou Van Gogh se tranchera

l'oreille gauche  d'un coup de rasoir .

Son équilibre est instable,il souffre d'hallucinations.

( L'absinthe ?? schizophrénie ??)

Il aura de nombreuses crises et sera interné plusieurs fois

et notamment  à l'asile de Saint Rémy pour aliénation

mentale .

Il travaille comme un possédé ,délire de paysages et de

soleils tournoyants .

Si van Gogh est compté parmi les peintres" impressionnistes"

moi  je pense que si cela existait je le classerai dans les

"Sentimentalistes" ,car chez Vincent  tout passe plus

par l'émotion que par  l'impression :

« … et je ne me suis pas gêné pour chercher à exprimer de

la tristesse, de la solitude extrême. […] Je croirais presque

que ces toiles vous diront ce que je ne sais dire en paroles,

ce que je vois de sain et de fortifiant dans la campagne. »   

Grâce à Cézanne et Théo il sera finalement accueilli par le

Docteur Gachet qui le prendra en observation dans sa

maison à Auvers-Sur-Oise .Là il trouvera un certain

apaisement et de la compréhension mais il a peur de

lui -même et de sa propre  folie .

il est incompris ,sa peinture est longtemps  ignorée ....... 

Sa solitude et ses angoisses sont trop extrêmes et sa seule

issue sera le suicide en 1890. 

Autodidacte de génie tourmenté :<< j'ai cherché à exprimer 

,avec le rouge et le vert ,les terribles passions humaines .

La salle est rouge sang et jaune sourd ;un billard vert au

milieu ;quatre lampes jaune citron : rayonnement orange

et vert .C'est partout un combat ,une antithèse des verts

et des rouges les plus différents .....>>(voir le tableau plus 

haut)

Comme l'on sait qu'un Génie est un être fou avec des visions 

extraordinaires dans le sens propre du terme  il était assez

prévisible que Vincent finisse par s'en prendre à lui même et

se tire une balle dans le coeur laissant "une tache rouge sang",

dernière tache de couleur"rouge" du peintre ... 

"Les vignes rouges " sera le seul tableau qu'il vendra de son

vivant .

 << J'avais toujours su ,affirmait Pissarro, qui en un certain

sens avait été le professeur de Van Gogh,Que cet homme

soit deviendrait fou ,soit nous dominerait tous de très haut;

Ce que je ne savais pas alors ,c'est qu'il serait les deux .>>

 

ANNE VR (-_-)xxx

 

 

" les Vignes Rouges "

Capture d’écran 2016-07-20 à 20.31.57.png

 

 

Vincent Van Gogh 

Capture d’écran 2016-07-20 à 14.34.22.png

 

Quatre ans après sa naissance vient au monde un autre frère,

Theodorus (1857-1891), qu'il appellera Théo – et qui, toute sa

vie, le soutiendra moralement et financièrement. 

Son père Theodorus van Gogh, est donc un pasteur de l'Église

réformée à Groot-Zundert depuis 1849, et sa mère Anna Cornelia

est fille d'un relieur de la cour du Duché de Brabant.

Ses parents élèveront six enfants : Vincent, Anna Cornelia (1855-1930), 

Théodore (« Theo »), Elisabetha Huberta (« Liss », 1859-1936),

Willemina Jacoba (« Wil » ou « Wilkie », 1862-1941)

et Cornelis Vincent (« Cor », 1867-1900).

 

Capture d’écran 2016-07-20 à 23.54.31.png

 

 

 

Après quelques années de collège et d'internat Van Gogh quitte

la maison familiale à l'âge de seize ans et devient apprenti chez

Goupil & C° à La Haye, filiale fondée par son oncle Hein.

Cette firme internationale vend des tableaux, des dessins et des

reproductions. 

 

Capture d’écran 2016-07-20 à 14.34.27.png

Londres 1873

 En juin 1873, Adolphe Goupil l'envoie dans la succursale de Londres 

avec l'accord de son oncle Cent. Selon la future femme de Theo,

 Johanna Bonger dite « Jo », c'est la période la plus heureuse de sa

vie. Il réussit et, à 20 ans, il gagne plus que son père.

À son frère Theo : 

« À Londres, je me suis souvent arrêté pour dessiner sur les rives

de la Tamise en revenant de Southampton Street le soir, et cela

n'aboutissait à rien ; il aurait fallu que quelqu'un m'explique la

perspective. » 

Il tombe amoureux d'Eugénie Loyer Diff , la fille de sa logeuse à 

Brixton, mais lorsqu'il lui révèle ses sentiments, elle lui avoue

qu'elle s'est déjà secrètement fiancée avec le locataire précédent.

Van Gogh souffre de ce rejet et s'isole de plus en plus.

Deux ans après il va à la succursale de Paris puis finit par quitter

"Goupil" . 

À la même époque, il développe un fervent intérêt pour la religion.

Son zèle religieux prend des proportions qui inquiètent sa famille. 

 

 

Capture d’écran 2016-07-20 à 14.34.32.png

 

Lettre au Pasteur T. Slade Jones le 17 Juin 1876 :

<<(........)la chose pour laquelle surtout je me recommande à vous

,c'est l'amour inné que je porte à l'Église ,à tout ce qui intéresse

l'Église ,amour qui a pu parfois s'assoupir ,mais qui s'est toujours

réveillé ;(....)l'amour de Dieu et l'amour des hommes ...>>

 

Entre temps Vincent est employé dans une librairie d'un certain

D. Braat à Dordrecht (Pays Bas ) entre janvier et avril 1877. 

<<Van Gogh menait une vie d'ascète ,son seul luxe était la pipe

car le cigare était trop cher ,à cette époque la religion occupait

tout son temps libre et toutes ses pensées ; non l'art .>>

Après quoi il est pris en main par le professeur Mendès Da

Costa pour des cours de grec et de latin ,il suivra aussi des

cours de mathématiques ,et  des cours de théologie protestante.

 

 

Parmi les mineurs du Borinage

1878/1879

 il obtient une mission d'évangéliste en Belgique, auprès des 

mineurs de charbon du Borinage, dans la région de Mons en

1878.Il est hébergé par une famille d'ouvriers mais trouve,

malgré tout son logement trop luxueux ;cela choque son

humilité chrétienne ,il voulait vivre comme les mineurs ......

Capture d’écran 2016-07-20 à 14.34.42.png

 

 

 

Vincent alla habiter seul dans  une petite cabane ou il dormait 

accroupi au coin de l'âtre .

 

 

Capture d’écran 2016-07-21 à 14.40.44.png

 

Il y devient un prédicateur solidaire des luttes contre le patronat.

Mais il doit abandonner sa mission,il est renvoyé"  car il est traité

de "meneur" et n'aurait pas les qualités requises pour l'emploi ;??

En dehors quand même d'une extreme générosité et d'un grand

esprit de sacrifice auprès des malades et des blessés ......

si la compassion ne suffit pas à faire un bon missionnaire .......   

 

il gardera de cette période" une  vision de la  misère humaine" .

 

"Mineurs " crayon sur vélin 1880

Capture d’écran 2016-07-21 à 14.30.08.png

 

Van Gogh a déjà fait son apprentissage pictural en ayant visité tous

les grands musées des villes importantes qu'il a traversées

quand il travaillait chez Goupil & 

 Il s'intéresse alors de plus en plus à ses proches et aux scènes

quotidiennes qu'il commence à représenter dans des croquis 

à la mine de plomb, au fusain ou au crayon

Bruxelles 1880

En octobre 1880, il part à Bruxelles et, le 15 novembre 1880,

il s'inscrit à l'Académie royale des beaux-arts sur les conseils

du peintre Willem Roelofs.

Il a l'opportunité de travailler à l'atelier du peintre Anthon van

Rappard, rue Traversière.

Le 1er février 1881, son frère Theo est nommé gérant de la

succursale de Goupil &  sur le boulevard Montmartre ; 

Théo décide de subvenir aux besoins de son frère  Vincent

qui est alors  presque âgé de 28 ans.

 

 

 La Haye 1881/1883

Capture d’écran 2016-07-21 à 15.20.58.png

 

 Vincent part pour La Haye, où il s'installe dans un modeste atelier.

Il y reçoit des leçons de peinture de son cousin par alliance,

 Anton Mauve, pratique alors essentiellement l’aquarelle et

étudie la perspective, il rencontre une ancienne prostituée,

Sien Hoornik, qui commence à poser pour lui.

 

Capture d’écran 2016-07-21 à 00.21.11.png

Au printemps 1882, son oncle Cornelis Marinus, propriétaire

d'une galerie d'art renommée à Amsterdam, lui commande

des dessins de La Haye.

 

 

"Femmes de mineurs "1882

Capture d’écran 2016-07-21 à 17.02.14.png

"Jeune fille dans un Bois" 1882

Capture d’écran 2016-07-21 à 16.59.46.png

Le travail ne s'avère pas à la hauteur des espérances de son oncle,

qui lui passe néanmoins une deuxième commande.

Bien qu'il lui ait décrit en détail ce qu'il attendait de lui, il est de

nouveau déçu.

En juin 1882, il est hospitalisé pour une maladie vénérienne.

 C'est au cours de l'été 1882 qu'il commence la peinture à l'huile.

Cette période de sa vie lui permet de se consacrer à son art.

 

"Le Pont tournant à Niew-Amsterdam" 1883

Capture d’écran 2016-07-21 à 17.10.18.png

Il partage ses réflexions sur des peintres qu'il admire comme

 Daumier ou Jean-François Millet dont il connaît bien les œuvres

Il exécute de nombreux tableaux et dessins selon différentes

techniques.

 

"Paysannes au champ" 1883

Capture d’écran 2016-07-21 à 17.13.38.png

 

 

Il envoie ses œuvres à Theo et écrit à Anthon van Rappard.

À partir du printemps 1883, il s'intéresse à des compositions

plus élaborées, basées sur le dessin.

Très peu de ces dessins ont survécu car, manquant de nervosité

et de fraîcheur selon Theo, ils seront détruits par Vincent.

 

 

"Planches fleuries en Hollande "1883

Capture d’écran 2016-07-21 à 17.06.09.png

Nuenen 1884/1885

"La récolte de pomme de terres"   1884

Capture d’écran 2016-07-21 à 00.08.14.png

Mais c'est quand Van Gogh profite d'un petit atelier aménagé

à son intention dans la maison familiale qu'Il  réalise des séries

de tableaux sur différents thèmes, notamment les tisserands.

 

" les Roues du Moulin à Gennep" 1884

Capture d’écran 2016-07-21 à 15.38.34.png

 

 

 

 

"La sortie de l'Église à Nuenen" 1884

Capture d’écran 2016-07-21 à 15.27.04.png

C'est à Nuenen que son talent se révèle définitivement :

de cette époque datent de puissantes études à la pierre noire

de paysans au travail, mais aussi quelque deux cents tableaux

à la palette sombre et aux coups de brosse expressifs, qui

confirment alors son talent de dessinateur et de peintre.

 Capture d’écran 2016-07-21 à 15.04.16.png
Capture d’écran 2016-07-21 à 15.04.32.png
Capture d’écran 2016-07-21 à 15.04.38.png

 

"Tête d'une Paysanne " 1885

Capture d’écran 2016-07-21 à 15.37.54.png

 

 

 

"Le presbytère à Nuenen" 1885

Capture d’écran 2016-07-21 à 16.40.03.png

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-07-21 à 16.29.55.png

 

 

 

 

 

Paris 1886 /1887

 Arrivé à Paris en 1886 pour y perfectionner son art, Vincent Van

Gogh s'est inscrit aux Beaux-Arts ,il habite chez son frère Théo

qui est gérant de la galerie montmartroise Boussod, -Valadon 

(les successeurs de Goupil ) et habite Montmartre .

 

Capture d’écran 2016-07-20 à 14.35.06.png

Très vite il se lasse de l'académisme enseigné, notamment en

peignant par dérision  ce" squelette fumant une cigarette",

...et non par allusion  au risque du tabagisme déjà  connu

à l'époque .......Il cessera de suivre les cours....

 

 

Capture d’écran 2016-07-21 à 16.45.12.png

 

 

"Nu Masculin "1886

Capture d’écran 2016-07-22 à 13.32.39.png

 

  

Capture d’écran 2016-07-22 à 15.02.28.png

 

 

 

À Paris dans les années 1886 - 1887, Van Gogh fréquente un moment

l’Académie du peintre Cormon, où il fait la connaissance de Henri de

Toulouse-Lautrec qui fait son portrait , de Louis Anquetin, d’Émile

Bernard ainsi que de John Peter Russell qui réalise aussi son portrait.

 

Capture d’écran 2016-07-22 à 14.51.50.png

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.58.25.png
 

 

 

Suzanne Valadon ( Artiste Peintre et mère de Maurice Utrillo,modèle

de Renoir et de Toulouse Lautrec) :

<<Je me souviens de Van Gogh venant à nos réunions hebdomadaires

chez Lautrec .IL arrivait portant une lourde toile sous le bras ,la posait

dans un coin ,mais bien en lumière ,et attendait qu'on lui manifestât

quelque intention .Personne ne le remarquait .IL s'asseyait en face ,

surveillant les regards , se mêlant peu à la conversation.Puis lassé

partait ,remportant sa dernière oeuvre .Mais la semaine suivante ,il

revenait ,commençant et recommençant le même manège.>>   

 

 

 

 Capture d’écran 2016-07-20 à 14.31.10.png

 

 

 

En hiver 1886 Van Gogh fait la connaissance de Gauguin

et une amitié les unira  malgré l'enthousiasme bouillant

de l'un et la froide ténacité de l'autre .Ils n'ont en commun

qu'un caractère belliqueux de leurs convictions .Gauguin

commençait à manifester sa supériorité et la certitude de

 celui qui a enfin trouvé sa voie et est habitué a être écouté .

Van Gogh avait l'ardeur et l'humilité du fidèle qui voit des

miracles et sent naître en lui l'orgueil farouche de ses nouvelles

croyances.   

 Capture d’écran 2016-07-22 à 15.43.11.png
Gauguin et Van Gogh 

<< Bien qu'il ait appliqué les théories impressionnistes sur la division

des tons, je n'ai pas l'impression que Van Gogh ait jamais été un

peintre scientifique ,au sens ou l'entendaient Seurat et Lautrec ,

quand ils utilisaient des couleurs complémentaires ;

mais il défendait avec un plaisir tout particulier une théorie selon

laquelle l'oeil conserve une partie de la dernière sensation qu'il a

reçue,au moment d'en éprouver une nouvelle ,aussi convenait-il

d'inclure un peu de deux dans chaque tableau . la difficulté

consistait à choisir parmi les sensations ainsi colorées celles qu'il

fallait associer. >>(A;S Hartrick peintre écossais ..rencontre avec

Van Gogh .)    

 

Van Gogh nous offre deux très belles vues de Paris et de ses toits:

 

Capture d’écran 2016-07-22 à 13.54.04.png

Capture d’écran 2016-07-22 à 13.52.26.png

 

 

Théo Van Gogh 

Capture d’écran 2016-07-20 à 14.24.45.png

 

Vincent Van Gogh

Capture d’écran 2016-07-20 à 14.28.08.png

"Autoportrait avec un chapeau de feutre" 1886

Capture d’écran 2016-07-22 à 13.51.03.png

 

 

"Vase avec de oeillets et bouteille "

1886

Capture d’écran 2016-07-22 à 16.56.55.png

Il rencontre également, par l’intermédiaire de son frère, presque tous

les impressionnistes, en particulier Georges Seurat et Camille Pissarro.

<<Je connaissais moins intimement Van Gogh .En 1887 je lui parlais

pour la première fois dans un tourbillon populaire situé près de la

fourche ,av de Clichy .Un immense hall était décoré par ses toiles ,il

exposa aux indépendants de 1888,1889 ,1890..(...).>>Georges Seurat   

 

Capture d’écran 2016-07-22 à 14.16.31.png

Dans la boutique du Père Tanguy,(qui vendait des tubes de peinture)

Vincent devient l'ami de Paul Signac.

Van Gogh y rencontra aussi Cézanne :

<<Un après -midi que Cézanne était venu chez tanguy ,Vincent ,qui y

était à déjeuner le rencontra .Ils conversèrent ensembles et, après

avoir parlé de l'art en général,ils en arrivèrent à leurs idées particulières.

Ce dernier ne crut pouvoir mieux expliquer les siennes qu'en montrant

ses toiles à Cézanne et en lui demandant son avis .Il en fit voir plusieurs

sortes ,des portraits ,des natures mortes ,des paysages .Cézanne ,dont

le caractère était timide ,mais violent ,après une inspection du tout lui

dit :" sincèrement vous faites une peinture de fou !!">>(Émile Bernard).  

"Ponts sur la Seine à Asnières "1887

Capture d’écran 2016-07-22 à 17.57.12.png

 Le vieux Tanguy était plein d'enthousiasme et  n'hésitait pas à

témoigner pour Vincent la même admiration qu'il professait pour

Cézanne .Van Gogh fit deux portraits de Tanguy dont l'un a pour

fond des estampes japonaises .

Capture d’écran 2016-07-23 à 21.42.13.png
Capture d’écran 2016-07-23 à 21.42.27.png
 

 

Sous l’influence des estampes japonaises, ses compositions acquièrent

peu à peu davantage de liberté et d’aisance, tandis qu’il s’essaie à la

technique de l’aplat coloré.

 

 "japonaiserie :les pruniers en fleurs" 1887

Capture d’écran 2016-07-22 à 17.54.38.png

Pissarro l’initie également aux théories nouvelles sur la lumière et au

traitement divisionniste des tons.Les oeuvres de Van Gogh étaient

sombres et presque sans couleurs .Il fut d'abord déconcerté par les

riches tonalités et la lumière qu'il découvrit dans les oeuvres

impressionnistes .

 

Pissarro :"Vincent en discussion avec Felix Feneon " 

Capture d’écran 2016-07-25 à 20.31.36.png

Et quand Pissarro lui exposa sa technique ,Van Gogh

adopta cette théorie et ces nouvelles idées avec enthousiasme.    

La palette de l'artiste s’enrichit alors de couleurs vives et sa touche

s’anima et se fragmenta, ceci grâce également à Signac avec qui il travailla

en 1887.

"Tournesols "1887

 Capture d’écran 2016-07-22 à 18.01.04.png

 

"Autoportrait au chapeau de paille" 1887 

Capture d’écran 2016-07-22 à 17.51.27.png

 

 

 Capture d’écran 2016-07-26 à 16.51.05.png

 

 

"Romans parisiens "1887

Capture d’écran 2016-07-22 à 19.54.31.png

 

 

 

 

 

 

Arles 1888 

 

Le 20 février 1888, il s'installe à Arles, dans la vieille ville à l'intérieur

des remparts à l'hôtel-restaurant Carrel , au 30, rue de la Cavalerie,

à l'époque quartier des maisons closes, avec comme compagnon

le peintre danois Christian Mourier-Petersen.

Il loue également une partie de la « maison jaune » pour en faire

son atelier. Quelques jours après, il loge au Café de la Gare

place Lamartine, et s'installe ensuite, à partir du 17 septembre,

dans la Maison Jaune, juste à côté.

Capture d’écran 2016-07-22 à 17.47.14.png
 
Capture d’écran 2016-07-24 à 16.57.01.png

 Capture d’écran 2016-07-24 à 16.41.32.png

 

 

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.56.16.png

 

" Autoportrait au chevalet"1888

Capture d’écran 2016-07-22 à 20.01.32.png

 

 

 "Les diligences de Tarascon " 1888

 Capture d’écran 2016-07-25 à 15.00.56.png

 

 

 

 

"Jardin public avec un couple et un sapin bleu" 1888

Capture d’écran 2016-07-25 à 15.05.57.png



"La Mousmé" 1888

 Capture d’écran 2016-07-25 à 17.04.50.png

 

"L'Arlésienne :Mme Joseph-Michel Ginoux "1888

Capture d’écran 2016-07-25 à 15.11.35.png

 

 

 

 "Landscape with Snow" (1888) 

Capture d’écran 2016-12-26 à 13.14.05.png

 

"Le semeur et le soleil couchant"1888

Capture d’écran 2016-07-25 à 16.08.44.png

 

 

Capture d’écran 2016-07-26 à 16.51.52.png
 

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.57.54.png

 

Eté 1888- Vincent Van Gogh attendait avec impatience la venue

de son ami Gauguin à Arles, il écrivait régulièrement  à Théo,

son frère, le rassurant sur les perspectives financières bien

engagées : investir sur le deuxième lit pour son ami et finalement

à deux ils feront caisse commune et partageront les frais dont

le tabac ,les boissons et les prostituées .

C'est Théo qui a persuadé Gauguin de retrouver Vincent qui rêve

de créer une association d'artistes peintres à Arles ou tout serait 

partagé et mis en commun .

 

 Capture d’écran 2016-07-22 à 15.41.44.png

 

 Gauguin est  choqué à la vue de la Maison Jaune de Vincent, il critique

tout, pas un mot de remerciement à cet ami qui prépara sa venue avec

tant d’amour et qui souhaitait “rendre la plus jolie pièce d’en haut aussi

bien que possible comme un boudoir de femme réellement artistique

” Effectivement, la chambre de Paul irradiait du jaune tournesol qui

était une obsession chez le “Hollandais fou”.

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.56.36.png

Paul  a fini par l’associer à cette fleur et l’avait représenté peignant des

tournesols, s’immolant dans ce jaune tourmenté, Vincent n’apprécia pas

son portrait :

”Oui, c’est bien moi. Mais fou.”

 

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.58.35.png

Le tableau de la discorde ci -dessus  

Autoportrait de Paul Gauguin dédié à Van Gogh  1888

Capture d’écran 2016-07-25 à 16.26.38.png

 

 

 

 

"Promenade à Arles :souvenir du jardin à Etten" 1888

Capture d’écran 2016-07-25 à 16.14.11.png

Magnifique tableau !!! :

" la nuit étoilée sur le Rhône" 1888

Capture d’écran 2016-07-25 à 16.22.49.png 

Paul Gauguin:

<<(....)N'empêche qu'on travaillait ferme ,surtout Vincent .Entre 

deux êtres ,lui et moi ,l'un tout volcan et l'autre bouillant aussi,

mais en dedans il y avait en quelque sorte une lutte qui se pré-

parait .Tout d'abord je trouvai en tout et pour tout un désordre

qui me choquait .La boite de couleurs suffisait à peine à contenir

tous ces tubes pressés ,jamais refermés ,et malgré tout ce

désordre,tout ce gâchis ,un tout rutilait sur la toile .(......)

Dès le premier mois ,je vis nos finances en commun prendre

les mêmes allures de désordre .(......) Vincent ,au moment ou je

suis arrivé à Arles était en plein dans l'école néo-impressionniste,

et il pataugeait considérablement ,ce qui le faisait souffrir (.......)

J'entrepris la tâche de l'éclairer ....de ce jour mon Van Gogh fit

des progrès étonnants ......Vincent se cherchait ,tandis que moi

beaucoup plus vieux  ,j'étais un homme fait .

 

"Nature morte avec une cafetière" 1888

Capture d’écran 2016-07-25 à 16.33.05.png

 

 

"La mer aux Saintes -Maries "1888 : C'est superbe !!

Capture d’écran 2016-07-25 à 16.38.13.png

 

 

 

 

j'eus l'idée de faire son portrait en train de peindre...........

"oui c'est bien moi mais fou".......(voir plus haut )

Le soir même,nous allâmes au café .

Il prit une légère absinthe .Soudainement il me jeta à la tête son

verre et le contenu. J'évitais le coup et ,le prenant à bras le corps,

je sortis du café (....) (nuit du 22 au 23 décembre 1888)

A son réveil ,très calme ,il me dit :

-Mon cher Gauguin ,j'ai un vague souvenir que je vous ai offensé

hier soir .

-je vous pardonne volontiers et d'un grand coeur ,mais la scène

d'hier pourrait se produire à nouveau et si j'étais frappé je pourrais

ne pas être maître  de moi et vous étrangler .Permettez -moi

donc d'écrire à votre frère pour lui annoncer ma rentrée .

ce soir là (.....),j'avais déjà traversé presqu'entièrement la place

Victor Hugo ,lorsque j'entendis derrière moi un petit pas bien

connu ,rapide et saccadé .je me retournai au moment même ou

Vincent se précipitait sur moi avec un rasoir ouvert à la main .

Mon regard du à ce moment être bien puissant car il s'arrêta et, 

baissant le tête ,il reprit en courant le chemin de la maison (......)

D'une seule traite ,je fus à un bon hôtel d'Arles (........)très agité je

ne pus m'endormir que vers trois heure du matin (....).Et le matin

en arrivant sur place,je vis rassemblée une grande foule .

Près de notre maison ,les gendarmes(.....)Voilà ce qui s'était passé.

Van Gogh rentra à la maison immédiatement et se coupa l'oreille

Gauche entière (d'après le croquis du docteur Rey retrouvé par

Bernadette Murphy enquêtrice sur la vie de Vincent Van Gogh.)

 

 

 

 

Capture d’écran 2017-01-14 à 22.49.47.png

 

 

 

 

Puis Vincent alla donner une enveloppe contenant son oreille à Rachel,

une jeune fille ,femme de ménage dans la maison de tolérance de madame 

Virginie (la prostitution est alors légale ) 

"Voici dit-il en souvenir de moi ">>

Toujours d'après les recherches de Bernadette Murphy cette Rachel

(ou Gaby ?) serait venue de Arles à Paris du 10 au 27 Janvier 1888

pour se faire soigner par Pasteur ,lui même (mordue par un chien

enragé) aurait-elle alors rencontré Vincent ce qui expliquerait peut-être

pourquoi  il se serait installé à Arles ( pour la suivre ? ).

( Vincent puisait  beaucoup plus que Paul dans la cagnotte commune

 destinée aux frais généraux , Paul hurlait et insistait auprès de  

Vincent pour qu’il fasse  comme lui et séduise les femmes au lieu de les

payer .) Gauguin est découragé de la bonne ville d’Arles, de la petite

maison jaune et de Vincent lui-même  qu'il veut quitter comme il lui a

annoncé le 23 décembre .Ce jour là Vincent avait aussi reçu une lettre

de son frère Théo qui lui annonçait son mariage . 

Ces deux nouvelles ont sûrement contribuées à cette mutilation .

Mais cependant Gauguin gardera de cette histoire la passion des

tournesols et en fera planter à Tahiti . 

 

 Capture d’écran 2016-07-25 à 13.50.52.png

 

 

Le lendemain de sa crise, Van Gogh est admis à l'hôpital et soigné par le

docteur Rey dont il peint le portrait. Theo, inquiet de la santé de son

frère, vient le voir et retourne à Paris le jour de Noël accompagné de

Gauguin.

Le 7 février, le docteur Delon demande son internement pour:

 « hallucinations auditives et visuelles ».

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.56.21.png

 

En mars 1889, après une période de répit, il peint entre autres 

Autoportrait à l'oreille bandée. Cependant, à la suite de nouvelles crises,

il est interné d'office sur ordre du maire à l'hôpital d'Arles.

À la mi-avril, il loue un appartement au docteur Rey dans un autre

quartier d'Arles.

Le 18 avril 1889, Theo et Johanna Bonger se marient à Amsterdam.

 

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.56.52.png

 

 

Faut-il voir dans le geste de Van Gogh une référence au mythe

du taureau ,symbole du combat et de la puissance ;faut-il voir

une bête blessée à mort à qui l'on coupe une oreille ??

À la corrida, le trophée est la récompense que peut recevoir le 

matador à la fin de chaque combat, sur décision du président.

Il s'agit d'une ou des deux oreilles, ou des deux oreilles et la

queue du taureau.

 

"Pietà" d'après Delacroix 1889

Capture d’écran 2016-07-25 à 16.18.32.png

 

__Témoignages des habitants d'Arles,pétition, procès verbal et

enquête : <<(............)depuis quelque temps et à divers reprises

Vood (Vincent) a donné des preuves qu'il ne jouit pas de toutes 

ses facultés mentales , et qu'il se livre à des excès de boissons

après lesquels il se trouve dans un état de surexcitation tel qu'il

ne sait plus ,ni ce qu'il fait ,ni ce qu'il dit ,et très inconstant pour

le public sujet de craintes pour tous les habitants du quartier , et

principalement pour les femmes et les enfants (............) au nom

de la sécurité publique nous demandons à ce que le nommé

Vood réintègre sa famille ou soit admis dans une maison de

santé.  >>        

 

___Conclusions :

<< Le né Vincent Van Gogh est réellement atteint d'aliénation

mentale;cependant nous avons constaté à différentes reprises

que cet aliéné a des moments de lucidité ,il n'est pas encore

dangereux pour la sécurité publique mais on ne craint qu'il

le devienne(...................) nous sommes d'avis qu'il ya lieu de

séquestrer cet aliéné dans un asile spécial (........)>>

C'est le Pasteur Salles qui accompagne Vincent à la maison

de santé de Saint -Paul- de -Mausole à Saint-Rémy le 8 mai

1889 .

Capture d’écran 2016-07-25 à 16.52.44.png

Capture d’écran 2016-07-25 à 16.43.21.png

Capture d’écran 2016-07-25 à 16.43.51.png


Capture d’écran 2016-07-24 à 16.56.32.png

 Capture d’écran 2016-07-20 à 14.35.41.png

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.51.56.png

  Plutôt sordide pour quelqu'un qui ne va pas bien ..........mais ....

Dans l'asile, une pièce au rez-de-chaussée lui est laissée en guise d'atelier

 

"Fenêtre de l'atelier de Vincent "

Capture d’écran 2016-07-25 à 16.56.27.png

 Capture d’écran 2016-07-25 à 16.43.32.png

Capture d’écran 2016-07-25 à 16.43.43.png

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.57.25.png
Capture d’écran 2016-07-24 à 16.57.44.png

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.58.06.png

 Capture d’écran 2016-07-24 à 16.56.41.png

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.56.26.png

 

 

Vincent Van Gogh, qui peignait de nombreux paysages, souhaitait

se consacrer également aux portraits. Il recherchait donc un modèle

et c'est ainsi qu'il a rencontré le facteur Joseph Roulin qui fréquentait

comme lui le café de la Gare. (1889) et qu'il fit des portraits de toute 

la famille Roulin.

 

Capture d’écran 2016-07-25 à 17.18.30.png

Capture d’écran 2016-07-25 à 17.18.34.png

Capture d’écran 2016-07-25 à 17.18.37.png

Capture d’écran 2016-07-25 à 17.18.40.png

 

 

 

 

 Auvers -sur-Oise

Theo rencontre le docteur Paul Gachet sur les recommandations

de Cézanne . Theo encourage Vincent à sortir de l'asile et à se rendre

à Auvers-sur-Oise, où il pourra consulter le médecin et être près

de paris et de lui .

 

 

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.56.47.png

 

 

 

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.56.57.png

 Marguerite ,la fille du Dr Gachet avec qui Vincent aurait eu une

dernière histoire d'amour parallèlement aux prostituées qu'il

fréquentait . 

 

 

Maurice Pialat a choisi de faire un film sur les derniers jours

de la vie du légendaire peintre hollandais  Vincent Van Gogh.

Il fait ici appel au trop rare Jacques Dutronc, acteur fin et

discret choisissant souvent ses rôles avec discernement.

Regard perçant, physique svelte, visage émacié, tourments

intérieurs, il est magnifique en peintre torturé et amoureux,

et emporte le César du meilleur acteur.

Le film, naturaliste, sec, sans musique, en devient incroyablement

charnel : la peinture étalée sur la toile en gros plans a quelque chose

d'érotique.

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-10-31 à 22.47.05.png

 

 

Capture d’écran 2016-07-26 à 17.44.19.png
 

 

Après avoir rendu visite à Theo à Paris, Van Gogh s'installe donc

à Auvers-sur-Oise, situé à une trentaine de kilomètres au nord-

ouest de Paris.

Cette commune rurale du Vexin français était déjà connue dans le

milieu des peintres, initialement par les paysagistes de l'école de

Barbizon, puis par les impressionnistes.

Cézanne s'est installé en 1872 à Auvers sur Oise avec Pissarro dans

un logement fourni par le docteur Gachet .

Van Gogh  y passe les 70 derniers jours de sa vie, du 20 mai au 29

juillet 1890.

Le docteur Paul Gachet a promis de prendre soin de lui à la demande

de Theo . Gachet, ami de Paul Cézanne et des peintres

impressionnistes et lui-même peintre amateur, veille sur Van Gogh,

qui loue une petite chambre .

Vincent est au sommet de sa maîtrise artistique, va alors décrire

dans ses œuvres la vie paysanne et l'architecture de cette commune.

Des articles paraissent dans la presse parisienne, bruxelloise et

néerlandaise. C'est un signe important de sa reconnaissance dans

ce milieu artistique.

Grâce aux soins du docteur Gachet, son activité est intense :

il peint plus de 70 tableaux.

D'autre part, Theo,  lui confie son inquiétude pour son travail

et pour son fils (filleul de Vincent ) le petit Vincent Willem, qui est

malade.

Capture d’écran 2016-07-24 à 16.57.07.png

 

 

Vincent commence à être connu. En janvier 1890, un article d’Albert

Aurier dans le Mercure de France souligne pour la première fois

l’importance de ses recherches.

 

Vincent commence une série de copies de peintres qu'il admire :

 

"La ronde des prisonniers d'après Gustave Doré" 1890

Capture d’écran 2016-07-26 à 17.08.08.png
 

"Les premiers pas d'après Millet "1890

Capture d’écran 2016-07-26 à 17.11.09.png

 

"Les buveurs d'après Daumier"1890

Capture d’écran 2016-07-26 à 17.13.20.png

 

"La résurrection de Lazare d'après Rembrandt"

Capture d’écran 2016-07-26 à 17.16.13.png
 

 En février 1890, le peintre Anna Boch acquiert l’un de ses tableaux,

 La Vigne rouge pour la somme de 400 francs. Ce sera le premier et

le dernier tableau vendu de son vivant.(voir le tableau au début de 

l'article.)

 

 L'Église d'Auvers sur Oise 

 Capture d’écran 2016-07-26 à 17.01.36.png

 

 

 

"La sieste " 1890 

Capture d’écran 2016-07-26 à 17.23.02.png

 

"L'hospice" 1890

Capture d’écran 2016-07-26 à 17.23.12.png

 

L'instabilité mentale de Vincent van Gogh reprend vers la fin

juillet 1890. Le 27 juillet 1890, dans un champ derrière le château

où il peint peut-être une ultime toile, car il a emmené son matériel

de peinture avec lui, il se tire un coup de revolver dans la poitrine

(pour viser le cœur) ou l'abdomen.

Revenu boitillant à l'auberge Ravoux, il monte directement dans

sa chambre. Ses gémissements attirent l'attention de l'aubergiste

Arthur Ravoux qui le découvre blessé :

il fait venir le docteur Gachet qui lui fait un bandage sommaire

(une opération chirurgicale est impossible vu l'état de la médecine

à cette époque) et dépêche à Paris Anton Hirschig (en), artiste

néerlandais pensionnaire de son auberge, pour prévenir Théo

van Gogh. Vincent van Gogh y meurt deux jours plus tard,

à l'âge de 37 ans, son frère Théo étant à son chevet.

 

 

 

Son frère Théo, atteint de syphilis et de ses complications

neurologiques, est hospitalisé en octobre 1890 dans une

clinique psychiatrique d'Utrecht, où il meurt le 25 janvier

1891à l'âge de 34 ans.

Les deux frères reposent tous deux au cimetière d'Auvers-sur-Oise,

depuis que Johanna van Gogh-Bonger a fait transférer le corps de

son premier mari auprès de son frère en 1914.

 

Capture d’écran 2016-07-25 à 22.54.38.png

 

(En 2011, une nouvelle hypothèse sur la mort de Vincent van Gogh

a été avancée par deux auteurs, Steven Naifeh et Gregory White

Smith, qui reprennent une anecdote douteuse de Victor Doiteau :

Vincent van Gogh aurait été victime par accident d'une balle tirée

par les frères Gaston et René Secrétan, deux adolescents qu'il

connaissait. Ces derniers jouaient « aux cowboys » avec une arme

de mauvaise facture à proximité du champ où Van Gogh se promenait.

Avant de succomber deux jours plus tard, le peintre aurait alors

décidé d'endosser toute la responsabilité de l'acte en déclarant

s'être visé lui-même, dans le but de protéger les garçons et par

amour pour son frère Théo, pour lequel il pensait être devenu un

fardeau trop pesant. ?????)

 

Dieu seul le sait !!! (-_-)

Mais en me penchant sur cette si courte vie de Vincent Van Gogh

je me rend compte que je pourrai y passer des mois et que ce peintre

là n'était vraiment pas n'importe qui !!

AVR  

 

 Capture d’écran 2016-07-26 à 16.50.50.png

Statue de Vincent Van Gogh à Arles  



21/07/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres